Éducation de base et égalité des sexes

Vue d’ensemble

Image de l'UNICEF
© UNICEF Malawi/2008
Des élèves étudient au-dessous d'un arbre à l'école primaire de Miteme dans le village de Khonthi au Malawi.

Si nous prenions un instantané de l'état dans lequel se trouve l’éducation à travers le monde, l'image choquerait beaucoup d'entre nous. Les évaluations actuelles situent à 93 millions le nombre d'enfants non scolarisés. C’est plus que la population entière des Philippines. La majorité de ces enfants sont des filles et presque 80 pour cent d'entre elles vivent en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud.

Bien sûr, une éducation de qualité n'est toujours qu'un rêve inatteignable pour des millions d'enfants de par le monde, même si c’est un  droit humain fondamental inscrit dans les engagements internationaux. Depuis les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) jusqu’à la Déclaration de Dakar, les pays se sont engagés à plusieurs reprises à réaliser l'enseignement primaire universel et à élimination les disparités liées au sexe  à tous les niveaux d'éducation d’ici à 2015.

Et tandis que le nombre d'enfants non scolarisés est considérablement moins élevé qu’en 2000, l’éducation de qualité demeure hors d’atteinte pour des millions d’autres.

Les taux de scolarisation grimpent rapidement dans le monde entier. Par exemple, dans cinq pays en développement, les taux nets de présence dans le primaire se sont accrus de 10 points de pourcentage entre 2000 et 2006, et les disparités entre garçons et filles tendent à se dissiper. Malgré ces bonnes nouvelles, il reste beaucoup de travail à faire. Pour atteindre les Objectifs internationaux pour l’éducation, tous les enfants doivent non seulement être inscrits à l'école, mais ils doivent également achever le cycle de l’école obligatoire.

Dans le monde entier, seulement 60 pour cent des enfants en âge d’aller au collège suivent un enseignement général. En Afrique subsaharienne, ce nombre baisse à seulement un quart des enfants. Dans cette région, beaucoup plus d'enfants encore, en âge d’aller au collège, continuent de suivre un enseignement à l’école primaire plutôt que de suivre l’enseignement général du collège.

L'éducation apporte la connaissance, les valeurs et les compétences qui forment les bases de l'apprentissage tout au long de la vie et le succès dans la vie professionnelle. Une éducation de qualité doit être centrée sur l'enfant, sensibilisée aux questions d’égalité entre les sexes et adaptée aux différentes tranches d'âge. Elle doit être basée sur un programme d'études approprié aux besoins et à la réalité de tous les élèves et enseignée par des professeurs correctement formés et pourvus du matériel pédagogique approprié. Les environnements d’accueil des enfants sont adaptés et sûrs. Ils sont propres et favorisent  à la fois l'étude et le jeu.

L'éducation peut être formelle ou non-formelle, englober des notions de lecture, de calcul et d’apprentissage de la vie.

Du berceau à la réussite

Traditionnellement, la préoccupation pour l'accès à l'éducation s'est focalisée sur les années de l’enseignement primaire, période fondamentale pour l'apprentissage de la lecture, du calcul et d'autres aptitudes essentielles. Mais si l'enseignement primaire est absolument essentiel, ce n'est tout simplement pas suffisant.

Les enfants commencent à apprendre dès la naissance et les premières années de la vie sont essentielles au développement de leurs fonctions cognitives, du langage, de leurs aptitudes émotionnelles et sociales. Les programmes de développement de la Petite enfance (ECD) constituent donc une étape essentielle du parcours éducatif, armant les enfants avec les outils dont ils auront besoin pour réussir quand ils entrent à l'école primaire et acquérir les bases de leur réussite future.

Cette réussite est également fortement impactée par l’acquisition d’un un droit fondamental, une éducation post-primaire de qualité. Celle-ci est essentielle au progrès des sociétés et à l'égalité entre les sexes. Les filles profitent énormément de l'éducation post-primaire, qui comprend l'acquisition d'aptitudes pour l'emploi et pour  l'autonomisation. De plus, il existe une corrélation entre une éducation poursuivie au-delà du primaire et le fait d’avoir une famille en meilleure santé et des taux de fertilité plus bas. Pourtant malgré les avantages multiples de l'enseignement secondaire, quatre filles sur cinq  en Afrique n'en bénéficient pas.

Égalité entre les sexes dans l’éducation

Aussi longtemps que les filles n'auront pas un accès égal à l'éducation, l'égalité entre les sexes restera une chimère. Mais au-delà du simple fait d'avoir un accès égal à l'éducation, la vraie égalité entre les sexes signifie que les écoles apportent un environnement sensibilisé à cette question de l'égalité entre les sexes et  qui promeuvent la participation égale et l'autonomisation des filles.

L'égalité entre les sexes exige une adaptation équivalente aux besoins et aux intérêts des filles et des garçons, la création d'un environnement scolaire adapté aux deux sexes et qui garantisse que les femmes sont représentées avec équité dans l'enseignement, dans les postes de responsabilité administratifs et éducatifs.

L'équation de l'égalité entre les sexes est puissante. En combinant le droit à l'éducation avec les droits dans l'éducation, nous pouvons obtenir des droits par l'éducation. Bien entendu, l'égalité entre les sexes constitue une stratégie essentielle pour mettre fin à la discrimination et parvenir à plus de justice dans les sociétés.


 

 

Recherche