Éducation de base et égalité des sexes

Podcast #53 : garantir le droit à l'éducation des enfants des zones à forte croissance urbaine

« Au-delà des livres d'école » - une série de podcasts sur l'éducation en situation d'urgence

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2011-2138/Palasi
Des enfants déplacés à la suite de la tempête tropicale Washi dessinent grâce aux fournitures de l'UNICEF dans un espace réservé aux enfants à Iligan aux Philippines.

Par Rudina Vojvoda

NEW YORK, États-Unis, 1er mars 2012 – Plus d'un mlliard d'enfants vivent en milieu urbain selon le rapport phare de l'UNICEF, « La situation des enfants dans le monde 2012 : les enfants dans un monde urbain ».

  AUDIO : écouter

Dans l'ensemble, les enfants des zones urbaines reçoivent généralement une meilleure éducation que les enfants ivant dans les zones rurales. Mais pour beaucoup d'enfants urbains des groupes marginalisés, comme les enfants de migrants et les enfants vivant dans des taudis ou dans les rues, l'éducation demeure inaccessible. Beaucoup ne remplissent pas les conditions requises pour une inscription dans une école urbaine et d'autres ne peuvent pas se permettre les coûts liés à l'éducation, comme les uniformes, les livres et les fournitures scolaires.

Pour discuter de cette question de l'urbanisation et de son impact sur l'éducation, l'animatrice de podcasts de l'UNICEF, Femi Oke, s'est entretenue avec deux  : le docteur Pamela Wridt, Codirectrice du Groupe de recherche portant sur l'environnement des enfants (CERG) et Carlos Vasquez, un Spécialiste de l'éducation à l'UNICEF.

Rendre les villes accueillantes pour les enfants

« Les enfants de migrants sont souvent confrontés à un accueil peu amène quand ils migrent vers les villes », explique Carlos Vasquez. « Les enfants passent d'un milieu rural à un milieu urbain, mais ils restent cantonnés aux périphéries car les centres urbains ne sont pas conçus ou prêt à recevoir des millions de personnes migrantes. De ce fait, les enfants se voient refuser les droits humains essentiels lorsqu'ils arrivent en ville », ajoute-t-il.

Depuis 1996, l'Initiative « Villes amies des enfants » a aidé les villes et les gouvernements locaux à faire des droits de l'enfant une composante essentielle de leurs priorités. Le Dr Pamela Wridt considère que l'Initiative a un impact favorable dans le monde. « Nous avons constaté une amélioration des services et de nouveaux programmes pour les enfants qui sont conçus pour les enfants, comme ces clubs au Soudan où les enfants des différentes tribus apprennent à se connaitre grâce à l'éducation à la paix et les programmes de réconciliation », dit-elle.

Elle a aussi parlé de la France et de la Turquie où de nombreuses villes sont sur le point de recevoir le label « Ville amie des enfants ». Une des premières réalisations pour obtenir cette certification consistait à créer des Conseils d'enfants... qui avisent régulièrement le Maire ou d'autres décideurs sur les sujets qui concernent les enfants », a -t-elle ajouté.

Autonomiser les collectivités

Selon Carlos Vasquez, une adaptation réussie aux changements rapides de l'urbanisation dépend de l'assurance que les communautés sont autonomes et développent leurs propres solutions.

« S'il n'y a pas de participation communautaire,  les résultats escomptés ne seront vraisemblablement pas aussi efficaces qu'espéré. Haïti en est un exemple parfait. Les Communautés ont été laissées à l'écart du processus de reconstruction et de retour à une vie normale. Il est essentiel que, quoi que nous fassions, les enfants et les communautés soient impliquées, non seulement au niveau des programmes, mais aussi dans tous les aspects qui vont leur permettre de rebâtir leur vie », conclue Carlos Vasquez.


 

 

Audio (en anglais)

L'animatrice de podcasts de l'UNICEF, Femi Oke, s'entretient avec des experts de l'impact sur les enfants et leur éducation de l'urbanisation rapide.
 AUDIO : écouter

Recherche