Éducation de base et égalité des sexes

L'UNICEF souhaite que tous les enfants ivoiriens puissent recevoir une éducation

Image de l'UNICEF
© UNICEF Côte d’Ivoire/2011/Asselin
Plus de 320 000 personnes ont fui le pays pendant le conflit, et beaucoup plus encore ont été déplacés à l’intérieur du pays.

Par Louis Vigneault-Dubois

ABIDJAN, Côte d’Ivoire, 3 novembre 2011 – En Côte d'Ivoire, malgré la réouverture officielle des écoles pour 2,5 millions d'enfants des écoles primaires, la crise récente qui a fait suite aux élections présidentielles a ralenti l'économie, laissant une majorité des familles du pays dans l’incertitude de savoir si elles auront les moyens de couvrir tous les frais de scolarité.

Des conditrions économiques difficiles

Pendant trois semaines, avant la réouverture des écoles, l'UNICEF a mené une étude et découvert que le conflit qui a pris fin en avril avait eu de graves conséquences durables sur la population. Au plus fort de la crise, plus d'un million d'enfants inscrits n'ont pas pu suivre l'école, en raison de la fermeture des établissements, des dommages causés aux bâtiments et de l'absence des professeurs. certaines écoles ont été détruites voire occupées par les groupes armés durant le conflit et n'ont toujours pas été réparées.

« L'accès à l'enseignement primaire pour les enfants des familles pauvres était déjà difficile avant la crise, et nous pouvons imaginer que la situation est pire désormais en raison des difficultés économiques », explique Hervé Ludovic de Lys, Représentant de l'UNICEF en Côte d'Ivoire. « Le Gouvernement s'est fortement engagé à garantir un enseignement primaire gratuit, ce qui constitue certainement un pas dans la bonne direction, mais nous devons également pouvoir garantir aux familles que nous allons les aider à supporter les coût associés comme les fournitures scolaires, les repas scolaires et les uniformes ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Côte d’Ivoire/2011/Asselin
Un obus de mortier non explosé git sur le sol d’une classe de l’école Génie 2000, à Abidjan. L’école est toujours fermée en raison des lourds subis pendant le conflit.

Une lente reconstruction

Alors que la date officielle de réouverture avait été fixée au 24 octobre, les écoles ne rouvriront que progressivement au cours des prochaines semaines. Mais le nombre d'enfants du primaire qui pourront retrouver une scolarité demeure incertain malgré un retour à la normale. Dans certaines zones, les routes ne sont pas encore sures et les enfants n'y sont pas en sécurité lorsqu'ils se rendent de la maison à l'école. Ce qui ne permet pas à certaines familles de les laisser faire le trajet seuls.

L'UNICEF travaill en collaboration avec le Ministère de l'éducation pour permettre à un million d'enfants de terminer leur cycle du primaire. 500 000 kits scolaires  sont en cours de distribution dans le pays, Les professeurs sont formés au travail de soutien psychosocial et la réabilitation rapide des écoles endommagées est entreprise. L'UNICEF encourage aussi d'autres partenaires à soutenir l'enseignement primaire en offrant des repas gratuits dans les cantines scolaires.


 

 

Recherche