Éducation de base et égalité des sexes

Podcast #47: Les participants au Sommet joignent leurs efforts pour éduquer et autonomiser les filles

"Au delà des livres d'école" – Une série de podcast sur l'éducation dans les urgences

Image de l'UNICEF
© 10x10/2011
Martha Adams, productrice du film "10x10", en compagnie de Marie-Angeline, 9 ans, au Centre pour l'actions et le développement en Haïti

Par Rudina Vojvoda

NEW YORK, États-Unis, 17 octobre 2011 - Les représentants des agences des Nations Unies, des gouvernements, du secteur privé et de la société civile se sont récemment rassemblés au Sommet pour l'éducation des femmes & des filles à New York, afin d'explorer les liens existant entre l'éducation des filles et le développement économique.

  AUDIO (en anglais) : écouter

La modératrice de podcasts, Femi Oke, qui couvrait l'événement pour l'UNICEF s'est entretenue avec Martha Adams la productrice de "10x10", un film encourageant l'investissement dans l'éducation des filles ; Patricia Velasquez, la présidente de la Fondation Wayúu Tayá qui fournit une aide culturellement sensible aux enfants indigènes Wayúu ; Lakshmi Puri, Secrétaire générale adjointe pour l'Aide intergouvernementale et les Partenariats stratégiques à l'entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (ONU-Femmes) et Ariana Tsapralis, une militante de "Girl Up", une campagne des Nations unies qui engage les filles sur la voie de l'autonomisation des femme et des filles.

Partir de zéro

Martha Adams a partagé ses expériences interviewant des jeunes filles confrontées au joug de la discrimination fondée sur le sexe et de la pauvreté débilitante. « Les pays comme Haïti partent presque de zéro », a-t-elle dit. « La situation très difficile ».

Image de l'UNICEF
© Fondation Wayúu Tayá
Patricia Velasquez, Présidente de la Fondation Wayúu Tayá.

En dépis des nombreux défis, ses jeunes sujets de film restent déterminées à dépasser leurs conditions apparemment insurmontables, se créant ainsi de nouvelles opportunités pour elles-mêmes et pour toutes les filles - un fait d'inspiration majeure pour Martha Adams.

« Les exemples sont innombrables où les filles inversent la tendance », dit-t-elle. « Elles sont littéralement les toutes premières filles à arrêter le cycle de la pauvreté, à arrêter le cycle de la discrimination ».

Insistant sur l'importance de l'effort collectif consenti aussi bien par les individus que les organisations pour parvenir à une génération de femmes mieux instruites, Patricia Velasquez s’est exprimée sur cette opportunité. « Je crois que nous sommes une grande famille et la famille devient de plus en plus grande », a-t-elle déclaré à propos des organisations représentées au Sommet. « Par le travail de l'organisation, nous offrons à d’autres l’occasion de devenir meilleurs ».

Agents du changement

Soulignant l'observation de Martha Adam que l'éducation des filles peut créer une cascade de résultats positifs dans la vie des femmes du monde entier, Lakshmi Puri a déclaré : « nous devons permettre aux filles et aux femmes d'être les agents du changement et nous espérons y contribuer pour une part ».

Image de l'UNICEF
© Oke/2011
Ariana Tsapralis, une militante de "Girl Up", une campagne des Nations Unies qui engage les filles sur la voie de l'autonomisation des femme et des filles.

Grâce à son travail à Girls Up, Ariana Tsapralis encourage les filles à militer au nom des filles désavantagées dans le monde. Elle est motivée par l'inégalité qu'elle constate chaque jour. « Je ne peux simplement pas rester assise à attendre que les choses se passent autour de moi », a-t-elle expliqué.

Elle espère que d'autres filles suivron son exemple. “C'est quelque chose que chacune d'entre nous peut faire”, dit elle. “chaque fille, dès l'âge de dix ans, doit rejoindre cette organisation et participer à quelque chose qui va changer le monde".

Elle espère que d'autres filles suivron son exemple. « C'est quelque chose que chacune d'entre nous peut faire”, dit-elle. « Chaque fille, dès l'âge de dix ans, doit rejoindre cette organisation et participer à quelque chose qui va changer le monde ».


 

 

Audio (en anglais)

Octobre 2011 : Femi Oke, animatrice de podcasts pour l'UNICEF, interviewe les participants à la Conférence mondiale pour le changement social et au Sommet pour l'éducaton des femmes et des filles 2011, abordant l'importance de l'autonomisation des femmes et des filles grâce à l'éducation.
 AUDIO écouter

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche