Éducation de base et égalité des sexes

L'UNICEF appuie les efforts allant dans le sens de la reconstruction et de la réconciliation en République démocratique du Congo

Image de l'UNICEF
© UNICEF RD Congo/2011/Walther
Le ministre des Affaires sociales, Ferdinand Kambere et la représentante de l’UNICEF en RD du Congo, Pierrette Vu Thi en pleine discussion lors de leur visite dans la province affectée par le conflit de l’Équateur.

Par Cornelia Walther

DONGO, République démocratique du Congo, 9 juin 2011 – « Les Enfants sont  les premières victimes de ce conflit. Nous avons une responsabilité commune de construire un avenir meilleur digne d'eux », a déclaré la représentante de l'UNICEF en République démocratique du Congo, Pierrette Vu Thi lors d’une visite cette semaine à Dongo dans la province de l’Équateur au Nord-Ouest du pays.

Au cours de cette visite, Mme Vu Thi et le ministre des Affaires sociales, de l'Action humanitaire et de la Solidarité nationale, Ferdinand Kambere, ont pu constater par eux-mêmes les effets de la  violence et des déplacements qui s’en suivent.

Les effets du  conflit

Les flambées sporadiques du conflit et le déplacement de dizaines de milliers de personnes hors de Dongo ont eu un terrible impact négatif. Beaucoup sont partis pour la République voisine du Congo. D'autres ont perdu soit la vie, leur famille ou leurs biens.

« Mon mari et ma fille ont été tués lors de l’attaque de notre village. Maintenant je suis à la maison, mais elle est occupée par les militaires. Je vis avec des proches, mais ce n'est pas une solution », a raconté Marie qui lutte pour reconstruire sa vie. « Je n'ai plus que mon fils, et s'il peut avoir une bonne éducation, j’en serai heureuse ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF RD Congo/2011/Walther
Des filles célèbrent l'ouverture de leur nouvelle école à Dongo, au Nord-Ouest de la République démocratique du Congo, en agitant des drapeaux arborant le logo « Girls back to school » (Ramener les filles à l’école).

Dans ce contexte difficile, le gouvernement de République démocratique du Congo et de ses partenaires amorce un processus de réconciliation à Dongo et ailleurs. Les principales composantes en sont la sensibilisation des communautés pour la paix et la réhabilitation des services sociaux.

« Cette ville illustre l'impact négatif des violences autant que le potentiel des communautés à se rétablir », a déclaré Ferdinand Kambere. « La proche collaboration des acteurs locaux et internationaux est nécessaire si l’on veut construire un avenir prospère pour toutes les familles de Dongo ».

Des méthodes complémentaires

Pour permettre que cela arrive, l'UNICEF, des partenaires des agences de L'ONU et la société civile poursuivent une approche à facettes multiples qui souligne quelle action est efficace et complémentaire.

L'objectif partagé est de faciliter le retour à une vie normale des familles déplacées, dans leurs secteurs d'origine. « Aujourd'hui l'aide humanitaire a réalisé son objectif d'aide humanitaire », a déclaré Pierrette Vu Thi. « Maintenant nous devons viser la réhabilitation, consolider la paix dans une perspective à long terme ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF RD Congo/2011/Walther
La délégation visite un espace Ami des enfants construit par l'UNICEF et l'Organisation non gouvernementale Les Aiglons à Dongo, au Nord-Ouest de la République démocratique du Congo, afin de donner aux jeunes des familles déplacées un endroit où jouer et apprendre.

Par exemple, la nouvelle école inaugurée par Pierrette Vu Thi et Ferdinand Kambere, cette semaine, a été financée par le Fonds central d'intervention pour les urgences humanitaires, construite par l'UNICEF et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et recevra des repas scolaires du Programme alimentaire mondial (PAM).

Après la destruction de douzaines d'écoles sur le territoire de Kungu, seulement  pour cent des 41 600 enfants en âge scolaire primaire sont inscrits. « L'Éducation est essentielle pour parvenir à une réconciliation durable. Les enfants d'aujourd'hui sont les soldats de la paix de demain », a déclaré Quentin Levet, le Chef des Opérations de terrain de l'UNICEF pour l’Ouest de la République démocratique du Congo.

Donner la parole aux jeunes

Un autre exemple d'action complémentaire, est le prochain démarrage d'une radio communautaire par un partenaire de l'UNICEF "Search for Common Ground" (Recherche d'un terrain d'entente). cela favorisera la participation directe des jeunes au processus de reconstruction, en les formant au méthodes journalistiques et en leur fournissant l'occasion de se faire entendre.


 

 

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche