Éducation de base et égalité des sexes

En Malaisie, le programme d’équité de l’UNICEF permet aux enfants sans papiers d’être scolarisés

L’approche de l’UNICEF axée sur l’équité dans le cadre de la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement cible les enfants et les familles les plus pauvres et les plus vulnérables grâce à des interventions économiques en vue de progrès durables.

Par Steve Nettleton

KAMPUNG NUMBAK, Malaisie, 16 mai 2011 – Les habitants du village de Kampung Numbak, sur la côte du Bornéo malaisien, sont installés sur des pilotis au dessus de la mer, entre allées de bois et toits de tôle.

VIDÉO (en anglais) : Steve Nettleton, de l’UNICEF, fait le point sur un centre pour les enfants migrants appuyé par l’UNICEF en Malaisie.  Regarder dans RealPlayer

Dans ce village, juste au nord de la ville de Kota Kinabalu, vivent environ 8000 personnes, dont de nombreux travailleurs migrants sans papiers des Philippines. Sans statut officiel, leurs enfants n’avaient pas, jusqu’à récemment, accès aux écoles. Bien qu’il existe des structures d’enseignement pour les travailleurs migrants, elles sont peu nombreuses et sont souvent surpeuplées et sous-financées.

« Il était très dommage que certains élèves ne puissent pas aller à l’école », affirme Selenah Binti Hj Pilson, enseignante et mère de huit enfants, qui a passé presque toute sa vie à Kampung Numbak. « Les enfants allaient à la pêche, ils jouaient au bord de la mer ou sous les ponts. Voilà, en gros, comment ils occupaient leurs journées ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Malaisie/2011/
Benhal bin Muljibin, 11 ans, dont la famille vient des Philippines, assiste à un cours de mathématiques dans un centre d’enseignement soutenu par l’UNICEF. Bien que né en Malaisie, Benhal n’a pas de certificat de naissance et ne peut pas aller à l’école publique.

Grâce à l’approche axée sur l’équité, les choses sont en train de changer. Un centre d’enseignement, construit par la communauté grâce au financement de l’UNICEF et à l’engagement du gouvernement malaisien, propose des cours et des activités à 320 élèves sans papiers de Kampung Numbak.

Un changement spectaculaire

« Cette initiative est lourde de sens » d’après Hans Olsen, le Représentant de l’UNICEF en Malaisie. « Désormais, tous les enfants de Kampung Numbak pourront aller à l’école. Cela fait une véritable différence ».

Le centre suit le programme national, en insistant d’abord sur la lecture et l’écriture. Des cours de compétences professionnelles, comme la couture, la menuiserie, la fabrication de bateaux, seront également ajoutés plus tard. L’UNICEF souhaite que l’école serve de modèle dans le cadre de l’effort national pour garantir un enseignement à environ 44 000 enfants sans papiers non scolarisés.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Malaisie/2011/
Des filles se rendent au centre d’enseignement pour les enfants sans papiers appuyé par l’UNICEF à Kampung Numbak, à Sabah. N’ayant pas de certificat de santé, elles sont nombreuses à n’avoir jusque là pas pu aller à l’école.

« Il s’agit de leur permettre d’accéder à l’enseignement, notamment à la lecture et l’écriture, et de leur proposer une formation professionnelle », a expliqué le ministre adjoint de la Santé Haji Mohd Puad bin Zarkashi.  « Je pense que cela sera bénéfique pour leur avenir. C’est pourquoi nous sommes très soucieux de leur permettre de recevoir un enseignement ».

Un lieu pour apprendre

Benhal bin Muljibin, 11 ans, est né en Malaisie, mais n’a pas de certificat de naissance et ne peut donc pas aller à l’école publique. Il est maintenant en CM2 au centre d’enseignement appuyé par l’UNICEF. Il explique que sans l’école, de nombreux enfants de son village seraient impliqués dans l’industrie du jeu ou les vols. « J’aime aller à l’école pour apprendre et me faire de nouveaux amis. Je veux vraiment étudier pour être intelligent », a-t-il affirmé.

Benhal et les autres enfants marginalisés de Malaisie pourront désormais jouer un rôle plus important dans l’avenir de leurs familles, avec ou sans papiers.


 

 

Recherche