Analyse de politiques et partenariats pour les droits des enfants

Le sommet sur les Objectifs du Millénaire pour le développement démarre avec des événements sur l’éducation et la survie de l’enfant

Par Tim Ledwith

NEW YORK, États-Unis, 20 septembre 2010 – La Réunion plénière de haut niveau des Nations Unies sur les Objectifs du Millénaire pour le développement – les OMD – a démarré aujourd’hui à New York avec des manifestations parallèles mettant l’accent sur les objectifs en matière d’éducation et de survie de l’enfant. La conclusion essentielle du récent rapport de l’UNICEF ‘Progrès pour les enfants’ a été au cœur des discussions, à savoir qu’une approche fondée sur l’équité et ciblant les plus pauvres constitue la meilleure chance d’atteindre les OMD d’ici la date butoir de 2015.

VIDÉO (en anglais) : 20 septembre 2010 – La correspondante de l’UNICEF, Chris Niles, décrit des manifestations qui ont eu lieu lors de la première journée du sommet sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, à New York. Ci-dessus : l’ancien Premier ministre du Royaume-Uni, Gordon Brown.

 

La journée a commencé avec une table ronde remarquable sur l’OMD 2, qui a appelé à ce qu’on parvienne à l’éducation primaire universelle. Cette table ronde était organisée par la Campagne mondiale pour l’éducation, qui vient de faire paraître un rapport attirant l’attention sur le fait que les pays pauvres sont sur le point de subir une crise de l’éducation, l’accès à l’éducation cessant de progresser.

En fait, le sous-investissement chronique dans l’éducation – en dépit des promesses faites par la communauté internationale – a pour conséquence que 69 millions d’enfants sont encore non scolarisés, d’après le rapport de la Campagne mondiale.

Aider ceux qui sont difficiles à atteindre

Afin de combler le fossé en matière d’éducation, les participants à la table ronde du matin ont lancé un appel aux gouvernements pour que l’investissement dans les écoles du monde en développement figure parmi leurs premières priorités. Ils ont souligné le rôle central de l’éducation en tant que droit de l’homme indispensable, qui aide les familles vulnérables à progresser sur le plan des avantages sociaux, économiques, politiques et culturels.

Image de l'UNICEF
Le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake (premier depuis la droite), intervient lors de la manifestation parallèle au sommet sur les OMD, sur l’éducation pour tous. Également à la tribune (de gauche à droite) : la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova ; la Directrice générale des Affaires étrangères des Pays-Bas, Yoke Brandt ; le Ministre norvégien de l’Environnement et du développement international, Erik Solheim ; et le Ministre australien des Affaires étrangères, Kevin Rudd.

Le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake, se référant aux conclusions de « Progrès pour les enfants », a déclaré que le meilleur moyen d’amener tous les enfants à l’école primaire était d’atteindre les foyers les plus pauvres du monde. 

« Nous ne devons pas seulement nous focaliser sur les pays les plus difficiles à atteindre mais aussi sur les zones les plus difficiles à atteindre, car c’est là que le besoin est le plus grand. Il est plus rentable de travailler dans ces zones, car c’est là que les besoins sont les plus grands et qu’on obtient les meilleurs résultats », a précisé M. Lake.

 « La question de notre génération »

Sa Majesté la Reine Rania Al-Abdullah de Jordanie, Éminent défenseur des enfants pour l’UNICEF, a souligné que la scolarisation avait une incidence de grande portée. « L’éducation ne fait pas seulement reculer la pauvreté. Elle fait reculer la maladie et l’inégalité », a-t-elle rappelé. « Et pour les filles, l’éducation leur permet tout simplement de se protéger contre l’opprobre, l’insécurité et la violence. C’est la question qu’on retrouve dans toutes les autres questions ….  C’est la question de notre génération. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-1877/Markisz
Sa Majesté la Reine Rania Al-Abdullah de Jordanie, qui co-préside la campagne « 1 GOAL : Education for All » ('Un BUT : l’éducation pour tous'), intervient lors de la manifestation sur l’éducation, en parallèle au sommet sur les OMD. La Reine Rania est également l’Éminent défenseur des enfants pour l’UNICEF et la Présidente mondiale de l’Initiative des Nations Unies pour l’éducation des filles.

L’ancien Premier ministre du Royaume-Uni, Gordon Brown, a, lui aussi, rappelé le défi historique que constitue l’OMD 2. « Je suis furieux de voir les occasions et le potentiel éducatif gâchés dans de si nombreuses parties du monde actuel », a-t-il déclaré. « Mais je suis encouragé par tous ceux, en si grand nombre, qui veulent concrétiser, durant notre génération, pour la première fois, le droit de chacun à être scolarisé. »

Mme Ngozi Okonjo-Iweala, Directrice générale de la Banque mondiale, a annoncé que la Banque allait attribuer 750 millions de dollars É.-U. sur les cinq prochaines années aux pays qui ont pris du retard dans la réalisation de leurs objectifs en matière d’éducation. Cette mesure a été bien accueillie par les autres membres de la table ronde et les autres participants.

Mais c’est Nthabiseng Tshabala une jeune fille de 12 ans venant de Soweto, en Afrique du Sud, qui a provoqué l’émotion la plus vive en lançant un appel direct aux dirigeants adultes réunis là. « S’il vous plait, hommes et femmes politiques, aidez-nous », a-t-elle demandé. « Vous avez eu la chance d’aller à l’école. À présent, vous êtes ici, aux Nations Unies. S’il vous plait, assurez-vous que 69 millions d’enfants aient la chance d’aller à l’école. »

Vaccins et vaccination

La manifestation parallèle sur l’éducation a été suivie cet après-midi par une table ronde sur la vaccination contre les maladies de l’enfance mortelles. Le développement de la vaccination de routine des enfants de moins de cinq ans va être d’une importance déterminante pour atteindre l’OMD 4, qui vise une réduction des deux-tiers de la mortalité infantile par rapport à son niveau de 1990.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-1872/Markisz
Nthabiseng Tshabala, une militante de 12 ans pour les droits de l’enfant, qui vient d’Afrique du Sud, lance un appel à de nouveaux investissements dans les écoles, lors de la table ronde sur l’éducation pour tous, qui s’est tenue en liaison avec le sommet sur les OMD, à New York.

C’est l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination – l’Alliance GAVI – qui a accueilli la table ronde. Celle-ci a examiné les progrès obtenus dans la couverture vaccinale et les défis qui demeurent, tels que les financements insuffisants et la faiblesse des systèmes de santé nationaux.

Les participants ont accordé une attention toute particulière à la pneumonie et à la diarrhée, qui, chaque année, entraînent environ 40 pour cent des décès d’enfants. Ils ont observé que l’OMD 4 ne pourrait être atteint qu’en accélérant les programmes de prévention et de traitement de proximité centrés sur ces maladies.

 

« Le chemin qui mène aux OMD »

« De là où je me trouve, en regardant les chiffres, je vois que le chemin qui mène aux OMD passe tout droit par la pneumonie et la diarrhée », a dit Orin S. Levine, qui dirige le Centre international d’accès aux vaccins et qui participait à la table ronde.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-1892/Berkwitz
De gauche à droite : la Ministre kényane de la Santé publique et de l’assainissement, Beth Mugo, le rédacteur en chef Santé et médecine d’ABC News (et modérateur de table ronde), Richard Besser, le Secrétaire d’État au Développement international du Royaume-Uni, Andrew Mitchell, et le Directeur exécutif de l’Alliance GAVI, Julian Lob-Levyt, ont participé à la table ronde sur l’importance des vaccins et des partenariats pour atteindre l’OMD 4 sur la survie de l’enfant.

Le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake, a noté que l’organisation avait fait œuvre de pionnier pour soigner les enfants à risque dans leur propre communauté, en ayant recours à des interventions d’un faible coût, telles que les sels de réhydratation orale, les antibiotiques et les micronutriments.

Le Directeur exécutif de l’Alliance GAVI, Julian Lob-Levyt, a précisé que l’Alliance avait placé au premier rang de ses priorités l’introduction dans les cinq prochaines années des vaccins anti-pneumococciques et contre le rotavirus là où ils sont le plus nécessaires. Alors que cette action progresse dans un certain nombre de pays en développement, a indiqué M. Lob-Levyt, « il nous faut faire beaucoup plus dans plusieurs pays parmi les plus pauvres. »

Plan d’action mondial

Le sommet de trois jours sur les OMD se tient dans le cadre de la 65ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies. Il est l’occasion pour les gouvernements, les organisations des Nations Unies et d’autres partenaires d’examiner les progrès réalisés à ce jour dans la réalisation des objectifs pour le développement – et d’adopter un plan d’action accéléré pour l’effort final à mener pendant les cinq ans précédant la date limite fixée pour l’atteinte des OMD.

Ce sommet intervient 10 ans après que 189 dirigeants du monde eurent signé la Déclaration du Millénaire des Nations Unies, par laquelle ils s’engageaient à réaliser des objectifs concernant l’extrême pauvreté, l’éducation, l’égalité des sexes, la survie de l’enfant, la santé maternelle, le VIH/SIDA et d’autres maladies, un environnement durable et des partenariats mondiaux pour le développement.
Chris Niles et Anja Baron ont apporté leur contribution à cet article.


 

 

Recherche