Éducation de base et égalité des sexes

Un refuge pour les enfants déplacés en Géorgie

Image de l'UNICEF
© UNICEF Géorgie/2009/Amurvelashvili
Des enfants étudient dans l’espace « ami des enfants » mis en place par l’UNICEF et l’ONG World Vision dans le village de Sakasheti, proche de la zone de conflit d’Ossétie du Sud, en Géorgie.

Par Pamela Renner

SAKASHETI, Géorgie, 30 mars 2009 — Des dizaines de milliers de Géorgiens ont subi un déplacement temporaire ou permanent en conséquence du conflit de 2008. Les estimations actuelles suggèrent que quelque 30 000 personnes – dont la majorité est originaire d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud – n’ont pas pu regagner leur domicile et restent déplacés à l’intérieur de leur propre pays. Approximativement 12 000 de ces personnes déplacées sont des enfants.

Dans les mois qui ont suivi le conflit, l’UNICEF, en partenariat avec les ONG World Vision, Every Child et la fondation Elisabeth Gast, a établi dans le pays 60 centres « amis des enfants ». Ces centres accueillent des enfants et des jeunes âgés de 3 à 17 ans et sont situés à Tbilisi, Gori, dans les villages de la région de Shida Kartli, ainsi que dans les jardins d’enfants et les écoles primaires ouverts dans les camps pour personnes déplacées nouvellement installés.

Ces centres « amis des enfants » sont conçus pour permettre aux enfants de reprendre l’école après une situation d’urgence ; ils contribuent à amortir les conséquences du déplacement pour les enfants et les populations.

Rétablir une situation normale

« Le conflit a bouleversé la vie de ces enfants et nous sommes préoccupés par les conséquences à court comme à long terme, » déclare Giovanna Barberis, la Représentante de l’UNICEF en Géorgie. « C’est pourquoi il est essentiel d’assurer une reprise des activités normales pour l’enfance. »

L’éducation est un facteur clé pour rétablir une situation normale pour ces enfants, elle met en place des routines, fait baisser le stress psychologique, répond aux besoins immédiats des victimes de la crise et prépare le terrain pour une société meilleure après la fin de la situation d’urgence.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Géorgie/2009/Amurvelashvili
Gvantsa, 9 ans, suit une classe dans l’espace « ami des enfants » de Sakasheti. Elle était à la maison quand celle-ci a été atteinte par des éclats d’obus pendant le conflit de 2008.

Un de ces centres « amis des enfants » a été mis en place par l’UNICEF dans le village de Sakasheti, et son personnel est composé d’enseignants locaux formés par World Vision. Le centre comprend un espace de jeu et offre des jouets, des jeux et du matériel éducatif pour les enfants.

Gvantsa, 9 ans, une élève du centre de Sakasheti, est reconnaissante d’avoir un endroit confortable pour apprendre et pour jouer. Gvantsa et les autres enfants du pays se rencontrent quotidiennement au centre pour écouter des histoires, faire du sport, travailler en groupe, discuter entre eux et participer à des activités artistiques et culturelles. Les enfants participent à des activités organisées ou spontanées, et en plus de suivre les programmes scolaires apprennent à utiliser un ordinateur et à adopter de bonnes pratiques d’hygiène.

Ils bénéficient également d’un suivi psychologique pour les aider à surmonter le stress qu’ils ont subi pendant le conflit et le déplacement qui a suivi.

Guérir les blessures psychologiques

Les personnes déplacées disposent de peu d’argent pour acheter des jouets et des livres ; les parents sont plus préoccupés de reconstruire leurs maisons et leurs fermes endommagées. Les centres « amis des enfants » permettent aux parents ou à ceux qui sont responsables des enfants de se livrer à leurs activités quotidiennes sans avoir à s’inquiéter pour leur sécurité et leur bien-être.

« Nos enfants ont peur la nuit ; c’est un soulagement pour eux d’être ici, » explique Gelatashvili, un éducateur de la petite enfance, père de deux jeunes enfants du groupe. « En tant qu’adultes, nous avons aussi été touchés. Pour nous c’est aussi un processus de réadaptation de travailler avec des enfants. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Géorgie/2009/Amurvelashvili
Un jeune enfant profite de la chance de pouvoir jouer et étudier dans un espace sécurisé.

Le centre est ouvert ici depuis trois mois. Soigneusement conçu, son environnement neutre est destiné à fournir aux enfants un espace qu’ils sont libres d’animer de couleurs et de mouvement et de faire leur. De petits tapis, des coussins recouvrent le sol et offrent des places confortables pour s’asseoir à l’heure des histoires. Le centre est bien chauffé les mois d’hiver, et bien approvisionné en livres, en maisons de poupée, en trains électriques et possède même un panier de basket et une balle de mousse pour les plus actifs.

L’environnement chaleureux et convivial des centres « amis des enfants » ont été spécialement conçus pour aider à guérir les blessures psychologiques que les enfants ont subies pendant le déroulement du conflit.

Khatia, 10 ans, affirme, « à la fin de la journée, je n’ai pas envie de quitter ma salle de classe et de rentrer à la maison. »


 

 

Recherche