Éducation de base et égalité des sexes

La Première Dame du Rwanda récompense de jeunes femmes pour l’excellence de leurs résultats scolaires

Image de l'UNICEF
© UNICEF Rwanda/2008/Rippe
La Première Dame du Rwanda, Jeannette Kagame, félicite une des 58 filles récompensées pour l’excellence de leurs résultats scolaires.

Par Carol Douglis

MUHANGA, Rwanda, 12 mai 2008 – Cinquante-huit jeunes femmes ont eu leur instant de célébrité lorsque, au début du mois, la Première Dame du Rwanda leur a remis un prix pour les récompenser de leur exceptionnelle réussite scolaire.

Parrainée par l’UNICEF, la cérémonie s’est déroulée dans les environs de Kigali et était organisée par la Fondation Imbuto, créée par la Première Dame, Jeannette Kagame, dans le but de soutenir les programmes d’éducation et d’aide sociale.

C’est la cinquième année que la Première Dame remettait des récompenses à des filles ayant atteint un niveau d’excellence. Au total, 479 filles de toutes les provinces ont reçu des prix. Les plus jeunes élèves ont reçu un cartable contenant des livres et des fournitures scolaires tandis que les lauréats des écoles secondaires ont reçu des ordinateurs portables ainsi que des aides pour une formation à l’informatique.  

« Ces récompenses ont pour but de stimuler les résultats des filles de l’ensemble du pays, » a déclaré Mme Kagame.

L’éducation des filles devient une priorité nationale

Bien qu’à la base  les taux de scolarisation dans les établissements primaires du Rwanda soient élevés, la pauvreté, des enseignants insuffisamment qualifiés, des programmes scolaires dépassés et diverses croyances traditionnelles contribuent dans leur ensemble à augmenter les taux d’abandon scolaire, particulièrement chez les filles.

Cependant, l’éducation des filles s’impose peu à peu comme une priorité nationale, en partie grâce au fait que la constitution du Rwanda exige qu’au moins 30% des députés et sénateurs du pays soient des femmes. Aujourd’hui, le Rwanda possède la plus grande proportion au monde de femmes dans la législature du pays : 49% au Parlement et 35% au Sénat.

« Si nous voulons continuer à avoir des femmes à des postes de décision, nous devons les préparer dès l’école primaire et au-delà, » a déclaré le Ministre d’Etat de l’enseignement primaire et secondaire, Théoneste Mutsindashyaka.

Pour les filles, des obstacles subsistent

Les dirigeants rwandais ont conscience que la participation des hommes et des femmes est nécessaire pour que le Rwanda puisse réaliser son projet de développement d’une économie ambitieuse fondée sur le savoir et les connaissances. Aujourd’hui, la plupart des Rwandais dépendent d’une agriculture de subsistance.

La Première Dame a demandé que l’on redouble d’efforts pour mettre un terme au harcèlement sexuel et à la violence contre les enfants, deux obstacles à la scolarisation des filles. D’autres obstacles existent aussi dont la pauvreté, la nécessité de trouver un emploi et la conviction, très répandue dans l’opinion, que les filles ne peuvent pas réussir, particulièrement dans le domaine des sciences.

De plus, environ 100 000 enfants vivent dans des foyers dirigés par un enfant; le chef de famille est habituellement une soeur aînée qui ne fréquente pas l’école même si elle a des  frères et des soeurs plus jeunes qui y vont.

L’absence d’installations sanitaires adéquates dans les écoles peut aussi conduire à l’abandon scolaire. Quand les filles doivent partager les toilettes avec les garçons, elles doivent souvent subir moqueries et quolibets. Le gouvernement, l’UNICEF et ses partenaires travaillent à l’amélioration des installations sanitaires dans les écoles.

« Un palais de richesses »

« Si vous poursuivez votre parcours scolaire, » a expliqué aux filles le Représentant de l’UNICEF au Rwanda, le Dr Joseph Foumbi, durant la cérémonie de remise des prix, « vous réussirez dans la vie et inspirerez vos petites soeurs et les générations futures. Vous donnerez raison au vieux proverbe rwandais qui dit : " Umukobwa ni nyampinga " ("Une fille est un palais de richesses").»

Ces récompenses s’inscrivent dans le cadre d’une initiative UNICEF/ONU plus vaste destinée à faire progresser le niveau scolaire dans l’ensemble du pays. L’UNICEF est à pied d’œuvre pour améliorer la qualité de la formation des enseignants et a aidé le Gouvernement rwandais à élaborer un projet de programme pour l’éducation des filles. Celui-ci devrait être prochainement entériné par le Parlement.

Parallèlement, l’UNICEF et ses partenaires ont épaulé le gouvernement en créant 52 écoles adaptées aux enfants. Le succès de ce programme a poussé le gouvernement à envisager de l’élargir à 400 écoles ainsi qu’à adopter le modèle des écoles « amies des enfants » comme critère de qualité pour toutes les écoles du pays.


 

 

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche