Éducation de base et égalité des sexes

États en situation de fragilité

Image de l'UNICEF
© UNICEF Jalalabad/2007
Encouragée par son père, Hakima, 9 ans, va dans une école communautaire soutenue par l’UNICEF en Afghanistan.

Les enfants ont le droit fondamental à une éducation de qualité, indépendamment de leur sexe, de leur statut socio-économique, de leur ethnicité ou de leur religion. C’est aux États qu’incombe en dernier ressort la responsabilité d’offrir une éducation de base à leurs citoyens. Qu'advient-il, alors, quand un gouvernement ne peut s'acquitter de cette responsabilité ? Qu'est-ce qui se passe quand un État est si fragile que ses enfants ne sont pas scolarisés ?

Que ce soit dû à un manque d'engagement politique, à des institutions affaiblies, voire à un mépris délibéré des droits humains, certains gouvernements ont effectivement renoncé à leur responsabilité d'assurer l'éducation de leurs citoyens. Parmi ces citoyens ainsi dépossédés, on compte un tiers de toutes les personnes vivant avec moins d'un dollar par jour dans le monde la moitié de tous les enfants qui meurent avant l'âge de cinq ans. Beaucoup de ces pays sont aux prises avec un conflit, des troubles divers et un environnement politique volatil.

L'UNICEF estime que si les gouvernements ont failli à leur rôle de prestataires de l'éducation et autres services de base, pour quelque raison que ce soit, les organismes internationaux doivent se tourner vers d'autres « détenteurs d’obligations ».

Dans les pays qui sont incapables de fournir des services de base aux enfants, ou s’y refusent, l'UNICEF et ses ONG partenaires travaillent généralement par le biais des parents et des communautés, en s'appuyant sur tous les moyens qu'ils ont à leur disposition. Dans de nombreux cas, un développement axé sur la communauté et impulsé par la communauté a permis d’ancrer solidement l'éducation dans les États fragiles, en lui faisant prendre racine dans le tissu social.

En même temps, l'UNICEF redouble d’efforts en matière de plaidoyer afin d'obtenir l'engagement et le soutien des gouvernements en faveur d’une éducation de base et de qualité. Dans des pays comme l'Afghanistan, le Soudan et Timor-Leste, l'UNICEF travaille avec la société civile pour faciliter la transition vers des systèmes fondés sur les États lorsque ces gouvernements étaient prêts à prendre la relève et assumer leurs responsabilités.

La prestation de services dans les États en situation de fragilité est une tâche redoutable ; l'UNICEF doit faire face à des problèmes opérationnels un défi des environnements opérationnels et une gamme complexe de facteurs politiques, techniques et questions de politique.

Chaque pays étant différent, les interventions varient selon les circonstances. Dans les États dont les gouvernements n'ont tout simplement pas les moyens d'assurer correctement l'éducation, l'UNICEF s'emploie à combler les lacunes. Différentes stratégies sont utilisées là où les gouvernements refusent les services d’éducation pour sanctionner l’opposition, ou lorsque l'éducation est utilisée comme une arme pour promouvoir l'intolérance ou perpétuer les inégalités qui attisent les tensions sociales.

En règle générale, les États en situation de fragilité sont ceux où l'Aide au développement est le plus nécessaire, mais où elle est la plus difficile à dispenser. C’est pour cette raison que les donateurs se focalisent de plus en plus sur les États en situation de fragilité par le biais, entre autres, du Comité d'aide au développement (CAD) de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de l’Initiative pour l'accélération de l'éducation pour tous (FTI-EPT), aujourd’hui appelée « Partenariat pour l’éducation ».

Dans le cadre de ces efforts, l'UNICEF suit et évalue de près les programmes couronnés de succès dans les États en situation de fragilité afin de déterminer les moyens les plus efficaces pour offrir une éducation et d'autres services, tout en construisant des capacités à long terme et donc en renforçant la stabilité à long terme.

L'éducation n'est pas censée être un luxe ou une récompense. Les gouvernements sont chargés d'instruire tous leurs enfants, et un gouvernement attaché aux droits de l'homme veut que sa population soit capable et instruite.

L'UNICEF veut faire en sorte qu'aucun enfant, quel que soit la situation politique ou économique de son pays, ne soit privé d'une éducation de qualité, et travailler pour renforcer l'avenir du pays, aussi fragile soit-il.


 

 

Liens

Ces liens s'ouvrent sur des sites qui ne sont pas de l'UNICEF :

OCDE Comité d'aide au développement (CAD)

Partenariat mondial pour l'éducation

Recherche