Éducation de base et égalité des sexes

Les nouvelles écoles en dur de l’après-tsunami à Banda Aceh instaurent de nouvelles normes

Image de l'UNICEF
© UNICEF Indonesia/2007
Kuntoro Mangkusubroto, Directeur de l’agence de reconstruction, entouré d’élèves de la SDN 15, la dernière école ouverte à Banda Aceh.

Par Anna K. Stechert

ACEH ET NIAS, Indonésie, 11 octobre 2007 – L’UNICEF a construit plus de 50 écoles depuis l’inauguration il y a un an du premier bâtiment scolaire en dur à Banda Aceh, une ville dévastée par le tsunami.

Soucieux de commémorer cette réussite, l’UNICEF, l’Agence de réhabilitation et reconstruction,  des élèves et leurs enseignants, des dirigeants d’établissements scolaires, des membres des communautés et des représentants du gouvernement de la province d’Aceh ont célébré ensemble récemment la fin du chantier de l’école SDN 17.

« J’adore ma nouvelle école ! », s’exclame Budhi, une élève, au moment où elle entre dans sa nouvelle salle de classe au deuxième étage. « C’est tellement propre et tellement grand. Je pense que je vais vraiment aimer travailler ici » ! Comme toutes les autres écoles construites avec le soutien de l’UNICEF, la SDN 17 dispose de vastes salles de classe, de toilettes séparées pour les filles et les garçons, et d’une grande cour de récréation.

Une étape vers une vie normale

Les nouvelles écoles en dur ont aussi établi de nouvelles normes parasismiques. Pour la communauté autour de la SDN 17, ce nouvel immeuble de deux étages représente une étape importante vers une vie normale.

Il y aura bientôt trois ans, un tremblement de terre sous l’océan Indien déclenchait le terrible tsunami qui emportait l’ancienne école. La plupart des élèves ont péri au cours de cette catastrophe.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Indonesia/2007
Le responsable de l’UNICEF pour les opérations sur le terrain à Aceh et Nias, Edouard Beigbeder, montre à Kuntoro Mangkusubroto, Directeur de l’agence de reconstruction, des photos des écoles nouvellement construites.

Les trois classes de l’école qui avait été reconstruite en partie en dur, là où les élèves étudiaient pendant la construction de la future école, seront transformées en salle de réunion, centre de soins et salle de jeux pour les villageois.

La cinquantaine d’écoles terminées font partie de l’effort continu de l’UNICEF pour proposer une éducation de base à chacun des élèves du primaire à Aceh et Nias. Plus de 100 nouvelles écoles sont en cours de construction et 55 autres sont en prévision.

Un environnement propice aux études

Gianfranco Rotigliano, Représentant de l’UNICEF en Indonésie, disait lors de la célébration « ensemble, nous avons déjà permis aux élèves de 52 écoles d’étudier dans un environnement sain et adapté. Nous allons continuer notre travail pour être sûrs que tous les enfants d’Aceh et Nias pourront étudier dans une bonne école. »

L’UNICEF a élargi son programme de construction à six districts touchés par les conflits des provinces d’Aceh et Nias dans le but d’atteindre les enfants les plus vulnérables ; l’organisation est maintenant présente sur 13 districts au total.

« Nous n’abandonnerons pas des enfants sous prétexte qu’ils vivent dans des zones reculées, » a dit M. Rotigliano. « Dans les six districts ajoutés, le taux des inscriptions et l’accès à l’école sont particulièrement faibles. Chaque enfant a droit à un minimum d’éducation, et nous mettrons tout en œuvre pour que ce droit soit réalisé dans les régions touchées par les conflits. » 


 

 

Recherche