Éducation de base et égalité des sexes

Bienvenue à l’école : mobilisation pour l’accès de tous à l’éducation au Népal

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Des banderoles « Retour à l’école » à la main, des enfants du village de Gotihawa participent à un défilé en faveur de l’éducation.

Par Sagun S. Lawoti

KAPILVASTU, Népal, 7 juin 2006 – Après l’agitation politique qui avait perturbé la vie du Népal au début de l’année, des manifestations d’une autre sorte ont eu lieu dans les villages et les villes du pays le mois dernier. Elles étaient entraînées par des enfants qui scandaient des slogans comme « Envoyez les enfants à l’école… Pas de discrimination entre filles et garçons … Protégez les droits de l’enfant… Pour la sagesse que donne la connaissance ».

Ces manifestations faisaient partie de la campagne nationale « Retour à l’école » qui a pour but d’augmenter le nombre d’enfants – des filles en particulier – scolarisés dans le primaire, l’accent étant mis sur les enfants des castes inférieures et des secteurs les plus désavantagés de la société.

« L’an dernier, l’UNICEF avait surtout pour but de maintenir les écoles ouvertes et de garder les enfants à l’abri de la violence », a dit la Représentante de l’UNICEF au Népal Suomi Sakai. Suite à l’accord conclu récemment entre les parties engagées dans une vive lutte politique, a ajouté Mme. Sakai, « nous espérons que cette année sera une année de croissance et de paix dans les écoles. Nous espérons en particulier que la campagne « Retour à l’école pourra continuer à amener à l’école les enfants pour qui l’éducation n’était qu’un rêve ».

« Il y a encore plus d’un demi million d’enfants qui ne vont pas à l’école au Népal. C’est un demi million de trop ».
Sangita Gupta, un des enfants engagés dans la campagne, est en huitième année dans un collège du village de Siyokhor, dans le district de Kapilvastu. « Outre les slogans, les banderoles et les affiches, on annonce les dates limites d’inscription et d’amission », dit-elle. « On distribue aussi des invitations aux parents pour qu’ils inscrivent leurs enfants à l’école ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Dans le cadre de la campagne pour l’éducation, des enseignants de l’école primaire de Shree Kotigram distribuent des cartes d’invitation aux parents dont les enfants ne sont pas scolarisés.

Le droit fondamental à l’éducation

Lancée par l’UNICEF et ses partenaires en 2004, la campagne « Retour à l’école » a été présentée en premier lieu dans 1 600 écoles primaires de 13 districts pilotes. Elle a été lancée pour aider à atteindre l’Objectif du Millénaire pour le développement no. 2, veiller à ce que tous les enfants, garçons et filles confondus, aient accès a l’école primaire d’ici à 2015.

La campagne a été menée en deux temps. D’abord une période d’inscription axée sur les filles et les groupes désavantagés. Ensuite, une initiative visant à améliorer l’environnement scolaire, de manière à ce que les enfants puissent être retenus assez longtemps à l’école pour achever le cycle primaire.

L’UNICEF s’est efforcé de forger et coordonner des partenariats entre les gouvernements au niveau local, les organisations non gouvernementales, d’autres institutions de l’ONU et quelque 6 400 groupes communautaires.

« Le nombre d’élèves inscrits est passé de 356 à 971 au cours des 18 mois derniers », a fait valoir le Directeur du Collège national du Népal à Bithuwa, Lal Chandra Pandey. « Cela montre que de plus en plus de personnes reconnaissent que l’éducation est un droit fondamental ».

Dépasser l’objectif en matière de scolarisation

En 2005, la campagne a été élargie à l’ensemble des 75 districts du pays, ce qui a considérablement augmenté les taux de scolarisation et d’alphabétisation des filles et des enfants désavantagés.

D’après les données du Ministère de l’éducation, plus de 470 00 enfants – près de 270 000 filles et plus de 200 000 garçons – se sont inscrits dans les écoles primaires dans le pays depuis le lancement de la campagne. Ce résultat dépasse de loin l’objectif de 160 000 enfants.

Dans tout le pays, les écoles, élèves, enseignants et organisations communautaires se mobilisent pour s’assurer que tout enfant en âge d’aller à l’école a effectivement accès à l’éducation. Dans de nombreuses écoles, les enfants reçoivent des cahiers et des crayons, sorte d’incitation à venir en classe. Le Ministère de l’éducation a également accordé 125 000 bourses à des élèves qui s’inscrivaient à l’école pour la première fois, en plus des bourses données aux filles.

L’éducation génératrice d’espoir

L’initiative Bienvenue à l’école a toutefois bien des obstacles à surmonter. Les coutumes traditionnelles, la pauvreté et le manque d’infrastructure entravent la scolarisation des enfants au Népal, et celle des filles en particulier.

L’UNICEF et ses partenaires s’efforcent d’améliorer la situation. Ils ont mis en place, par exemple, des programmes pilotes pour aider les filles de milieux désavantagés à négocier le passage du primaire au secondaire. Certaines de ces mesures ont déjà des effets positifs.

« Les gens me disent souvent que cela ne sert à rien d’envoyer ma fille à l’école », dit Chandrakala Gupta, la mère d’une élève de 8 ans à Bithuwa. « Mais je crois que les avantages de l’éducation la suivront partout où elle ira. Parce que je sais que quand un enfant a bénéficié de la scolarisation, il y a de l’espoir ».


 

 

Vidéo (en anglais)

6 juin 2006:
La correspondante de l’UNICEF Sabine Dolan présente la campagne « Retour à l’école » au Népal.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche