Éducation de base et égalité des sexes

Processus de paix au point mort : l’éducation des enfants du Nord de la Côte d’Ivoire compromise

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
L’annulation des examens privera les enfants du Nord de la Côte d’Ivoire des bénéfices d’une année de travail.

Par Kun Li

NEW YORK, 6 octobre 2005 – Depuis deux ans, aucun examen scolaire n’a été organisé dans le Nord de la Côte d’Ivoire – ce qui signifie que les enfants n’ont pas pu passer dans la classe supérieure ni se présenter à leur examen de fin d’études. On espérait que les examens auraient finalement lieu cette année, mais le Ministère de l’éducation a de nouveau décidé de les ajourner – cette fois indéfiniment – à cause du conflit civil en cours.
L’annulation des examens prive les enfants d’une année de dur travail scolaire et suscite peur et incertitude pour l’avenir. Quelques 58 000 enfants sont touchés par cette mesure.

« Les enfants n’ont pas passé d’examen depuis deux ans », constate le Représentant de l’UNICEF en Côte d’Ivoire, Youssouf Oomar. « Certains ont complètement arrêté d’aller à l’école. Ils risquent de faire tout et n’importe quoi ».

Le Ministère de l’éducation justifie le report des examens en invoquant le manque de sécurité. Le processus de paix dans lequel le pays s’est engagé est actuellement au point mort. « La réalité est qu’il n’y a pas de paix et qu’il n’y a pas de guerre», affirme M. Oomar.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Quelques 58 000 enfants sont touchés par le report des examens

Scolariser pour construire la paix

La Côte d’Ivoire est depuis des années gravement divisée par un conflit qu’aggravent les clivages ethniques. Dans le Nord, de nombreuses écoles ont été fermées et beaucoup d’enseignants ont dû fuir la région.

L’UNICEF estime qu’au-delà de sa mission d’enseignement pour les enfants, l’école doit être un environnement protecteur pour les garçons et les filles, particulièrement dans les temps de crise. L’UNICEF demande à toutes les parties au conflit en Côte d’Ivoire de respecter le droit des enfants à l’éducation et demande instamment au gouvernement d’organiser les examens scolaires dans tout le pays.

« Nous le savons, l’éducation est un bon outil pour construire la paix, déclare M. Oomar, je demande à toutes les parties de se rendre à la raison et d’essayer de faire avancer le processus de paix. Il faut laisser les gens vivre une vie normale et les enfants profiter d’une enfance dont ils sont privés depuis trop d’années. »


 

 

Audio (en anglais)

6 octobre 2005 :
Le Représentant de l’UNICEF en Côte d’Ivoire, Youssouf Oomar, parle de la décision du Ministère de l’éducation d’ajourner les examens dans les écoles du Nord du pays.

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche