Éducation de base et égalité des sexes

À Hafun, le rêve d’une petite fille devient réalité

Image de l'UNICEF
© UNICEF Somalia
Après le tsunami dans l’océan Indien, Faduma Farah Aden, 9 ans, a réalisé son rêve d’aller en classe. On est en train de remplacer son école provisoire par un bâtiment en dur.

Le dernier rapport de l'UNICEF « Progrès pour les enfants », sur la parité des sexes et l'enseignement primaire, s'inscrit dans le cadre des nombreux efforts entrepris par les partenaires au sein de la communauté mondiale afin de garantir que garçons et filles aient les mêmes chances d'aller à l'école. Ce rapport vient en complément du travail de l'Initiative des Nations Unies pour l'éducation des filles et du projet de Réalisation de la parité des sexes et ses perspectives dans l'éducation, qui tous deux bénéficient de l'appui des institutions des Nations Unies, des gouvernements, des pays donateurs, des organisations non gouvernementales, de la société civile, du secteur privé, des populations et des familles. La sortie de « Progrès pour les enfants » est prévue pour le  18 avril 2005.

Par Alhaji Bah

HAFUN, Somalie, 7 avril 2005 – Faduma Farah Aden, 9 ans, avait toujours voulu aller à l’école, sans jamais imaginer qu’elle aurait cette chance. Comme la plupart des filles d’Hafun, un village de pêcheurs du nord-est de la Somalie, elle s’était résignée à passer ses journées à garder les moutons et à rechercher du bois pour le feu. Mais tout a changé le jour où le raz-de-marée a frappé la côte somalienne.

À la suite de la catastrophe du 26 décembre 2004, l’UNICEF a aidé à la création de salles de classe provisoires à Hafun et à la distribution de matériel éducatif, de fournitures scolaires et d’équipements pour les loisirs, et des colis d’écoles en boîte. Après le bouleversement de la routine provoqué par le tsunami, les filles ont été incitées à aller en classe. Faduma a sauté sur l’occasion.

« Nous sommes très reconnaissants à l’UNICEF, parce que sans l’UNICEF je garderais tous les jours les chèvres » a dit Faduma. À Hafun, le nombre d’enfants scolarisés est passé de 50 à 340.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Somalia/2005
Faduma Farah Aden appartient à une famille de nomades qui s’est installée à Hafun peu de temps avant le tsunami.

Grâce au soutien de l’UNICEF, l’école provisoire va être bientôt remplacée par un bâtiment en dur. Le 6 avril, Mohamud Muse Hirsi « Adde », président de la région somalienne du nord-est, le Puntland, a posé la première pierre, à Hafun, de la future structure de quatre salles de classe. L’école sera suffisamment grande pour accueillir les élèves étudiant dans les installations provisoires ainsi que les nouveaux élèves venant des villages environnants. Elle comportera une cour de récréation, un bureau, une réserve et une salle commune.

Lors de la cérémonie de pose de la première pierre, le président a promis que son administration allait recruter au moins six enseignants et il a demandé à l’UNICEF d’aider à la construction de deux salles de classe supplémentaires dans un proche avenir.

Faduma a désigné du doigt le nouveau site de l’école et a dit : « C’est là que j’avais l’habitude de garder les chèvres avec mes amies. Lorsque nous étions assises à l’ombre des arbustes, nous avions toujours l’espoir d’avoir la chance d’aller à l’école et nous priions pour cela. Aujourd’hui, on va aller à l’école dans notre propre village ».

Maintenant que son rêve est réalisé, Faduma en a un autre. Elle espère que son village aura bientôt, outre l’école, un hôpital. Elle veut être infirmière mais ses parents ne la laisseront pas exercer son métier hors du village. Faduma ne se laisse pas décourager. Elle sait que les rêves deviennent bien réalité.


 

 

Recherche