Éducation de base et égalité des sexes

Les filles indiennes demandent l’égalité d’accès à l’éducation

Image de l'UNICEF
© UNICEF ROSA/2005/Biswas
À New Delhi, les filles demandent qu’on les aide davantage à obtenir l’égalité vis-à-vis des garçons et l’accès à une éducation de qualité.

Le dernier rapport de l'UNICEF « Progrès pour les enfants », sur la parité des sexes et l'enseignement primaire, s'inscrit dans le cadre des nombreux efforts entrepris par les partenaires au sein de la communauté mondiale afin de garantir que garçons et filles aient les mêmes chances d'aller à l'école. Ce rapport vient en complément du travail de l'Initiative des Nations Unies pour l'éducation des filles et du projet de Réalisation de la parité des sexes et ses perspectives dans l'éducation, qui tous deux bénéficient de l'appui des institutions des Nations Unies, des gouvernements, des pays donateurs, des organisations non gouvernementales, de la société civile, du secteur privé, des populations et des familles. La sortie de « Progrès pour les enfants » est prévue pour le  18 avril 2005.

NEW DELHI, Inde, 11 avril 2005 – Les filles en Inde demandent qu’on les aide davantage à obtenir l’égalité d’accès à une éducation de qualité. À l’atelier organisé le 7 avril par l’UNICEF à New Delhi, la capitale de l’Inde, une cinquantaine de filles venues de sept États indiens se sont réunies pour débattre et partager leurs expériences en matière d’éducation.

Chaque fille en âge d’aller dans un établissement secondaire qui participait à l’atelier avait été à l’école pendant au moins cinq ans, malgré une forte opposition de sa famille et de sa communauté. Ces filles ont parlé de la bataille qu’elles avaient dû livrer en essayant d’aller en classe; elles ont dit avoir été libérées, grâce à l’éducation, de chaînes qui leur avaient semblé impossibles à briser, leur ouvrant ainsi des vies et des opportunités dont elles avaient seulement rêvé auparavant.

Image de l'UNICEF
© UNICEF ROSA/2005/Biswas
À un atelier de l’UNICEF, qui s’est tenu à New Delhi, des filles ont recours au théâtre et à des récits pour décrire les difficultés auxquelles elles font face pour obtenir une éducation de qualité.

En s’exprimant par le théâtre, l’art et en racontant des histoires, les filles ont demandé que les écoles soient situées plus près de chez elles ; que ces écoles soient sûres et propres, avec des toilettes qui fonctionnent; que les enseignants soient diplômés, qu’il y ait des enseignantes, et que l’enseignement soit approprié et qu’il ait une signification, allant au-delà du domaine des manuels au programme.

Parmi ceux qui assistaient à l’atelier, figuraient le Secrétaire indien à l’éducation élémentaire et la directrice générale de l’UNICEF, Carol Bellamy, qui a salué la fermeté et la détermination des filles. Elle leur a conseillé de continuer à militer pour l’éducation, dans leur famille, dans leur communauté et vis-à-vis du gouvernement, et elle a répété qu’une éducation de qualité pour les filles était la clé de la transformation des sociétés.

En Inde, la proportion des filles qui peuvent aller à l’école reste faible, si on la compare à celle des garçons du même âge. Dans ce pays, environ 70 pour cent des filles de six à dix ans vont à l’école primaire, contre  76 pour cent des garçons de la même classe d’âge. La situation est  pire au niveau du primaire supérieur, qui compte seulement 40 pour cent de filles. Parmi les principaux facteurs de cette disparité, figurent la pauvreté et la persistance de préjugés sociaux et culturels qui conduisent à une discrimination à l’encontre des filles.

Cet appel à l’égalité dans l’éducation  coïncide avec la date capitale fixée dans les Objectifs du Millénaire pour le développement, fixés par les Nations Unies. En effet, la parité entre les garçons et les filles dans l’enseignement primaire et secondaire doit être atteinte cette année, en 2005.


 

 

Vidéo (en anglais)

11 avril 2005:
Carol Bellamy avec de jeunes écolières en Inde

bas | haut débit
(Real player)

Recherche