Éducation de base et égalité des sexes

Les enfants iraquiens ont la ferme volonté d’étudier malgré la violence actuelle

Image de l'UNICEF
© UNICEF, Iraq, 2005
Des milliers d’écoles iraquiennes ont été pillées ou gravement endommagées lors du conflit ; aussi un bon nombre de ces écoles fonctionnent-elles selon un système de rotation, les mêmes installations étant utilisées par plus d’une école.

Bagdad, 31 mars 2005 – À la fin de chaque journée d’école, Selma Abbas, une enseignante iraquienne chevronnée, demande dans ses prières que ses élèves reviennent sains et saufs le lendemain. Face à la menace constante de violence, qui pénètre chaque aspect de la vie quotidienne en Iraq, elle a de bonnes raisons de prier. Des milliers d’écoles ont été pillées ou gravement endommagées lors du conflit, un bon nombre d’entre elles fonctionnent selon un système de rotation, les mêmes locaux étant occupés par plus d’une école. En outre, plus de la moitié de ces écoles n’ont ni eau ni équipement d’assainissement.

Pourtant, les jeunes s’efforcent de rester optimistes. Shams Salih a été déçue de ne pouvoir fêter son quinzième anniversaire avec sa famille et ses amis, en raison du couvre-feu pour les élections, mais elle admet que son anniversaire n’a guère d’importance vis-à-vis des questions plus urgentes en jeu. « C’est peu de choses en comparaison de tout l’espoir que je place dans l’avenir », dit-elle. « Je rêve d’un Iraq libre, sûr et prospère, où je pourrais avoir une vie heureuse avec ma famille et fêter mon anniversaire avec mes
amis ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF, Iraq, 2005
La violence actuelle n’empêche pas ces filles d’aller en classe.

Pour Fatima Khalid, âgée de 17 ans, la jeunesse iraquienne a un rôle crucial à jouer dans l’avenir du pays. « Dans nos études, nous devons travailler dur, afin d’être en mesure de rebâtir le pays et d’ouvrir la voie à un avenir meilleur pour les générations qui viennent ».

Le père d’Ali, un étudiant en génie électrique, est du même avis et, lorsqu’il entend des gens se plaindre des coupures de courant, il dit : « Ne vous inquiétez pas ! Ali et ses camarades sont doués, ils vont bientôt obtenir leur diplôme et ils répareront les centrales électriques».

Mais l’énergie et l’optimisme ont des limites face à la violence constante. « Le bien-être de chacun a été affecté par le cycle privations, guerre et violence », dit Fatima. « Je ne vois pas de grandes améliorations dans la situation ».

Dans de telles circonstances, il est édifiant de voir avec quelle détermination les jeunes continuent leurs études. « J’ai travaillé très dur pour passer les examens du deuxième trimestre, malgré la violence constante, le froid et les longues coupures de courant – même les lampes et les appareils de chauffage au pétrole ne fonctionnaient pas en période d’examen à cause de la pénurie de carburant », affirme Rana.

Image de l'UNICEF
© UNICEF, Iraq, 2005
Les enseignants iraquiens font de leur mieux pour combler le retard provoqué par des années de conflit et de guerre.

Yasmeen Nazar, une étudiante en première année à la Faculté de droit de Bagdad, estime que la seule solution réside dans le rétablissement de la sécurité. « Il a fallu que la sécurité disparaisse pour que je comprenne son importance ; maintenant je sais qu’il n’y a rien d’aussi important » dit-elle. « Je rêve de marcher dans des rues sûres et de ne pas craindre constamment que quelque chose de grave arrive à ma famille ».

La ferme volonté d’étudier des élèves ne suffira pas à annuler les effets des années de guerre s’il n’y a pas une vaste amélioration au niveau des écoles et des programmes. « L’Iraq a du retard sur un bon nombre de pays dans le monde et dans la région », indique Mme Abbas. « Nous ne pouvons combler ce retard qu’en permettant à nos enfants d’accéder à la connaissance et à l’information ».

La situation des enfants dans le monde 2005 met l’accent sur l’enfance, définie comme la situation et les conditions de vie d’un enfant. Ce rapport estime que les conflits sont, avec la pauvreté et le VIH/SIDA, l’une des principales menaces pesant sur l’enfance. Pour en savoir plus sur la façon dont les conflits menacent l’enfance.


 

 

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche