En bref : Gambie

Des mères militent pour l’éducation des filles

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Réunion des membres du Club des mères à Sare Samba (Gambie).

Par Thomas Nybo

SARE SAMBA, Gambie, 18 décembre 2006 – En Gambie, la vie est souvent difficile pour les filles qui grandissent dans les communautés agricoles. On s’intéresse très peu à leur éducation. Elles sont souvent mariées de force très jeunes et on attend d’elles qu’elles travaillent la terre et qu’elles prennent soin de la maison.

Mais aujourd’hui, un groupe de mères dévouées a décidé de changer les choses. Ce groupe a une influence positive en Gambie car elles appuient les efforts accomplis vers l’éducation universelle et la mise en place d’écoles adaptées aux filles en créant des Clubs de mères à travers tout  le pays.  

Ici à Sare Samba, des membres du Club des mères aident à la construction de nouvelles écoles. Elles font du porte à porte pour encourager les parents à inscrire leurs filles dans la nouvelle école et les classes se remplissent rapidement. Parmi les nouveaux élèves, on remarque Amy Touray, 14 ans. Il y a peu de temps encore, elle passait sa journée dans les champs mais maintenant elle sait lire, écrire et même parler anglais.

L’importance de l’éducation

« Si tu ne vas pas à l’école, tes parents vont te marier très vite, ou t’emmener dans les champs et te surcharger de travail », dit Amy. « Mais si tu vas à l’école, toute cette énergie est dépensée pour te rendre meilleure. Tu apprendras à te connaître, tu connaîtras tes droits et sauras prendre soin de toi. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Grâce au Club des mères de Sare Samba, on a construit une nouvelle école qui s’est vite remplie d’élèves.

Grâce au travail inlassable des Clubs des mères, des filles comme Amy apprennent non seulement leurs droits mais aussi l’importance de l’éducation.

« Lorsque je serai grande, je veux être une directrice comme celle de mon école », affirme Amy. « Elle fait beaucoup de choses. Elle nourrit et assure le bien-être de sa famille sans l’aide de quiconque et c’est quelque chose qu’on ne peut pas faire sans éducation. »

Des aides pour les frais de scolarité

Fatou Bah est la présidente du Club des mères de Sare Samba. Elle dit qu’elle est reconnaissante de l’argent offert par l’UNICEF pour lancer le projet. Elle affirme que les revenus obtenus grâce à divers projets permettent au club d’acheter des fournitures comme des livres scolaires, des uniformes, des chaussures et autres articles de base.

« Au départ l’UNICEF nous a donné 6 000 dollars E.-U. pour aider les femmes de notre communauté », explique-t-elle. « Nous les avons fait fructifier et aujourd’hui nous disposons de 15 000 dollars. Une partie des fournitures que nous avons laissées à l’école a été achetée avec l’argent que nous avons récolté ».  L’UNICEF a aussi fourni des machines pour passer moins de temps à moudre le grain,  ce qui laisse plus de temps et d’énergie aux femmes et aux filles pour apprendre. Pour améliorer la nourriture pour les enfants, les membres du club ont aidé à faire des potagers à l’école, ce qui donne aux parents une autre bonne raison d’y envoyer leurs enfants.

Aujourd’hui, on dénombre 90 clubs de ce type partout en Gambie, tous soutenus par le Forum gambien des femmes éducatrices de l’Afrique et l’UNICEF. Parce que les mères comprennent le pouvoir de l’éducation, une myriade de possibilités s’ouvrent maintenant aux filles de Gambie.


 

 

Vidéo (en anglais)

18 décembre 2006:
Thomas Nybo, correspondant de l’UNICEF, enquête sur les Clubs des mères en Gambie et leurs efforts pour scolariser plus de filles.

 VIDEO  alta | baja

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Lien

Quelles sont les stratégies de l'UNICEF en faveur de l'éducation des filles?

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche