Eau et assainissement

L’eau, l’environnement et l’assainissement sont des questions inexorablement liées à l’éducation des filles. Quand on sait qu’un milliard de personnes n’ont pas d’eau salubre et que près de 2,4 milliards de personnes – près de la moitié de la population mondiale – n’ont pas de système d’assainissement adéquat, il n’est pas surprenant qu’un nombre si important d’écoles ne puissent pas assurer ces services essentiels à leurs élèves.

L’eau salubre et les installations sanitaires garantissent la qualité de l’éducation au même titre que les crayons, les manuels et les enseignants. L’eau salubre et les installations sanitaires sont indispensables pour que les filles puissent occuper la place qui leur revient dans la salle de classe. Si ces services de base ne sont pas assurés, les filles continueront à être absentes. De trop nombreuses écoles manquent terriblement aux conditions d’hygiène, avec des systèmes d’approvisionnement en eau défectueux, sales et dangereux et des toilettes ou des latrines qui ne sont pas adaptées aux enfants, en particulier aux filles. Certaines écoles n’ont même ni eau, ni toilettes. Trop souvent, les écoles mettent en danger la santé des enfants.

Les installations sanitaires inappropriées, si elles portent préjudices à tous les élèves, ont toutefois des conséquences plus graves pour les filles en les éloignant des écoles où leur intimité et leur dignité ne sont pas préservées. Dans certains cas, les filles s’adaptent à ces conditions déplorables mais finissent par quitter l’école quand débute la menstruation. L’UNICEF estime que toutes les écoles primaires ont besoin de latrines propres et séparées pour les garçons et les filles.

Pour que les filles restent à l’école, elles doivent se libérer de la tâche pénible qui consiste à aller puiser de l’eau dans des puits éloignés. L’approvisionnement en eau salubre pour la famille incombe souvent aux filles. Cette situation est le fruit d’une discrimination et le reflet des rôles attribués aux garçons et aux filles. Au lieu d’être à l’école, elles passent de nombreuses heures à aller chercher de l’eau. Si elles ont finalement la chance d’aller à l’école, elles sont souvent trop fatiguées pour pouvoir étudier.

L’éducation des filles est aussi liée à une bonne hygiène. L’éducation en matière d’hygiène est aussi importante que l’alphabet. Mauvaise hygiène est synonyme de mauvaise santé, ce qui empêche filles et garçons d’aller à l’école. Si la maladie ne les empêche pas d’être en classe, elle les empêche de se concentrer et d’étudier sérieusement. Les enfants malades ne peuvent pas profiter de l’enseignement, même s’il est de qualité.

Dans le cadre de ses initiatives visant à rendre les écoles accueillantes pour les enfants, l’UNICEF apporte l’eau salubre, des installations sanitaires adéquates et l’éducation en matière d’hygiène dans les écoles primaires. Le programme d’éducation à l’hygiène et d’assainissement à l’école (EHAE), mis en œuvre conjointement par l’UNICEF et l’International Resource Centre, est un bon exemple de liens entre l’eau, l’environnement, l’assainissement et l’éducation des filles. Cette initiative a débuté en février 2000 au Burkina Faso, en Colombie, au Népal, au Nicaragua, au Viet Nam et en Zambie. Aux niveaux mondial, régional et national, le projet plaide en faveur d’une  éducation à l’hygiène dans les écoles et de milieux propices à la mise en pratique des compétences acquises. En mettant l’accent en particulier sur la participation locale, le projet fournit des outils pédagogiques bon marché, des technologies peu onéreuses mises au point dans la communauté et une éducation à l’hygiène axée sur les compétences pratiques dans les écoles primaires.


 

 

Español Français

Liens