Campagnes en faveur de l'éducation des filles

Campagne en faveur d’une “Éducation pour tous”

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ 96-1392/Pirozzi
Parmi tous les objectifs de développement fixés par la communauté internationale, l’élimination de l’écart entre les sexes au niveau de l’éducation primaire et secondaire est le premier à arriver à échéance en 2005.

BRASILIA, 8 novembre 2004 – Les ministres de l’éducation d’un grand nombre de pays du monde figurent parmi les centaines de participants à une rencontre de trois jours organisée dans la capitale brésilienne. Cette rencontre a pour but d’examiner dans quelle mesure l’engagement pris il y a plus de 20 ans par la communauté internationale – donner à chaque enfant une éducation de base – a été tenu.

On estime que, dans le monde, 121 millions d’enfants, dont 65 millions de filles, ne vont pas à l’école. Parmi tous les objectifs de développement fixés par la communauté internationale, l’élimination de l’écart entre les sexes au niveau de l’instruction primaire et secondaire est le premier à arriver à échéance en 2005. C’est une étape essentielle sur la voie de la réalisation de l’éducation pour tous les enfants.

Alors que nous avons presque atteint l’année 2005, les participants sont nombreux à espérer que cette rencontre sera l’occasion de présenter des stratégies et plans d’action nouveaux pour scolariser d’autres enfants, des filles en particulier. 

« Nous espérons que de cette rencontre sortira non pas seulement une résolution de plus, mais des mesures et un programmes qui préciseront cinq modalités principales d’action pour 2005 et au-delà, explique le responsable du secteur de l’éducation à l’UNICEF, Cream Wright. Nous devons veiller à utiliser une grande partie de notre énergie et de nos ressources pour surmonter l’obstacle que constitue la non-scolarisation d’un aussi grand nombre de filles, et pour en finir avec la mauvaise qualité de l’enseignement. »

En juin 2004, on a organisé au Kenya une autre activité importante pour réaliser la parité filles-garçons dans le domaine de l’instruction. C’était la Conférence internationale sur l’instruction des filles,  convoquée par le Forum des éducatrices africaines. Cette rencontre de haut niveau a rassemblé les représentants d’organismes des Nations Unies, des donateurs et des ONG internationales d’Afrique subsaharienne pour faire le point des pratiques recommandables en ce qui concerne l’éducation des filles.

« Nous nous sommes rendus compte qu’un grand nombre d’organismes peuvent citer au moins un programme ayant donné de bons résultats. C’est le plus souvent à un niveau modeste – celui d’une école, d’une communauté, d’un district tout au plus. Il s’agissait pour nous de tirer les enseignements de ces succès et de les généraliser au niveau national",  constate M. Wright.

Divers programmes et activités ont été réalisés afin d’accélérer la marche vers un monde qui offrirait une « Éducation pour tous », mais ce qui compte avant tout, c’est d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, en particulier le plus récent : l’accès à égalité des filles et des garçons à l’enseignement primaire et secondaire en 2005.

M. Wright nous met en garde : « On a l’impression que si nous ne faisons pas avancer la réalisation de cet objectif-ci, nous nous enliserons et nous perdrons notre crédibilité pour ce qui est de fixer des objectifs. Les gens se demanderont pourquoi nous fixons ces objectifs si, n’étant pas parvenus à les atteindre, nous n’avons même pas à répondre de nos échecs."


 

 

Vidéo (en anglais)

8 novembre 2004 : Le responsable du secteur de l’éducation à l’UNICEF, Cream Wright, analyse ce qui a été fait cette année pour accélérer la campagne en faveur d’une « Education pour tous »

Bas l Haut débit
(format Real Player)

Recherche