Éducation de base et égalité des sexes

 

Lors de la Journée internationale de la fille, pleins feux sur l’innovation

Rejoignez Katy Perry, chanteuse et auteur-compositeur, qui apporte son soutien à la Journée internationale de la fille.  Regarder dans RealPlayer

 

Par Zahra Sethna

La seconde Journée internationale de la fille, qui a lieu chaque année, se déroule le 11 octobre 2013. La Journée de cette année est axée sur l’innovation dans le domaine de l’éducation des filles.

L’utilisation intelligente et créative des technologies est un moyen de parvenir à surmonter les barrières sexistes qui s’élèvent contre l’éducation et la réussite des filles. Mais l’innovation dans les partenariats, dans les politiques, dans l’utilisation des ressources, dans la mobilisation des communautés et, par-dessus tout, l’engagement des jeunes eux-mêmes, peuvent avoir un effet catalyseur considérable.

NEW YORK, États-Unis d’Amérique, 7 octobre 2013 – Le 11 octobre, l’UNICEF et ses partenaires célèbrent la Journée internationale de la fille, une journée promulguée par les Nations Unies pour mettre en lumière les obstacles auxquels se heurtent les filles mais aussi pour encourager leur autonomisation et le respect des droits de la personne. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2013-0169/Holt
Kate Perry en train de jouer avec des filles à Ampihaonana, à Madagascar. Leur école, détruite par un cyclone, a été reconstruite par l’UNICEF qui a utilisé des matériaux nouveaux résistant aux intempéries.

Une série de manifestations se déroule dans le monde entier pour mettre en avant le thème de cette année, « l’innovation dans le domaine de l’éducation des filles », qui prend en compte l’importance des vues nouvelles et créatives pour pouvoir faire avancer l’éducation des filles. 

La chanteuse et auteur-compositeur des Etats-Unis Katy Perry apporte son soutien à la Journée internationale de la fille.

Des moyens créatifs pour scolariser les filles

Bien qu’il y ait aujourd’hui plus de filles que jamais dans les écoles primaires, 31 millions de filles en âge d’être scolarisées dans le primaire ne vont toujours pas à l’école. Même quand les filles fréquentent l’école, elles sont confrontées à des difficultés importantes qui font qu’il leur est difficile d’aller en cours et d’étudier.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2008-1801/Noorani
Au Bangladesh, des écoles innovantes flottantes alimentées par énergie solaire permettent d’assurer une scolarité continue aux filles et aux garçons des communautés touchées par les inondations et menacées par la montée de la mer.

L’innovation dans le domaine de l’éducation des filles a la capacité de changer cette situation. Produire des changements même progressifs dans la façon dont on accède à l’éducation scolaire, dont celle-ci est conçue et dispensée, peut accroître la participation des filles, leur formation et leur autonomisation.

Lors d’un récent voyage à Madagascar, Katy Perry a visité une école primaire qui a été rebâtie par l’UNICEF après sa destruction en 2011 par un cyclone, dans la ville d’Ampihaonana. Là, l’innovation s’est matérialisée sous forme de salles de classe résistantes aux intempéries. En utilisant des briques en terre crue compressée qui s’emboîtent les unes dans les autres, l’UNICEF a construit 240 écoles primaires et quatre classes de maternelle équipées de latrines.  Outre qu’elles réduisent l’impact sur l’environnement, ces constructions sont conçues pour résister à certaines des pires conditions climatiques.  

Au Bangladesh, l’innovation prend la forme d’écoles flottantes alimentées par énergie solaire desservant les communautés touchées par les inondations et la montée de la mer. Le but est de faire en sorte que les filles et les garçons ne soient pas obligés de manquer l’école à cause de catastrophes naturelles dues au changement climatique.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2008-1803/Noorani
Une enseignante aide une fille de première année à apprendre l’alphabet bengali à bord de son école flottante. La salle de classe mobile est même équipée d’ordinateurs et de divers outils informatiques d’enseignement.

En Afrique du Sud, pour combler le manque de compétences dans les sciences, la technologie et l’ingénierie et pour encourager les filles à obtenir de meilleurs résultats dans ces domaines, le programme « Techno Girl » sélectionne des jeunes filles des écoles défavorisées et les intègre dans des programmes de stages accompagnés en entreprise et de  développement des qualifications. Cet encadrement de leur cursus leur permet d’acquérir  plus de confiance en elles et d’établir un lien entre les cours enseignés à l’école avec les qualifications qui leur seront nécessaires pour réussir dans le monde « réel » du travail.    

Faire les choses différemment

L’innovation peut également se présenter sous de nombreuses autres formes, de l’utilisation intelligente et créative des technologies à l’innovation dans les partenariats, les politiques, l’utilisation des ressources et la mobilisation des communautés. Ce qui est sûr cependant, c’est que de nouvelles façons de penser sont indispensables pour combler le fossé qui existe toujours entre la réalisation des objectifs mondiaux d’éducation et l’égalité des sexes.    

Toutes les institutions des  Nations Unies, tous les États Membres, toutes les organisations de la société civile et tous les acteurs du secteur privé doivent utiliser les outils se trouvant à leur disposition pour innover en faveur des filles, et avec elles, pour faire progresser leur éducation et apporter des solutions qui soient non seulement plus créatives mais aussi plus efficaces, rentables, durables et justes.  

Plus d’informations sur la Journée internationale de la fille


 

 

Photographie : Des classes de fortune

Recherche