Éducation de base et égalité des sexes

 

Appel à une meilleure coordination pour atteindre les objectifs en matière d’éducation mondiale

Regardez les moment forts d’une journée de travail célébrant le premier anniversaire de l’initiative mondiale « L’éducation avant tout ». Les participants à cette journée de travail en appellent à une plus grande capacité de décision et d’action ainsi qu’à une meilleure coordination pour atteindre les objectifs en matière d’éducation mondiale.  Regarder dans RealPlayer

 

Par Daria Ng

Lors d’une journée de travail qui s’est déroulée pour célébrer le premier anniversaire de l’initiative mondiale du Secrétaire général des Nations Unies « L’éducation avant tout », les dirigeants mondiaux ont insisté sur la nécessité d’une plus grande capacité de décision et d’action et d’une meilleure coordination des financements pour respecter les engagements pris en faveur de l’éducation mondiale.  

NEW YORK, États-Unis d’Amérique, 27 septembre 2013 – Une journée de travail destinée à célébrer le premier anniversaire de l’initiative mondiale « L’éducation avant tout » (GEFI) a rassemblé le 25 septembre des représentants de gouvernements, des jeunes, des militants, des personnalités de premier plan du monde de l’éducation ainsi que des artistes au Siège des Nations Unies. Cette journée de travail était organisée par le Secrétariat de la GEFI et l’UNESCO et animée par l’Envoyé spécial des Nations Unies pour l’éducation mondiale, Gordon Brown. 

Alors que des progrès ont été réalisés pour atteindre les objectifs mondiaux en matière d’éducation, 57 millions d’enfants restent non scolarisés dans l’enseignement primaire tandis que 250 millions ne parviennent pas à la quatrième année ou, s’ils y arrivent, ne réussissent pas à atteindre un niveau minimum de connaissances.

Capacité de décision et d’action pour respecter les engagements

La première partie de cette journée de travail, consacrée à la capacité de décision et d’action, a demandé aux participants de débattre des problèmes d’accès, de qualité et de citoyenneté mondiale, les trois priorités de la GEFI. Un sentiment d’urgence, pour que les dirigeants internationaux accélèrent les progrès vers la réalisation des objectifs en matière d’éducation mondiale, s’est imposé dès le début.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2013-0751/Markisz
La militante pour le droit à l’éducation Malala Yousafzai et l’Archevêque Desmond Tutu échangent une poignée de mains après s’être tous les deux exprimés lors de la journée de travail qui s’est déroulée pour célébrer le premier anniversaire de l’initiative mondiale « L’éducation avant tout » devant l’Assemblée générale des Nations Unies.

« À moins de 900 jours de 2015, nous avons besoin de faire des progrès décisifs dans le domaine de l’éducation, » a dit la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokava. « Capacité de décision et d’action et partenariat sont nos principes directeurs. Capacité de décision et d’action pour l’innovation. Partenariats entre les gouvernements, les organisations intergouvernementales, la société civile et le secteur privé. »

L’Archevêque Desmond Tutu s’est exprimé sur l’éducation en termes plus larges en lançant un message percutant portant sur la nécessité d’être idéaliste et de collaborer dans l’action. « Nous devons rêver d’une monde meilleur. Nous devons être des gens habités par l’idéalisme… Quand je vous déshumanise, je me déshumanise moi-même. Si je vous aide à progresser de façon admirable, vraiment admirable, vous en venez à progresser vous aussi. »

La jeune militante pour le droit à l’éducation Malala Yousafzai a également souligné l’importance de la capacité de décision et d’action  à travers la paix et la coopération. « Nous pouvons combattre les guerres à travers le dialogue et la paix, » a-t-elle dit. « A lieu d’envoyer des chars, envoyons des stylos. Au lieu d’envoyer des soldats, envoyons des enseignants. C’est le seul moyen dont nous disposons pour nous battre pour l’éducation… Et je suis persuadée que, si nous travaillons ensemble, si nous sommes unis pour la cause de l’éducation, nous pouvons atteindre cet objectif. »

Lang Lang, le pianiste chinois et Ambassadeur itinérant pour l’UNICEF,  s’est entretenu du rôle de décision et d’action que peuvent jouer les musiciens et le monde de l’art. « En tant qu’Ambassadeur itinérant de l’UNICEF depuis dix ans, je ne suis que trop familier avec les récits d’enfants à qui l’ont continue de refuser le droit à l’éducation, a-t-il dit. La musique outrepasse les divisions nationales comme l’âge, le sexe et les croyances… Un artiste peut toucher des millions de personnes aux quatre coins du monde avec des messages positifs. »

« Grâce à ma musique, à mon rôle auprès des Nations Unies et à ma fondation, la Fondation internationale musicale Lang Lang, je  continuerai à défendre le droit de tous les enfants à une éducation de qualité. » 

Aide financière pour parvenir à l’éducation pour tous

La seconde partie de cette journée de travail consistait en une table ronde consacrée au financement co-présidée par le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, le Président de la Banque mondiale, Jim Kim, et Gordon Brown. Parmi les participants figuraient des ministres de l’éducation et des finances, des représentants du Partenariat mondial pour l’éducation et d'organismes donateurs bilatéraux et multilatéraux.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2013-0740/Markisz
Lors de cette journée de travail, le pianiste virtuose chinois Lang Lang, également Ambassadeur itinérant de l’UNICEF, s’est exprimé sur le rôle de décision et d’action que peuvent jouer les musiciens et le monde de l’art.

« Au niveau mondial, les dirigeants doivent faire figurer l’éducation au premier rang de nos  objectifs communs… Mais l’aide à l’éducation a baissé pour la première fois en une décennie, » a dit Ban Ki-moon. « Le coût de l’accomplissement de nos objectifs est bien moins grand que le prix à payer pour ne pas satisfaire nos engagement pris envers les enfant de la planète qui ne sont pas scolarisés. » 

Jim Kim a insisté sur le fait que l’enseignement était un des facteurs les plus importants de stimulation de la croissance économique. « Cet engagement [envers l’éducation] doit également se refléter dans l’élaboration des budgets nationaux, les gouvernements devant accorder l’attention qui est due à une éducation de qualité en tant qu’investissement indispensable pour la compétitivité d’un pays, la création d’emplois et la croissance économique. »

La Présidente-directrice générale du Partenariat mondial pour l’éducation, Alice Albright, a conclu le débat et évoqué les importants besoins en ressources supplémentaires. « Nous n’avons simplement pas assez de moyens, a-t-elle dit. Abandonnerons-nous les réfugiés du monde entier parce que l’éducation est passée à seulement 1,4% de l’aide humanitaire ? »

Durant toute la semaine, des réunions bilatérales sur l’éducation pour tous auxquelles ont notamment participé l’Afghanistan, le Tchad, le Myanmar, le Pakistan, la Somalie et le Timor-Leste, se sont déroulées pour débattre de la coordination de l’aide financière et des mesures concrètes à prendre afin d’accélérer les progrès à réaliser pour que tous les enfants puissent aller à l’école et étudier.

« Traçons la voie vers 2030 et donnons la preuve que notre volonté politique est à la hauteur de nos rêves, » a dit Alice Albright.

_______________

L’Objectif 2 du Millénaire pour le développement est de parvenir à l’éducation primaire pour tous. Une des actions essentielles nécessaire pour garantir que d’ici 2015, les enfants de tous les pays, les garçons comme les filles, puissent achever un cycle complet de scolarité dans le primaire, est d’assurer un accès sûr et protégé à une éducation de qualité durant les crises humanitaires.

Pour plus d’informations sur les progrès effectués en vue de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMDs) et sur les obstacles restant à surmonter, veuillez lire le point sur les OMDs : Accélérer les progrès pour les enfants -- Vers un programme de développement de l'après-2015 pour tous les enfants (en anglais).


 

 

Photographie : L'éducation

Priorités de l'UNICEF pendant l'Assemblée générale de l'ONU 2013 (AGNU)

Les Objectifs du Millénaire pour le développement, un axe majeur de l’Assemblée générale des Nations Unies  

Appel à une meilleure coordination pour atteindre les objectifs en matière d’éducation mondiale

Pendant la semaine des Nations Unies, la voix d’un porte-parole pour les enfants handicapés se fait entendre dans les allées du pouvoir

À la conférence « L’éducation ne peut attendre », les dirigeants de divers pays ont souligné la nécessité de financer l’éducation – spécialement dans les situations d’urgence

Miser sur l’innovation pour mettre fin à la violence envers les enfants

Pour les enfants syriens, les besoins en matière d’éducation sont urgents et ils manquent de financement

Appel de fonds en faveur d’un programme destiné à améliorer l’accès des enfants syriens réfugiés au Liban à l’éducation

Quelque 35 millions d'enfants de moins de cinq ans supplémentaires en danger si l'on n’atteint pas l’objectif de réduction de la mortalité de l’enfant

S’engager pour la survie de l’enfant : Une promesse renouvelée Résumé du Rapport de situation 2013

La prestation de soins essentiels aux nouveau-nés et aux mères dans trois upazilas au Bangladesh

Un agent sanitaire en première ligne pour réduire la mortalité infantile au Brésil

En Éthiopie, un important programme utilisant des agents sanitaires a permis de réduire la mortalité de l’enfant dans tout le pays

En Ouganda, une combinaison d’ancien et de nouveau permet de réduire les décès d’enfants

Au Mali, faire du porte à porte pour ramener les enfants à l'école
Recherche