Éducation de base et égalité des sexes

 

Appel de fonds en faveur d’un programme destiné à améliorer l’accès des enfants syriens réfugiés au Liban à l’éducation.

L’Envoyé spécial des Nations Unies pour l’Éducation mondiale, Gordon Brown, et Malala Yousafzai, la militante des droits des jeunes, se sont réunis le 23 septembre pour inciter la communauté internationale à faire plus pour permettre aux enfants syriens réfugiés d’avoir accès à l’éducation.

 

Par Daria Ng

La prise de nouveaux engagements financiers et la création d’un comité de crise pour les jeunes destinés à aider les enfants réfugiés syriens au Liban ont été annoncés lors d’une conférence de presse organisée par A World at School (Un monde à l’école) et l’Envoyé spécial des Nations Unies pour l’éducation mondiale, Gordon Brown. Malala Yousafzai, la militante qui lutte pour le droit des jeunes à l’éducation, y  participait.

NEW YORK, États-Unis d’Amérique, 23 septembre 2013 – La prise de nouveaux engagements financiers et la création d’un comité de crise en faveur des jeunes destinés à aider les enfants réfugiés syriens qui vivent au Liban ont été annoncés lors d’une conférence de presse organisée aujourd’hui par A World at School (Un monde à l’école) et l’Envoyé spécial des Nations Unies pour l’éducation mondiale, Gordon Brown.

« Le plan exige 175 millions de dollars (É.-U.) que nous voudrions voir, pour qu’il puisse être réalisé,  provenir de la communauté internationale, c’est à dire des différentes institutions donatrices, a dit Gordon Brown. Cela, en moyenne, ne représente qu‘un dollar par jour par enfant susceptible de bénéficier de ce programme. »  

Réponse à une éducation en crise

Au cours de la conférence de presse, à laquelle était présente Malala Yousafzai, la militante pour le droit des jeunes à l’éducation, Ricken Patel, le Directeur général d’Avaaz, a remis un million de dollars (É.-U.) et a invité les donateurs à fournir le reliquat des fonds nécessaires pour épauler l’éducation des enfants syriens réfugiés au Liban.

Geeta Rao Gupta, Directrice générale adjointe de l’UNICEF, a souligné l’importance de l’éducation dans les situations de crise. « L’éducation est indispensable pour aider les enfants des communautés de la région à parvenir à un certain de degré de normalité, à une certaine stabilité tout en permettant de renforcer la résilience pour l’avenir, » a-t-elle dit.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2013-0614/Shi
L’Envoyé spécial des Nations Unies pour l’Éducation mondiale, Gordon Brown, et Malala Yousafzai, la militante des droits des jeunes à l’éducation, Malala Yousafzai, originaire du Pakistan, lors d’une conférence de presse organisée pour renforcer le soutien à l’éducation en faveur des enfants syriens réfugiés se trouvant au Liban.

L’UNICEF continuera à accroître son soutien afin que puissent être atteintes les populations réfugiées et vulnérables touchées par la crise. L’UNICEF a aidé près de 68 000 enfants et adolescents syriens en organisant tout un éventail d’activités liées à l’éducation menées sur le terrain dont, entre autres, un enseignement formel et informel, une formation pour les enseignants et un soutien psychosocial. 

« L’UNICEF reste prêt à collaborer étroitement avec le Gouvernement du Liban, le Partenariat mondial pour l’éducation et tous les autres gouvernements et partenaires de la région afin de mettre sur pied une intervention plus large et mieux coordonnée face à la crise que connaît l’éducation dans la région, » a dit Geeta Rao Gupta.

Les jeunes se mobilisent en faveur des enfants syriens

Outre cette aide financière, la création d’un comité extraordinaire de crise en faveur des jeunes a été annoncée par les défenseurs de la cause des jeunes qui étaient présents dont Chernor Bah, Représentant des jeunes au Comité directeur de haut niveau et Président du Groupe pour la défense de la jeunesse (YAG) et Ashwini Angadi,  lauréate du Prix des Nations Unies du courage pour les jeunes et représentante de la fondation Leonard Cheshire Disability Young Voices. 

« Nous sommes aujourd’hui heureux d’annoncer qu’un petit groupe auquel nous-mêmes participons va faire tout ce qu’il peut pour faire entendre nos voix en faveur des enfants réfugiés syriens, » a dit Chernor Bah, lui-même un ancien réfugié de la Sierra Leone. « Nous ne pouvons pas nous permettre une autre génération d’enfants - syriens ou originaires de n’importe quel autre pays -  où les jeunes perdent tout espoir. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2013-0618/Shi
Ricken Patel, co-fondateur et Directeur général d’Avaaz, offre 1 million de dollars (É.-U.) au programme et invite les autres donateurs à apporter leur aide pour l’obtention du reste des fonds nécessaires.

Pour Ashwini Angadi, le fait de mener une action pour que les enfants syriens ne soient pas victimes d’exclusion provient de sa propre expérience personnelle de fille atteinte de déficience visuelle et issue d’une communauté rurale pauvre de l’Inde. « J’ai été victime de discrimination à cause de mon handicap et aucune école ou établissement d’enseignement supérieur ne m’a permis d’être scolarisée, » a-t-elle dit. « Cette situation m’a poussée à me battre pour les enfants handicapés, particulièrement les filles handicapées. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2013-0621/Shi
Geeta Rao Gupta, Directrice générale adjointe de l’UNICEF. « L’éducation est essentielle pour aider les enfants des communautés de la région à parvenir à un certain degré de normalité, une certaine stabilité tout en permettant de renforcer la résilience pour l’avenir. »

Le nouveau comité a également reçu le soutien d’Ahmad Alhendawi, Envoyé spécial des Nations Unies pour la jeunesse.

« Nous estimons que 57 millions d’enfants dans le monde ne sont toujours pas scolarisés, » a-t-il dit. « C’est pourquoi l’Initiative mondiale du Secrétaire général de l’ONU pour l’éducation avant tout intervient pour indiquer que ceci n’est pas acceptable et qu’il est temps pour nous tous de nous mobiliser  pour faire en sorte que tous les enfants soient envoyés à l’école. »

__________________________________________

L’Objectif 2 du Millénaire pour le développement est de parvenir à l’éducation primaire pour tous. Une des actions essentielles nécessaire pour garantir que d’ici 2015, les enfants de tous les pays, les garçons comme les filles, puissent achever un cycle complet de scolarité dans le primaire, est d’assurer un accès sûr et protégé à une éducation de qualité durant les crises humanitaires.

Pour plus d’informations (en anglais) sur les progrès effectués en vue de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement et sur les obstacles restant à surmonter.


 

 

Crise en Syrie

Priorités de l'UNICEF pendant l'Assemblée générale de l'ONU 2013 (AGNU)

Les Objectifs du Millénaire pour le développement, un axe majeur de l’Assemblée générale des Nations Unies  

Appel à une meilleure coordination pour atteindre les objectifs en matière d’éducation mondiale

Pendant la semaine des Nations Unies, la voix d’un porte-parole pour les enfants handicapés se fait entendre dans les allées du pouvoir

À la conférence « L’éducation ne peut attendre », les dirigeants de divers pays ont souligné la nécessité de financer l’éducation – spécialement dans les situations d’urgence

Miser sur l’innovation pour mettre fin à la violence envers les enfants

Pour les enfants syriens, les besoins en matière d’éducation sont urgents et ils manquent de financement

Appel de fonds en faveur d’un programme destiné à améliorer l’accès des enfants syriens réfugiés au Liban à l’éducation

Quelque 35 millions d'enfants de moins de cinq ans supplémentaires en danger si l'on n’atteint pas l’objectif de réduction de la mortalité de l’enfant

S’engager pour la survie de l’enfant : Une promesse renouvelée Résumé du Rapport de situation 2013

La prestation de soins essentiels aux nouveau-nés et aux mères dans trois upazilas au Bangladesh

Un agent sanitaire en première ligne pour réduire la mortalité infantile au Brésil

En Éthiopie, un important programme utilisant des agents sanitaires a permis de réduire la mortalité de l’enfant dans tout le pays

En Ouganda, une combinaison d’ancien et de nouveau permet de réduire les décès d’enfants

Au Mali, faire du porte à porte pour ramener les enfants à l'école
Recherche