Éducation de base et égalité des sexes

 

Podcast n°49 : à l'occasion de l'anniversaire de la CDE, le droit des enfants à l'éducation reste un défi

« Au-delà des livres d'école » - une série de podcasts sur l'éducation dans les situations d'urgence

Image de l'UNICEF
© UNICEF/INDA2011-00070/Crouch
Pausha Madharia, 16 ans, en train de tenir un journal de jeunes à destination des jeunes de l'Inde rurale. En vertu de l'Article 12 de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant, les enfants ont le droit de s'exprimer librement et de formuler leurs préoccupations. Ce journal bi-mensuel, intitulé « Children Independence » et parrainé par l'UNICEF, ce bimensuel encourage les enfants à poser des questions aux aînés de leur communauté.

By Rudina Vojvoda

NEW YORK, États-Unis, 21 novembre 2011 – Cette année marque le 22ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant (CDE). Ratifiée par 193 États, la Convention bénéficie d’un vaste soutien au niveau mondial et a transformé la façon dont les enfants sont traités sur toute la planète. Pourtant, le droit des enfants à l'éducation reste problématique, particulièrement pour ceux ou celles qui vivent dans les zones de conflit.

 AUDIO : écouter

L'animatrice de podcasts de l'UNICEF, Femi Oke, s'est entretenue avec deux spécialistes, le Professeur Philip G. Alston et le Professeur David M. Smolin, sur les réussites des 22 dernières années et sur les défis à venir.  

Le droit à l'éducation

Le Professeur Alston enseigne le droit à l'École de droit de l'Université de New York et est Vice-président du Centre pour les droits de l'homme et la justice internationale. En 1989, il faisait partie de la délégation de l'UNICEF pour les sessions de rédaction de la Convention et il a par la suite servi comme conseiller lors de la promotion et de la ratification de la Convention par les pays du monde entier. 

Discutant du droit à l'éducation, le Professeur Alston a remarqué que, malgré le fait que le droit des enfants à l'éducation primaire soit garanti par le droit international, l'accès à une éducation de qualité est en réalité souvent dicté par la disponibilité des ressources. 

« C'est seulement au cours des 10-15 dernières années que les gouvernements en sont venus à reconnaître que les charges de l'éducation primaire constituent un obstacle fondamental à l'éducation des enfants dans un grand nombre de situations », a-t-il expliqué.

Le Professeur David M. Smolin, un professeur de droit à l'École de droit Cumberland de Birmingham, en Alabama, a souligné que le droit à l'éducation était étroitement lié au droit de chacun de participer intégralement à sa propre culture. « L'éducation équipe les gens pour leur avenir professionnel et pour avoir de meilleures possibilités, un meilleur emploi et une meilleure capacité à gagner sa vie », a-t-il dit. « Être illettré, manquer d'une éducation primaire, c'est être dépouillé de la capacité à participer pleinement à sa propre culture. »

Les défis à venir

Les deux dernières décennies ont produit des progrès remarquables dans la protection et l'avancement des droits de l'enfant. Pourtant, de nombreux enfants se trouvent toujours sans nourriture, sans hébergement ou sans soins de santé et sont confrontés à des vies de pauvreté où la violence est souvent présente. Selon l'UNESCO, environ 67 millions d'entre eux passent à côté de l'éducation et la possibilité d'atteindre leur plein potentiel. 

Soulignant les défis à venir, le Professeur Alston a dit : « j'aimerais voir davantage de moyens consacrés aux droits de l'enfant, une plus grande reconnaissance juridique officielle du traitement des enfants comme titulaires de droits, en reconnaissant leur droit à la participation dans les décisions qui les touchent ».

Le Professeur Smolin a souligné que l'avancement du droit des enfants fait partie d'un effort plus vaste destiné à créer un monde meilleur pour l'ensemble des êtres humains. « La vérité est qu'on ne peut pas vraiment protéger les enfants et donner aux enfants ce dont ils ont besoin sans donner aux adultes ce dont ils ont besoin », a-t-il dit. « Je ne pense pas que nous ayons encore suffisamment établi ce que cela signifie, de reconnaître un enfant comme un être humain doté de droits, car les enfants sont aussi dans cette phase du développement humain où on doit les protéger de certaines choses et où on doit leur donner certaines choses ». 


 

 

Audio (en anglais)

15 novembre 2011 :  afin de commémorer le 22eme anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant (CDE), l'animatice de podcasts de l'UNICEF, Femi Oke s'entretient avec le Professeur Philip G. Alston, conseiller juridique de l'UNICEF dans la rédaction des articles et le Professeur David Mark Smolin de l'École de droit Cumberland de Birmingham, en Alabama, et défenseur des droits de l'enfant.
AUDIO écouter

Recherche