Éducation de base et égalité des sexes

 

La Directrice générale de l’UNICEF affirme que l’éducation des filles revêt une importance capitale pour le monde en développement

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ06-0322/Pirozzi
Des filles à l’école au Pakistan. Les programmes et partenariats comme l’Initiative des Nations Unies en faveur de l’éducation des filles ont pour objectif premier la scolarisation des filles partout dans le monde.

Par Jane O’Brien

NEW YORK, Etats-Unis, 25 septembre 2006 –  Plus de la moitié des enfants qui ne vont pas à l’école sont des filles. Une éducation primaire pour tous est l’un des Objectifs du Millénaire pour le développement et l’un des buts prioritaires de l’UNICEF.

Lors d’un débat organisé par la Mission des Etats-Unis auprès des Nations Unies à New York, la Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman a donné le discours d’ouverture sur l’importance capitale que revêt l’éducation des filles dans le monde en développement.

«Regardez les preuves, elles nous montrent que l’éducation des filles est d’une importance critique pour le développement », a –t-elle déclaré à cette réunion de spécialistes de l’éducation, venus d’un peu partout dans le monde. « En scolarisant les files, on améliore la productivité économique, on diminue la pauvreté et on abaisse les taux de mortalité infantile et maternelle. Cela contribue à l’amélioration de la nutrition et de la santé.

« Comme l’a dit la Banque mondiale, l’éducation des filles est un investissement qui rapporte plus  que pratiquement tout autre investissement dans les pays en développement », a poursuivi Mme Veneman. « La connaissance, c’est le pouvoir, le pouvoir de prendre des décisions personnelles, de choisir sa profession, de devenir autonome et un membre productif et actif de la société ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF New York/2006/Berkwitz
La Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman prend la parole au cours d’un débat international sur l’éducation des filles.

Un but réalisable

Dans son discours, Mme  Paula Dobriansky, Sous-secrétaire d’Etat des Etats-Unis chargée des affaires internationales, a qualifié l’UNICEF de « chef de file des efforts réalisés dans le monde pour l’éducation des filles ».

« L’éducation des filles est un élément essentiel de la mise sur pied de sociétés stables, démocratiques et économiquement prospères », a-t-elle poursuivi. « Combler le fossé qui sépare garçons et filles en matière d’éducation dans les pays en développement et les sociétés qui se relèvent d’un conflit reste une tâche collective à laquelle le monde entier doit s’atteler ».

Mme Veneman a rappelé que les filles doivent surmonter des obstacles plus élevés que les garçons, et que l’on a besoin de mettre en place des stratégies spéciales pour les aider. Elle a souligné que certains pays avaient réussi à éliminer des obstacles, comme le Kenya par exemple, qui a aboli les frais de scolarité, ou l’Inde, qui a lancé des programmes de nutrition, mais elle a précisé qu’il fallait faire davantage.

« Jamais on n’a compté autant d’enfants inscrits à l’école primaire et le fossé qui sépare filles et garçons en ce qui concerne l’éducation est en train de se combler, a fait valoir Mme Veneman. Pourtant 115 millions d’enfants, d’après les estimations, ne sont toujours pas à l’école et plus de 50 pour cent de ces enfants sont des filles.

L’Initiative des Nations Unies en faveur de l’éducation des filles est un partenariat dynamique et en plein essor, un partenariat qui axe ses efforts sur la scolarisation des filles et leur maintien à l’école, a-t-elle rappelé. « L’éducation pour tous est une bonne politique sociale et c’est un but réalisable ».


 

 

Vidéo (en anglais)


25 septembre 2006 :
La Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman rappelle l’importance vitale de l’éducation des filles.
 VIDEO  haut | bas

Liens

Quelles sont les stratégies de l'UNICEF en faveur de l'éducation des filles?

Ressources en matière d’organisation : appartenance sexuelle et éducation

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche