Petite enfance

Soins psychosociaux et apprentissage précoce

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ95-0447/Barbour
Les silhouettes de deux garçons escaladant une structure métallique en forme de cube sur la place principale de Glines, province de La Havane (Cuba), se détachent sur le ciel.

Pendant la petite enfance, notamment les trois premières années, les bébés et les jeunes enfants apprennent et se développent plus vite qu’à tout autre moment de leur vie, surtout s’ils reçoivent de l’affection, de l’attention, des encouragements et une stimulation mentale, outre des repas nutritifs et des soins de santé de qualité. Le cerveau d’un jeune enfant est extraordinairement réceptif – pendant les phases clés de son développement, certaines parties du cerveau peuvent pratiquement doubler de volume en un an. Mais faute d’une stimulation adéquate, son potentiel d’apprentissage peut être compromis.

Le développement psychosocial et cognitif est à la base d’une évolution constante au cours de laquelle les enfants atteignent des niveaux de réflexion, d’émotions et de relations de plus en plus complexes. Ce développement nécessite qu’ils passent d’un comportement simple à un comportement complexe, et de la dépendance à l’autonomie pour fonctionner dans un cadre donné et s’adapter à de nouvelles conditions de vie. Un enfant mieux développé a plus de chances de survivre et de s’épanouir, de participer activement aux événements qui se présenteront dans sa vie et d’avoir les moyens de changer le monde.
 
Pour un enfant, la meilleure façon de se développer et d’apprendre, c’est par l’action réciproque avec autrui. Plus les parents et les personnes qui s’occupent d’eux parlent aux enfants et leur répondent, plus ils apprendront vite. Les parents et les personnes qui ont la charge de nourrissons ou de jeunes enfants devraient leur parler, leur lire des histoires et leur chanter des chansons. Même si les enfants ne peuvent pas encore comprendre ce qu’on leur dit, ces premières « conversations » les aident à développer leurs capacités de langage et d’apprentissage.

Les garçons et les filles ont les mêmes besoins physiques, psychologiques, affectifs et sociaux. Ils ont la même capacité d’apprentissage. Et ils ont également besoin de tendresse, d’attention et d’approbation.

Le jeu est un élément clé de l’apprentissage et du développement. En jouant, un enfant acquiert des connaissances et de l’expérience. Sa curiosité et sa confiance en lui sont aussi développées. Les enfants apprennent en essayant, en comparant les résultats qu’ils obtiennent, en posant des questions et en résolvant des problèmes. Le jeu contribue à renforcer leurs capacités à parler, à réfléchir, à planifier, à organiser et à prendre des décisions. L’éveil et le jeu sont particulièrement importants pour les enfants handicapés.

Les filles et les garçons doivent avoir les mêmes chances de jouer et d’interagir avec tous les membres de leur famille – y compris le père.

Les membres de la famille et les personnes qui s’occupent des enfants peuvent contribuer au processus d’apprentissage des jeunes en leur confiant des tâches simples, assorties d’instructions claires, en leur donnant des objets pour jouer et en suggérant de nouvelles activités, mais sans imposer leur point de vue. Par exemple, ils peuvent surveiller l’enfant tout en le laissant poursuivre ses propres idées.

Il faut faire preuve de patience quand un très jeune enfant insiste pour accomplir quelque chose sans être aidé. Les enfants apprennent en essayant jusqu’à ce qu’ils réussissent. Dans la mesure où l’enfant est protégé de tout danger, le fait de s’atteler à une tâche nouvelle et difficile est une étape positive de son développement.

Tous les enfants ont besoin de matériaux simples et variés pour jouer, en fonction de leur stade de développement. De l’eau, du sable, des boîtes en carton, des cubes en bois, des pots et des couvercles conviennent tout autant que des jouets achetés dans un magasin. Les enfants changent et leurs capacités évoluent constamment. Les personnes qui en ont la charge doivent noter ces changements et se laisser guider par l’enfant, pour lui permettre de se développer plus rapidement.

Les parents et les personnes qui s’occupent d’enfants doivent connaître les repères qui indiquent qu’un enfant se développe normalement. Ils doivent aussi savoir quand un jeune a besoin d’aide et être en mesure d’offrir de l’affection et une présence rassurante à un enfant handicapé physiquement ou mentalement.


 

 

Recherche