Petite enfance

Pourquoi se préoccuper du développement du jeune enfant?

© UNICEF/ HQ00-0739/ Pirozzi
Jeune enfant qui rit en se lavant les mains avec deux autres enfants dans une cuvette en matière plastique avant le déjeuner, à Sainte-Bernadette, un centre catholique de développement du jeune enfant, à Maseru, Lesotho.

Un grand nombre de recherches en anthropologie, psychologie du développement, médicine, sociologie et éducation révèle l’impact du développement au cours des premières années de l’enfance sur la formation de l’intelligence, de la personnalité et du comportement social. Les conséquences de la négligence au cours de ces années de formation peuvent être cumulatives et à long terme.

Les interventions ciblant uniquement, par exemple, la santé et la nutrition, sans tenir compte de la nature générale du développement du jeune enfant, risquent d’entraver la croissance et le développement complets des enfants. Des facteurs tant biologiques qu’écologiques affectent le développement du cerveau et le comportement.  Par exemple, les enfants soumis à un stress extrême courent davantage de risques de rencontrer des problèmes cognitifs, comportementaux et affectifs. Ces obstacles peuvent avoir des conséquences à long terme sur la préparation des enfants à entrer à l’école et par la suite sur leurs résultats scolaires. Pour les enfants désavantagés, l’absence initiale d’interventions pour le développement a un effet multiplicateur : les enfants élevés dans un milieu pauvre vont beaucoup moins longtemps à l’école que les enfants de la classe moyenne, partiellement à cause des difficultés d’apprentissage qu’ils rencontrent à l’école. C’est pendant les premières années de la vie, quand le cerveau de l’enfant se développe le plus rapidement, et que la base de son développement cognitif, social et psychologique est établie, que se manifeste la possibilité d’aider les enfants désavantagés à entrer à l’école aussi bien préparés que les autres enfants. L’engagement de faire reculer la pauvreté et d’améliorer les chances de succès pour tous les enfants exige un investissement dans les toutes premières années de leur vie.

La communauté internationale reconnaît et respecte le droit de l’enfant au développement.  La Convention relative aux droits de l’enfant met clairement en lumière l’importance du développement du jeune enfant, affirmant que l’enfant a le droit de se développer « dans toute la mesure du possible. » (Article 6) et que « les États Parties reconnaissent le droit de tout enfant à un niveau de vie suffisant pour permettre son développement physique, mental, spirituel, moral et social. » (Article 27).

Grâce à de nouvelles études et à une meilleure compréhension du bien-être global de l’enfant, le développement du jeune enfant figure de plus en plus souvent au programme des droits de l’enfant. Un développement cognitif, social et affectif sain des jeunes enfants mérite la plus haute priorité auprès de tout gouvernement, organisation, communauté, famille et individu responsable dans le but d’élever des enfants en bonne santé partout dans le monde. Il est indispensable de considérer les enfants dans leur globalité et d’intégrer santé, nutrition, eau et assainissement, éducation et interventions en faveur de leur plein épanouissement.


 

 

 

 Version imprimable

Liens

Guide de l'Observation générale  No. 7 – Mise en oeuvre des droits de l’enfant dans la petite enfance  
 La Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant s’applique à toute personne de moins de 18 ans – mais sa mise en oeuvre pose des problèmes pratiques quand il s’agit de jeunes enfants. L’ouvrage mentionné ci-dessus est un guide relatif à la mise en oeuvre des droits de l’enfant dans la petite enfance. Il s’appuie sur l’Observation générale No. 7 du Comité des droits de l’enfant des Nations Unies et comporte des résumés des documents soumis au comité lors de la Journée de débat général et d’autres matériels pertinents.

Recherche