Petite enfance

Le Rapport mondial de suivi montre la corrélation entre la protection du jeune enfant et une éducation réussie

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ06-0988/Noorani
Uma Sikdar, 24 ans, dirige un jeu de groupe pour les enfants dans un centre de développement de la petite enfance soutenu par l'UNICEF à Chittagong, Bangladesh. Un nouveau rapport de l'UNESCO révèle l'impacte durable de ce genre de programmes.

Par Kun Li

NEW YORK, 26 octobre 2006 – La protection et l’éducation des jeunes enfants peuvent avoir des effets positifs durables tout au long de leur vie », déclare le Rapport mondial de suivi de l’UNESCO de cette année, présenté aujourd’hui au siège de l’UNICEF à New York.

« Les trois premières années de la vie d’un enfant sont le modèle des années à venir », a dit Mme Ann M. Veneman, Directrice générale de l’UNICEF. « Pendant cette période, les enfants développent leurs capacités à penser, à apprendre et à raisonner. On pose à ce moment-là les fondations de leur système de valeurs et de leur comportement social en tant qu’adultes. Pour de nombreux enfants de moins de 5 ans, les soins et la nutrition – ou leur absence -- peuvent être une question de vie ou de mort ».

En dépit des répercussions positives, et bien documentées, que le développement de la petite enfance a sur l’éducation plus tard dans la vie, la corrélation reste négligée en de nombreuses régions du monde, conclut le rapport. Près de la moitié des pays n’ont pas de politiques sur la protection et l’éducation de la petite enfance et la plupart des gouvernements n’accordent pas une priorité élevée au financement de ces programmes.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ06-1675/Markisz
La présentation du Rapport, au siège de l’UNICEF (de g. à d.) : le Secrétaire général adjoint à l’éducation Peter Smith, le Directeur général Koichïro Matsuura, le directeur du Rapport Nicholas Burnett et la Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman.

Inscrire la petite enfance à l’ordre du jour

«Ce n’est pas une coïncidence si le premier des objectifs de l’Education pour tous est consacré aux enfants les plus jeunes et les plus vulnérables», a déclaré Koichïro Matsuura, Directeur général de l’UNESCO. « Améliorer leur bien-être dès le plus jeune âge doit être une composante intégrale et systématique de toute politique d’éducation et de réduction de la pauvreté. L’engagement des politiques de haut niveau est indispensable pour inscrire la protection et l’éducation de la petite enfance à l’ordre du jour ».

L’Amérique latine et les Caraïbes sont en tête du monde en développement en ce qui concerne l’éducation préscolaire, selon le Rapport mondial de suivi. Environ 62 pour cent des enfants d’âge préscolaire fréquentent une école maternelle dans cette région, contre  35 pour cent dans les pays en développement de l’Asie orientale/Pacifique, 32 pour cent en Asie du Sud et de l’Ouest, 16 pour cent dans les Etats arabes et 12 pour cent dans l’Afrique subsaharienne.

Au cours de la cérémonie de présentation du rapport, la Présidente du Chili Michelle Bachelet a rappelé dans un message vidéo l’attachement de son pays aux programmes de développement de la petite enfance. Elle a décrit un plan, appelé « Le Chili grandit avec toi », grâce auquel tout enfant et toute famille du pays a accès à l’éducation, à des programmes de stimulation du jeune enfant et de développement biosocial, ainsi qu’à des soins de maternité et de santé de l’enfant.

«La mise en oeuvre d’un système de protection de la petite enfance est l’un des points essentiels du programme de mon gouvernement», a dit la Présidente Bachelet. « Pourquoi cette priorité ? Parce que nous avons compris que les premières années de la vie revêtent une importance cruciale pour le développement d’une personne plus tard dans sa vie ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ06-1673/Markisz
Le directeur du rapport, M. Nicholas Burnett (debout), présente les principales conclusions de l’étude.

Priorité aux enfants défavorisés

Le rapport de l’UNESCO estime que toute politique de la petite enfance doit cibler en priorité les enfants les plus défavorisés. Il importe également que les personnes chargées de s’occuper des jeunes enfants soient dûment qualifiées.  Pourtant dans les pays en développement, ceux qui travaillent avec les jeunes enfants reçoivent, la plupart du temps, moins de formation que leurs homologues du primaire. Même dans les pays industrialisés, des éducateurs très formés travaillent souvent avec d’autres personnels non formés à la petite enfance, la plupart travaillant à temps partiel ou bénévolement.

 «  Les programmes pour la petite enfance posent des fondations solides et rapportent gros », a déclaré Nicholas Burnett, le directeur du Rapport. « Chaque année dans le monde en développement, plus de 10 millions d’enfants meurent avant l’âge de cinq ans de maladies qui pourraient souvent être évitées. Les programmes qui combinent nutrition, vaccination, santé, hygiène, protection et éducation peuvent changer cela ».

«  Malgré cela, a-t-il ajouté, les enfants qui ont le plus besoin de ces programmes sont aussi ceux qui ont le moins de chance d’en bénéficier ».


 

 

Vidéo (en anglais)

26 octobre 2006 :
La correspondante de l’UNICEF Kun Li présente les conclusions du Rapport mondial de suivi sur l’Education pour tous 2007, publié par l’UNESCO.
 VIDEO  haut | bas


26 octobre 2006 :
Inderjit Khurana, de la Ruchika Social Service Organization (Inde), explique le travail de son organisation, qui dispense une éducation aux enfants vivant dans des taudis urbains.
 VIDEO  haut | bas



26 octobre 2006:
La Ministre de l’éducation du Chili Yasna Provoste parle des succès remportés par son pays dans le secteur du développement de la petite enfance.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche