En bref : Gambie

En Gambie un centre de santé intégré aide les jeunes mères à garder leur enfant en bonne santé.

Image de l'UNICEF: Gambia: Mothers clinic
© UNICEF video
Septembre 2006: Une jeune mère et son bébé reçoivent des soins au centre de santé intégré de Fajikunda, en Gambie.

Par Thomas Nybo

FAJIKUNDA, Gambie, 11 janvier 2007 – En septembre, Sarata Hydara a donné naissance à un petit garçon en bonne santé à la clinique ici à Fajikunda. Durant les deux premières semaines il a pris presque un kilogramme, ce qu’elle a appris  lorsque les infirmières l’ont pesé. 

Le centre, opérationnel depuis plus de dix ans, intègre les soins de  santé en une seule étape. Comme les femmes et leurs enfants font souvent le trajet à pied depuis des villages isolés, il faut qu’ils reçoivent le plus de services possibles au cours du voyage. Sinon, il y a peu de chance qu’ils reviennent. 

Lorsqu’elles arrivent à la clinique, les femmes commencent par s’inscrire. Puis, pendant que leurs enfants sont pesés, on les interroge sur l’état général de santé de leur enfant. Ensuite vient la séance de vaccinations, puis les mères reçoivent des suppléments en vitamine A qui se transmettront au prochain bébé par l’allaitement.

Si l’état de santé nécessite des soins plus sophistiqués, pour une blessure ou une maladie, le personnel de la clinique tâchera de les prodiguer le même jour.

Contrôler la santé du jeune enfant

Fatou Camara est l’infirmière en chef qui est la directrice par intérim du centre qui, dit-elle, est au service de neuf communautés, d’une population totale de plus de 20 000 personnes. Tous les jours, des centaines de mères affluent pour des soins de toutes sortes.

« Les soins que leur offre le centre au cours de leur séjour sont particulièrement importants pour l’enfant, car sa survie et son développement en dépendent – des services comme la vaccination, la pesée, le fait de pouvoir savoir où aller lorsqu’ils sont malades, » dit Mme Camara. 

L’un des progrès les plus importants consiste en un système de registre où les renseignements sur la santé du bébé sont notés sur des fiches de santé bleues. L’UNICEF vient de débourser 10 000 dollars pour de nouvelles fiches, voulant s’assurer qu’il y en avait assez pour chaque enfant. Il y a aussi eu une forte mobilisation pour informer les femmes des questions de VIH et des moyens de se protéger, elles et leurs enfants.  Des tests de dépistage sont offerts, mais aussi des conseils et des médicaments lorsque c’est nécessaire.

Prévention de la mortalité infantile

Mme Hydara affirme que le fait de savoir que la clinique et ses services sont sur place l’aide à mieux dormir.

« Le plus important pour moi c’est de savoir que ma santé et celle de mes enfants sont protégées, et que si nous devions être malade, nous savons que nous pouvons être soignés. » dit-elle. « Il n’y a pas d’autre endroit où aller ».

Lorsqu’on sait que plus de 10 millions d’enfants meurent tous les ans dans les pays en développement  – la plupart de causes facilement évitables comme la diarrhée ou le paludisme – on peut dire que ce type de centre de santé est un moyen particulièrement efficace et pratique pour sauver des vies.


 

 

Vidéo (en anglais)

Thomas Nybo, correspondant de l’UNICEF, enquête sur les cliniques de soins intégrés de Gambie qui aident les nouvelles mères à garder leurs enfants en bonne santé.
 VIDEO haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche