Afghanistan

En Afghanistan, malgré les risques, des agents de santé bénévoles vaccinent les enfants contre la polio

Campagne de vaccination de « porte-à-porte »

Par Rajat Madhok

JALALABAD, Afghanistan, 8 avril 2011 – Pendant les prières de l'après-midi, Abdul Wakil Mowlavzada, un chef religieux, parle avec passion aux hommes qui se sont rassemblés dans une des plus grandes mosquées de Jalalabad. Ils l’écoutent attentivement parler de l'importance de l'éradication de la polio.

VIDÉO (en anglais) : 16 mars 2011 - Le reportage de Rajat Madhok, de l'UNICEF, sur les bénévoles des services médicaux et les chefs religieux qui travaillent avec l'UNICEF et ses partenaires pour aider à libérer l'Afghanistan de la polio.  Regarder dans RealPlayer

 

L'imam est, dans l'est de l'Afghanistan, l'un des défenseurs les plus éloquents et les plus puissants de la vaccination contre la polio et le message est clair : deux gouttes de vaccin contre la polio peuvent sauver un enfant de la paralysie et, potentiellement, sauver sa vie.

« Notre communauté est une communauté islamique où nous respectons les chefs religieux », dit-il. « Quand ce qu'il faut savoir sur l'éradication de la polio provient des chefs religieux, les gens l'acceptent et suivent les recommandations de la mosquée. Les chefs religieux ont un grand rôle à jouer dans l'éradication de la polio ».

Vecteurs de changement

Au même instant, dans un bidonville situé de l'autre côté de la ville, un agent de santé bénévole du nom de Leema fait du porte à porte, recherchant les enfants qui n'ont pas encore été vaccinés. Elle parle aussi avec enthousiasme aux parents de jeunes enfants des avantages de la vaccination contre la polio. 

Quand Leema découvre un enfant qui a besoin des deux gouttes indispensables de vaccin oral anti-polio, son dévouement est sans égal. Elle ouvre promptement ses thermos et administre le vaccin tandis que sa collègue met à jour une liste de tous les enfants du quartier auprès desquels elles sont intervenues.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Afghanistan/2011/Madhok
Un enfant reçoit un vaccin oral contre la polio d'un agent de santé bénévole dans la ville frontalière de Jalalabad, en Afghanistan.

Leema, Abdul Wakil Mowlavzada et des centaines d'autres comme eux sont des vecteurs de changement, essayant de faire de leur mieux pour débarrasser l'Afghanistan du virus de la polio qui rend des enfants invalides et peut les faire périr.

Préoccupations concernant la sécurité

Plus tard dans l'après-midi, durant une courte pause, Leema parle des défis, des préoccupations et de l'enthousiasme qui accompagnent son travail d'agent de santé bénévole. « Notre travail est d'effectuer des visites dans les maisons et auprès des familles. Après nous être présentées, nous demandons aux anciens combien de personnes vivent dans la maison et de nous montrer tous les enfants de moins de cinq ans », explique-t-elle. « Nous donnons ensuite deux gouttes de vaccin anti-polio à tous les enfants, et faisons après une marque sur leurs doigts avec un feutre indélébile. Quant aux enfants qui ont entre deux et cinq ans, nous leur donnons un comprimé de vermifuge ». 

Lorsqu'on la questionne sur la prévalence de la polio dans la région, Leema répond : « Il y a trois ans, il y a eu un cas positif de polio dans ce secteur mais par la suite, nous n'en avons pas eu », dit-elle.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Afghanistan/2011/Madhok
Des agents de santé bénévoles en Afghanistan où environ 10 millions d'enfants ont été vaccinés contre la polio depuis le début 2011.

Toutefois, un problème majeur auquel Leema et les autres agents de santé bénévoles sont confrontés est la sécurité. « Les communautés sont au courant de notre travail et dès que leurs habitants nous voient, ils nous amènent leurs enfants pour les faire vacciner », observe-t-elle. « Mais dans la région, la sécurité reste notre plus grande préoccupation car il y a beaucoup d'attentats suicides et de bombes qui explosent ». 

Formation des agents de santé

L'UNICEF et ses partenaires – dont l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le gouvernement afghan – ont organisé de fréquentes Journées nationales de vaccination durant lesquelles des agents sanitaires bénévoles comme Leema vont d'habitation en habitation pour vacciner les enfants.

 « Chaque coordinateur doit subir une formation, qui est assurée par l'UNICEF, l'OMS et un médecin du secteur public », dit Leema. « Les coordinateurs forment des responsables d'équipe et des bénévoles. Pendant la campagne, les bénévoles récupèrent les gouttes de vaccin anti-polio et sont envoyés dans leurs secteurs respectifs pour vacciner les enfants ».

L'UNICEF fournit les vaccins, les approvisionnements et le divers matériel utilisé pendant la campagne tout en payant une rémunération quotidienne aux coordinateurs et aux responsables d'équipe.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Afghanistan/2011/Madhok
Un agent de santé bénévole fait une marque sur le doigt d'un enfant après lui avoir administré un vaccin contre la polio à Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan.

Il faut consolider les progrès accomplis

Et cette action a permis de recueillir des résultats. En 2010, l'Afghanistan a signalé 25 cas de polio tandis que le Pakistan et le Tadjikistan, les pays voisins, signalaient respectivement 144 et 458 cas. Depuis le début 2011, environ 10 millions d'enfants afghans ont été vaccinés contre le virus et le processus se poursuit. 

Leema est dévouée à cette cause et a le sentiment que la polio sera bientôt éradiquée dans son pays.

À Torkham, un poste-frontière ouvert entre l'Afghanistan et le Pakistan que franchissent chaque année des milliers de personnes, l'UNICEF et ses partenaires ont mis en place des guichets pour surveiller les déplacements des enfants et vacciner ceux qui ont besoin des deux gouttes. Lors d'une visite à la frontière, Kshitij Joshi, responsable à l'UNICEF de la communication pour le développement, convient que les opérations d'éradication se passent bien.    

« Avec ses partenaires, l'UNICEF a pu faire des progrès significatifs dans l'éradication de la polio en Afghanistan », dit-il. « Nous devons soutenir ces progrès et intensifier nos efforts dans les années à venir pour garantir que la polio puisse être éradiquée pour toujours d'Afghanistan ».


 

 

Recherche