Disabilities

Le rapport phare de l’UNICEF souligne qu’il faut considérer l’enfant avant le handicap

Aujourd'hui, l'UNICEF a lancé son rapport phare « La Situation des enfants dans le monde 2013 : les enfants handicapés ». Le rapport attire l'attention internationale sur les besoins urgents d’une population souvent invisible.  Regarder dans RealPlayer

 

By Chris Niles

Comme tous les enfants, ceux qui sont handicapés sont dotés de nombreuses capacités mais ils sont souvent exclus de la société à la suite de discriminations ou de manque de soutien, ce qui les place parmi les enfants les moins visibles et les plus vulnérables de la planète.

Aujourd'hui, l'UNICEF a lancé son rapport phare « La Situation des enfants dans le monde 2013 : les enfants handicapés ». Le rapport attire l'attention internationale sur les besoins urgents d’une population souvent invisible.

NEW YORK, le 30 mai 2013 - Les enfants handicapés ont un rôle beaucoup plus important à jouer dans les sociétés, selon le rapport annuel de l’UNICEF  La Situation des enfants dans le monde.

Cette année, la publication phare de l'UNICEF souligne non seulement les défis auxquels font face des dizaines de millions d'enfants vivant avec des handicaps, mais aussi les contributions qu'ils peuvent faire à leurs sociétés quand on leur donne les moyens de réaliser leurs ambitions. Le rapport insiste sur le fait qu’il est important de se concentrer sur les capacités des enfants handicapés plutôt que sur leurs handicaps car ceci bénéficie à toute  la société.

« Quand vous considérez le handicap avant l'enfant, ce n'est pas seulement mauvais pour l'enfant, mais cela prive la société de tout ce que l'enfant a à offrir, dit Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF. Leur perte est une perte pour toute société, leur gain, un gain pour toute la société ».

Parmi les plus marginalisés et les plus exposés aux risques

Les enfants handicapés sont parmi les plus marginalisés.

Par exemple, les enfants vivant dans la pauvreté sont parmi les moins susceptibles de recevoir une éducation et des soins de santé. Les enfants qui vivent dans la pauvreté et ont un handicap sont encore moins susceptibles de fréquenter l'école de leur quartier ou de visiter leur centre de santé local.

Et ils sont parmi les plus à risque d'abus et de négligence, en particulier si ils sont placés en institution.

Les filles handicapées sont encore moins susceptibles que les garçons de recevoir de la nourriture et des soins.

Ils doivent être comptés pour compter

Le rapport indique que la marginalisation commence souvent dès la naissance quand un enfant n’est pas enregistré. Un enfant dont la naissance n’est pas officiellement enregistrée n’a souvent pas accès aux soins de santé, à l'éducation, ainsi qu’à de nombreuses opportunités.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-1196/Asselin
Des garçons jouent au football au Centre Nimba à Conakry, en Guinée. Le centre offre une formation scolaire et professionnelle aux personnes physiquement handicapées, y compris les handicaps occasionnés par la poliomyélite, afin de les aider à se réinsérer dans la communauté.

« Pour que les enfants handicapés comptent, ils doivent être comptés - à la naissance, à l'école et dans la vie », dit M. Lake.

Les enfants handicapés doivent être inclus

La Situation des enfants dans le monde 2013: les enfants handicapés, qui a été lancé aujourd'hui au Viet Nam, offre neuf recommandations en vue de renforcer l'engagement international pour faire en sorte que les enfants handicapés vivent une vie pleine et puissent apporter leurs contributions à la société.

Le rapport affirme que de plus grands efforts pour intégrer les enfants handicapés - par exemple en les intégrant dans les systèmes éducatifs – contribueraient à lutter contre les discriminations qui les marginalisent.

La volonté politique, le besoin de données

Il est essentiel de mobiliser la volonté politique. Le rapport recommande que tous les pays ratifient et appliquent la Convention relative aux droits des personnes handicapées.

Environ un tiers de toutes les nations n'ont pas encore ratifié ce traité.

Une partie du problème relève du fait que peu de gouvernements disposent de données précises. Le rapport plaide pour un programme mondial de recherche concertée.

« En général, les rapports internationaux introduisent leurs sujets avec le support de statistiques révélatrices, explique Abid Aslam, Rédacteur en chef du rapport. La première chose que nous avons découvert, c'est que personne ne sait vraiment combien d'enfants handicapés il y a dans le monde ».

Mais, ajoute-il, il n'est pas nécessaire d’avoir plus d'informations pour commencer à trouver des solutions.

Tout le monde a un rôle à jouer

Le rapport exhorte les communautés à combattre la discrimination et les obstacles qui empêchent les enfants handicapés de participer pleinement à la vie publique. Il encourage les collectivités à impliquer les enfants handicapés dans les décisions qui les concernent - pas seulement en tant que bénéficiaires, mais comme des agents de changement.

Le rapport met aussi en avant le fait que chaque organisme a un rôle à jouer dans la réduction de la discrimination – depuis les gouvernements, qui doivent créer des infrastructures inclusives et des protections juridiques et sociales, jusqu’aux communautés et au secteur privé, ce qui peut faire plus d’efforts  pour promouvoir la diversité, notamment dans les processus d'embauche.

«  Le chemin qu’i nous reste à parcourir est difficile, explique dit M. Lake. Mais comme les enfants n'acceptent pas les limites inutiles, nous ne devons pas nous limiter non plus ».


 

 

Photographie : les enfants handicapés

Recherche