La Convention relative aux droits de l’enfant

Défendre et protéger les droits des enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ04/1202/Vitale
Les familles sont responsables au premier chef d’élever leurs enfants, mais les gouvernements doivent appuyer celles qui ont besoin d’aide.

Bien que la Convention relative aux droits de l’enfant s’adresse aux gouvernements en tant que représentants du peuple, elle engage en réalité la responsabilité de tous les membres de la société. Dans l’ensemble, ses normes ne seront appliquées qui si tout le monde les accepte—les parents et membres de la famille et de la communauté; les professionnels et les personnes qui travaillent dans les écoles, dans d’autres institutions publiques et privées, dans les services destinés aux enfants, au tribunal et à tous les niveaux de l’administration—et que si chacune de ces personnes s’acquitte de son rôle ou de ses fonctions spécifiques pour les faire respecter.

Le rôle des gouvernements, des familles et des enfants

Les gouvernements sont tenus de reconnaître l’ensemble des droits de chaque enfant, et de prendre les enfants en considération dans leurs décisions législatives et politiques. Quoique beaucoup d’États commencent à écouter sérieusement ce que les enfants ont à dire sur un grand nombre de problèmes importants, le processus du changement n’est en encore qu’à ses débuts.

Les enfants ont le droit d’exprimer leurs opinions et de voir avis pris au sérieux. Mais ils ont aussi la responsabilité de respecter des droits des autres, en particulier, ceux de leurs parents.

La Convention décrit spécifiquement la famille comme l’unité fondamentale de la société et le milieu naturel pour la croissance et le bien-être de tous ses membres, et en particulier les enfants. Aux termes de la Convention, les États reconnaissent que les parents sont principalement responsables des soins et des conseils à dispenser aux enfants, et qu’ils doivent les aider dans cette tâche en leur offrant une assistance matérielle et des programmes de soutien. Les États doivent aussi empêcher que les enfants soient séparés de leur famille, à moins que cette séparation ne soit nécessaire dans l’intérêt supérieur de l’enfant.

Remplir ses obligations : mettre les principes en pratique

La Convention oblige les États parties à amender leur législation et à adopter de nouvelles lois et de nouvelles politiques pour mettre en oeuvre toutes ses dispositions. Ce faisant, elle a enclenché un processus de réforme législative nationale et de changement social dans toutes les régions du monde. Les pouvoirs publics locaux et nationaux ont modifié des lois pour tenir compte de l’intérêt supérieur de l’enfant, et adopté des politiques sociales qui encouragent le respect des droits des enfants. Les individus, y compris les enfants, et les communautés, ont activement exprimé leurs opinions et demandé des changements.

L’UNICEF a lancé des campagnes de mobilisation, coopéré avec des gouvernements et des organisations et offert un soutien technique afin de faciliter la mise en oeuvre de la Convention. D’autres institutions des Nations Unies, comme le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR); l’Organisation mondiale de la santé (OMS); et l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) défendent activement les droits énoncés dans la Convention. Et de nombreuses organisations non gouvernementales oeuvrent pour soutenir sa mise en oeuvre.

Pour un supplément d’information sur l’application concrète des droits et des principes cités dans la Convention, voir la page sur la « Mise en oeuvre » dans la section « Utilisation de la Convention et de ses Protocoles » dans le menu à gauche.


 

 

Plus d'information

Définition de termes clés [PDF]

Présentations multimédia (en anglais)

Recherche