Coupe Féminine du Monde de la FIFA Chine 2007

Sur le terrain comme après le match, le footballeur Marcel Desailly enseigne les clés de la réussite à des jeunes filles ghanéenes.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ07-0923/ Asselin
Des filles jouent au football à l'École secondaire des Cadette de Savelugu dans la Région du Nord du Ghana. La suppression nationale des frais de scolarité en 2005 a amélioré la scolarisation des enfants dans le pays.

Par Junko Mitani

A la coupe du monde de football féminin de la FIFA 2007 en Chine, l'UNICEF et la FIFA, un partenaire de longue date, ont lancé une campagne soulignant le rôle clé que le sport et des écoles adaptées aux besoins des enfants jouent pour aider les filles à surmonter les barrières sociales et à changer leur vie. Cette une histoire, parmi beaucoup d'autres sur les jeunes femmes dans le monde.

TAMALE CITY, Ghana, 26 septembre 2007 –  Joeur accompli de football et Ambassadeur itinérant de l'UNICEF, Marcel Desailly s'est rendu dernièrement dans le Nord du Ghana avec l'UNICEF  afin d'encourager les enfants, et tout spécialement les jeunes filles, à jouer au football et à fréquenter l'école. 

Dans la ville de Tamale au Ghana, les filles de deux équipes scolaires de football différentes ont été exaltées de recevoir une leçon particulière de football par M. Desailly en personne. 

Kubira Abdul-Rahman, 15 ans, a été ravie que le footballeur ait pris le temps de lui montrer comment contrôler et passer une balle. « Il nous a permis de lui envoyer une balle ! C'était la première fois dans ma vie que je recevais une passe d'un footballeur professionnel de la classe de Marcel Desailly. Je ne l'oublierai jamais, » a-t-elle raconté.

Amina Fuseini, 16 ans, a acquiescé. « J'aime la façon dont il nous a appris à jouer au football, » a-t-elle dit. « Nous nous sommes exercées d'une manière que nous n'avions jamais vue auparavant. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Marcel Desailly explique que le football lui a enseigné la maîtrise de soi et la confiance - des leçons que les jeunes filles du Ghana apprennent également par le sport.

Le sport vecteur d'éducation

Tragiquement, le père d'Amina est récemment décédé. Amina raconte que celui-ci l'encourageait toujours à jouer au football. Maintenant, grâce au sport, elle s'est faite beaucoup de nouveaux amis. Mais elle a aussi beaucoup appris en fréquentant le terrain dit elle. « En jouant au football, j'ai appris beaucoup de choses. Une fois j'ai crié contre une coéquipière parce qu'elle avait fait une mauvaise passe pendant un match. Plus tard, elle m'a demandé de ne plus lui crier après parce que cela la rendait nerveuse. Depuis, j'ai arrêté de crier. »

En 2005, seulement 35 pour cent des filles ont assisté à l'école secondaire au Ghana, comparé aux 60 pour cent qui ont suivi l'école primaire. Comme Ambassadeur de l'UNICEF, Marcel Desailly défend les Objectifs du Millénaire pour le  développement de l'ONU qui visent  l'éducation primaire universelle d'ici à 2015. Il est persuadé que jouer au football profitera à ces jeunes filles et les aidera à grandir.

« Jouer au football m'a permis de gagner en maîtrise de soi, d'avoir confiance. Le football m'a appris à travailler en équipe, à négocier et à diriger. Je suis heureux d'apprendre que l'UNICEF considère le sport comme un moyen d'éducation important , » a-t-il conclu.


 

 

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche

 
UNICEF - FIFA - Unite for Peace