Afrique du Sud

Les parlementaires sont invités à accélérer les progrès vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement

Image de l'UNICEF
© WHO/2008/Pirozzi
Une mère avec ses nouveau-nés, des jumeaux, dans un centre de soins de santé primaire du district de Dholpur, dans l’État du Rajasthan, en Inde.

Par Genine Babakian

LE CAP, Afrique du Sud, 18 avril 2008 – « Compte à rebours 2015 », un rapport sur la survie des mères, des nouveau-nés et des enfants, a été diffusé lors de la 118ème assemblée annuelle de l’Union interparlementaire (UIP), qui s’est tenue au Cap cette semaine et a été suivie par une conférence de trois jours où plus de 500 experts en matière de santé et parlementaires du monde entier ont été invités à accélérer leurs efforts en vue d’atteindre les Objectifs 4 et 5 du Millénaire pour le développement, sur la survie de l’enfant et de la mère.

L’objet de la conférence était de communiquer les dernières informations – en mettant l’accent sur les 68 pays dans le monde représentant 97 pour cent de la mortalité maternelle et infantile – ainsi que d’obtenir des engagements concrets de la part des parlementaires pour mobiliser des appuis en faveur des femmes et des enfants.

« Il faut impliquer les parlementaires dans la réalisation des Objectifs 4 et 5 du Millénaire pour le développement », a déclaré Anders Johnsson, le secrétaire général de l’UIP, lors du lancement du rapport sur le « Compte à rebours », en se référant en particulier aux représentants des 68 pays prioritaires, où une action d’urgence est nécessaire pour sauver la vie de femmes et d’enfants.

« En lançant le rapport du Compte à rebours ici, à l’assemblée de l’UIP », a-t-il ajouté, « nous comptons les sensibiliser et obtenir leur engagement de rentrer dans leur pays et de voir là-bas ce qu’ils peuvent faire pour que les choses avancent. »

Image de l'UNICEF
© WHO/2008/Pirozzi
Le Secrétaire général de l’Union interparlementaire, Anders B. Johnsson, parle de la réduction de la mortalité infantile et maternelle devant l’assemblée en Afrique du Sud.

Des interventions couronnées de succès

Le Compte à rebours, qui est le fruit d’une collaboration réunissant des institutions et des individus, suit 22 interventions connues pour sauver la vie de mères et d’enfants, indiquant là où il y a un progrès significatif et là où il n’y en a pas. 

Selon le rapport, il est nécessaire de renforcer les systèmes de santé nationaux et d’offrir aux mères, aux nouveau-nés et aux enfants, à chaque étape cruciale de la vie, des soins de santé rentables. La faiblesse des systèmes de santé nationaux constitue l’un des principaux obstacles à la fourniture de services de survie.

« Chaque année, plus de 10 millions de mères et d’enfants meurent de causes qu’on peut parfaitement éviter et soigner, ce qui revient à 25 000 décès quotidiens de femmes et d’enfants qui n’auraient pas dû se produire », a dit le Représentant de l’UNICEF en Afrique du Sud, Macharia Kamau.

« Il nous faut des systèmes de santé éprouvés et une continuité des soins. Nous savons qu’il existe effectivement des solutions qui, appliquées à grande échelle, permettent d’obtenir une réduction sensible de la mortalité », a déclaré le Dr Francisco Songane, Directeur du Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant.

Image de l'UNICEF
© WHO/2008/Pirozzi
Le Représentant de l’UNICEF en Afrique du Sud, Macharia Kamau, traite de la progression vers les Objectifs du Millénaire pour le développement devant l’assemblée de l’Union interparlementaire.

De graves lacunes dans la couverture sanitaire

Bien que le rapport du « Compte à rebours » mette en évidence la réalisation de progrès remarquables dans certains domaines – notamment la vaccination, la prévention du paludisme et la fourniture d’un supplément en vitamine A –, ces avancées sont loin de permettre d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement, selon le rapport. Seulement 16 des 68 pays prioritaires sont bien partis pour atteindre l’Objectif 4 concernant la survie de l’enfant, et la grande majorité de ces pays ont des taux de mortalité maternelle élevés ou très élevés.

La couverture sanitaire souffre de graves lacunes dans la période commençant avant la grossesse et allant jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge de deux ans – en particulier au moment de la naissance et peu après, lorsque la mère et le nouveau-né sont le plus vulnérables.

En effet, 40 pour cent des décès d’enfants se produisent au cours du premier mois de vie, et plus d’un demi-million de femmes meurent chaque année à cause de complications liées à la grossesse ou à la naissance. La moitié de ces décès surviennent en Afrique subsaharienne, qui supporte une part de plus en plus lourde du fardeau de la mortalité mondiale.


 

 

Vidéo (en anglais)

17 avril 2008:
Plusieurs délégués à la 118ème assemblée de l'Union interparlementaire ont rendu visite aux projets sponsoriés par l'UNICEF dans la région du Cap.

 VIDEO  haut | bas

Les membres du parlement parlent de leurs expériences durant la 118ème assemblée de l'Union interparlementaire au Cap, en Afrique du Sud.

 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche