En bref : Sierra Leone

La Sierra Leone annonce la gratuité des soins médicaux pour les mères et les enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF Sierra Leone/2010/Asselin
Seybatu Koroma dans une moto-ambulance financée par l'UNICEF en direction de l'hôpital de Bonthe, au Sierra Leone.

Par Issa Davies

DISTRICT DE BONTHE, Sierra Leone, 27 avril 2010 - Sabatu Koroma, 28 ans, est allongée sans défense sur le brancard de la moto-ambulance. Elle émet un gémissement. Elle venait tout juste d'arriver à l'hôpital United Brethren in Christ de Mattru Jong (un village de pêcheurs dans le district de Bonthe), où elle avait dû se précipiter à la suite des complications de sa grossesse.

Le bébé de Mme Koroma est mort-né chez elle, dans son village. Après plus de 10 heures de travail, le placenta est resté coincé dans l'utérus de la mère.

Un long voyage et des coûts élevés

Il a fallu deux heures pour parcourir les 25 km qui la séparaient de l'hôpital. D'abord, Mme Koroma a été transporté en hamac par ses voisins jusqu'à la route principale menant à Mattru Jong. Ensuite, on l'a placée sur un ferry chancelant en rondins avant que la moto-ambulance ne l'amène sur la piste poussiéreuse en direction de l'hôpital.

Lorsque Mme Koroma est arrivée à l'hôpital, les infirmières et le personnel médical l'ont envoyée d'urgence dans la salle d'opération. Puisqu'il n'y a pas de banque de sang dans les environs, on lui a administré deux doses de sang données par sa soeur. Les soins qu'elle a reçus à l'hôpital lui ont permis de survivre.

Deux jours plus tard, elle a quitté l'hôpital mais avec une facture de 50 dollars, une somme considérable pour une mère de quatre enfants vivant dans l'une des régions les plus pauvres de la Sierra Leone.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Sierra Leone/2010/Asselin
Seybatu Koroma est accueillie par son mari à son retour de l'hôpital, dans son village à l'ouest de la Sierra Leone.

Suppression des frais médicaux

Sur les huit naissances de Mme Koroma, quatre enfants sont morts avant l'âge de cinq ans. Mais c'était la première fois que le bébé était mort-né. A cause du manque de ressources, elle a dû accoucher chez elle. Elle n'a pas pu se rendre dans une clinique prénatale, comme cela lui avait été conseillé, car les coûts étaient trop élevés.

Le cas de Mme Koroma n'est pas rare. En Sierra Leone, les taux de mortalité maternelle et infantile sont parmi les plus élevés au monde. D'après les données récentes de l'UNICEF, le risque de décès maternel en Sierra Leone est d'environ un sur huit au cours de la vie d'une femme. Près d'un enfant sur cinq meurt avant d'atteindre sa cinquième année.

Le président de la Sierra Leone, Ernest Bai Koroma, a annoncé la mise en place d'une politique visant à la gratuité des soins médicaux pour les femmes enceintes, les mères allaitantes et les enfants de moins de cinq ans. Cette politique va abolir les frais médicaux et fournir des médicaments et des traitements gratuits dans touts les établissements sanitaires du pays. On estime qu'environ 1,2 million de mères et d'enfants pourraient bénéficier de cette nouvelle politique rien qu'en un an.

Apporter une aide concrète

L'UNICEF soutient la suppression des frais médicaux en fournissant des médicaments essentiels dans toute la Sierra Leone. Il apporte des fournitures pour traiter le paludisme, la diarrhée, les maladies à prévention vaccinale et la malnutrition parmi les enfants de moins de cinq ans, ainsi que des médicaments pour les soins prénatals et postnatals afin d'améliorer la santé maternelle.

De plus, l'organisation fournit aux hôpitaux des moto-ambulances (comme celle qui a emmené Mme Koroma d'urgence à l'hôpital de Mattru Jong). « Cette ambulance m'a sauvé la vie, » affirme Mme Koroma.


 

 

Recherche