Mozambique

Des statistiques à partir d’une enquête en grappes à indicateurs multiples indiquent une baisse de 15 points du nombre de décès d’enfants de moins de cinq ans au Mozambique

Image de l'UNICEF
© UNICEF/Moza1568/Pirozzi
Une mère et son enfant, soigné dans un service qui traite la malnutrition à l’Hôpital central de Beira, dans la province de Sofala, au Mozambique.

MAPUTO, Mozambique, 13 octobre 2009 – Les résultats d’une enquête nationale sur la situation des femmes et des enfants, l’enquête en grappes à indicateurs multiples (MICS), ont été publiés au début de ce mois par l’Institut national de la statistique du Mozambique.

Cette enquête, menée en 2008 et achevée cette année, a bénéficié de l’appui de l’UNICEF. Elle indique que la mortalité infantile a baissé de 15 points dans le pays sur les cinq dernières années, passant de 153 à 138 décès pour 1 000 naissances vivantes. (Une baisse de 9.8 pour cent)

Cette  enquête 2008 a porté sur plus de 14 000 ménages habitant dans le pays, et elle a observé des normes sévères de qualité, d’exactitude et de fiabilité. Elle donne des statistiques et des estimations relatives à plusieurs indicateurs comparables sur le plan international et concernant notamment la santé, la nutrition, l’eau et l’assainissement, l’éducation, la protection de l’enfant et le VIH et le SIDA.

« Cette enquête nous donne des statistiques et des données indispensables à la mise en œuvre de programmes permettant de mieux combattre les disparités qu’on rencontre le plus souvent », a déclaré la Représentante de l’UNICEF au Mozambique, Leila Paammentkkala. « Ces données vont sans aucun doute nous aider à progresser là où nos efforts sont le plus nécessaires. »

Améliorations dans le domaine de la santé

En ce qui concerne les enfants de moins d’un an, l’enquête indique que les taux de vaccination ont progressé durant la dernière décennie. Environ 87 pour cent de ces enfants ont été vaccinés contre la tuberculose, et 71 pour cent ont bénéficié du DTC-3 (contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos).

C’est le taux de vaccination contre la polio qui a connu la hausse la plus significative, passant de 55 pour cent en 1997 à 70 pour cent en 2008.

Selon cette enquête, 89 pour cent des femmes reçoivent des soins prénatals donnés par du personnel médical qualifié, ce qui constitue une augmentation par rapport au taux de 85 pour cent enregistré dans l’Enquête démographique et sanitaire de 2003. Cette amélioration de la couverture au niveau national s’explique par les progrès réalisés dans les zones rurales, où la proportion des femmes soignées par du personnel formé est passée de 79 pour cent en 2003 à 86 pour cent en 2008.

Image de l'UNICEF
© UNICEF 2009/Mozambique
La publication par l’Institut national de la statistique de l’enquête en grappes à indicateurs multiples.

Des progrès ont également été obtenus en ce qui concerne les suppléments de vitamine A. En effet, 72 pour cent des enfants âgés de 6 à 59 mois avaient reçu de la vitamine A au cours des six mois précédant l’enquête, à comparer aux 50 pour cent enregistrés en 2003.

Les données de l’enquête indiquent, en outre, une augmentation sensible de l’utilisation des moustiquaires. Chez les ménages ayant des enfants de moins de cinq ans, 65 pour cent possèdent au moins une moustiquaire, ce qui représente un progrès appréciable par rapport à 2003, où seulement 18 pour cent des ménages disposaient d’une moustiquaire. Le pourcentage d’enfants de moins de cinq ans ayant dormi sous une moustiquaire la nuit précédente était de 42 pour cent contre seulement 10 pour cent en 2003.

Informations obtenues dans le domaine du VIH/SIDA et de la nutrition

Pour le VIH, les résultats de l’enquête indiquent que la proportion de femmes ayant bénéficié d’un soutien psychologique et de tests de dépistage lors de visites prénatales a également augmenté dans les cinq dernières années. Environ 57 pour cent des femmes obtenaient un soutien psychologique en 2008, contre 51 pour cent en 2003.

Le nombre de femmes ayant passé un test de dépistage lors de visites prénatales a augmenté sensiblement : il n’était que de 3 pour cent en 2003 et il a atteint 46 pour cent en 2008.

L’enquête montre qu’au Mozambique 12 pour cent des enfants sont orphelins et 5 pour cent vulnérables au SIDA. La proportion d’orphelins et d’enfants vulnérable est plus forte dans les zones urbaines (20 pour cent) que dans les secteurs ruraux (16 pour cent), et on enregistre des variations sensibles selon les provinces.

Pour la malnutrition, l’étude indique que 44 pour cent des enfants souffrent de malnutrition chronique, à comparer à 48 pour cent en 2003. Et 18 pour cent des enfants de moins de cinq ans souffrent d’insuffisance pondérale pour leur âge, selon l’enquête.

L’accès à l’éducation et à l’eau salubre

En outre, d’après les données de cette enquête, 81 pour cent des enfants en âge d’aller à l’école primaire sont scolarisés, dont 82 pour cent de garçons et 80 pour cent de filles.

Environ 15 pour cent des élèves achevaient le cycle du primaire dans le nombre d’années prévu, le pourcentage d’achèvement du cycle étant de 31 pour cent dans les zones urbaines et seulement de 7 pour cent dans les zones rurales.

Il y a de l’ordre de 43 pour cent des ménages ayant accès à l’eau salubre, contre 36 pour cent en 2004. Environ 30 pour cent des ménages en secteur rural ont accès à l’eau potable, à comparer à 70 pour cent des ménages en zone urbaine. En outre, dans le pays, presqu’un cinquième - 19 pour cent – des ménages ont accès à un assainissement salubre, à comparer à 12 pour cent en 2004, selon l’enquête.

L’enquête en grappes à indicateurs multiples offre les données les plus récentes et actuelles pour le suivi des Objectifs du Millénaire pour le développement ; les 17 indicateurs des OMD sont rassemblés dans cette enquête, qui a été menée depuis 1995 dans une centaine de pays.


 

 

Recherche