Centre de presse

Communiqué de presse

Une commission des Nations Unies expose son plan pour faciliter l’accès à des produits sanitaires indispensables

Nations Unies, New York, le 26 septembre 2012 – Les membres de la Commission des Nations Unies sur les produits indispensables aux femmes et aux enfants ont soumis aujourd’hui au Secrétaire général des Nations Unies un nouveau plan et un ensemble de recommandations pour améliorer la fourniture d’articles de santé indispensables et l’accès à ceux-ci.

La Commission a été créée dans le cadre de l’initiative « Toutes les femmes, tous les enfants » pour appuyer la Stratégie mondiale pour la santé de la femme et de l’enfant du Secrétaire général de l’ONU. Son objectif est de mettre fin aux souffrances des femmes et des enfants qui, à travers le monde, n’ont pas accès à des produits qui pourraient leur sauver la vie. Le Secrétaire général a exhorté la communauté internationale à travailler de concert pour sauver 16 millions de vies d’ici à 2015 en facilitant l’accès et l’utilisation de médicaments de première nécessité, d’équipements médicaux et de matériel sanitaire qui réduisent considérablement les causes de mortalité au cours de la grossesse et de l’accouchement et pendant les premières années de vie de l’enfant.

Le Président du Nigéria Goodluck Jonathan et le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg, co-présidents de la Commission, ont exprimé leur engagement sans faille à améliorer l’accès à ces produits. D’autres commissaires, ainsi que le Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake et le Directeur général du FNUAP Babatunde Osotimehin, co-présidents de la Commission, ont fait écho à cet appel à l’action.

« Je suis heureux de voir le travail que la Commission a présenté aujourd’hui et je m’engage à faire appliquer ces importantes recommandations au niveau des pays, où elles auront un impact sur des millions de vies », a déclaré le Président du Nigéria Goodluck Jonathan. « En tant que co-président de cette importante commission, je présiderai une réunion à Abuja un peu plus tard dans l’année, afin de débattre avec les ministres d’autres pays des moyens de traduire rapidement ces travaux en mesures tangibles pour les femmes et les enfants ».

« En dépit d’un déclin prometteur de la mortalité maternelle et de l’enfant, qui a baissé d’environ 40 pour cent depuis 1990, il est inacceptable que la naissance reste le jour le plus dangereux dans la vie d’une femme ou d’un enfant, a déclaré le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg. La commission a fait des recommandations concrètes qui représentent des interventions d’un très bon rapport qualité/prix ».

Les mesures recommandées comprennent les achats en gros, la fabrication sur place et un marketing innovant pour aider à modifier l’offre, la demande et l’utilisation  de produits de première nécessité de bonne qualité. On estime que chaque année, des centaines de milliers de femmes et d’enfants pourraient avoir la vie sauve avec ces fournitures essentielles, notamment pour la planification familiale. Les médicaments qui préviennent les hémorragies après l’accouchement ou soignent la diarrhée et la pneumonie, comme les sels de réhydratation orale (SRO), le zinc ou l’amoxicilline (qui coûtent moins de 0,5 dollar E.-U. le traitement) peuvent sauver la vie des mères et de leurs bébés.

« Rien ne saurait excuser que des millions de femmes et d’enfants meurent chaque année alors que nous avons les produits et les connaissances nécessaires pour leur sauver la vie », a affirmé Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF. « Avec l’aide de la Commission, nous avons désormais encore plus de solutions pratiques. Ce qu’il faut à présent, c’est la volonté politique de les appliquer ».

En Afrique subsaharienne, le nombre de moustiquaires imprégnées d’insecticides de longue durée est passé de 5,6 millions en 2004 à 145 millions en 2010 suite à une meilleure planification, à une augmentation des ressources financières, et à des achats en gros ou conjoints, ce qui a contribué à une réduction substantielle des décès dus au paludisme sur ce continent.

« Nous sommes décidés à accroître notre appui à la mise en oeuvre des recommandations de la commission, surtout en ce qui concerne la santé maternelle et la planification familiale », a déclaré le Directeur général du FNUAP, le Dr Babatunde Osotimehin. « L’accès à la planification familiale volontaire sauve des vies. Nous devons faire en sorte que les femmes et les filles aient accès aux services de santé procréative et aux produits qu’elles souhaitent et dont elles ont besoin. Ce n’est pas seulement une question de droits humains mais aussi de vie et de mort. En outre, si elles sont en meilleure santé, les femmes et les filles ont plus de chances d’atteindre leur plein potentiel et de devenir des citoyennes plus productives ».

La Commission a passé en revue 13 médicaments et fournitures médicales, destinés plus particulièrement à 50 pays ayant un taux de mortalité élevé dû à des causes évitables chez les femmes, les nouveau-nés et les enfants de moins de cinq ans. 

Au cours de la manifestation, l’ancien Président des États-Unis Bill Clinton a prononcé une brève allocution marquant son appui au travail de la Commission.

Commissaires

  1. Sir Andrew Witty, Président-Directeur Général, GlaxoSmithKline
  2. Agnès Saint-Raymond, Chef de la section Médicaments à usage humain – domaines spéciaux, Agence européenne pour l’évaluation des médicaments
  3. Bob Collymore, Président-Directeur Général, Safaricom
  4. Christopher Elias, Président pour le développement mondial, Fondation Bill & Melinda Gates
  5. Dan Brutto, Président, UPS International
  6. Gary Cohen, vice-président adjoint, BD (Becton, Dickinson and Company)
  7. Hassan Mshinda, Directeur Général,  Commission tanzanienne pour les sciences et la technologie
  8. Heather Bresch, PDG , Mylan Inc
  9. Jamie Cooper-Hohn, Président et PDG, Children's Investment Fund Foundation
  10. Jasmine Whitbread, Président-Directeur Général, Save the Children International
  11. Julio Frenk, Président, Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant
  12. Kenneth C. Frazier, Président et PDG, Merck
  13. Rajiv Shah, Administrateur, United States Agency for International Development
  14. Ray Chambers, Envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour le paludisme
  15. Li Dongjiu (Robert Lee), Président, Shanghai Fosun Pharmaceutical Development Co.,  Ltd.
  16. M.K. Bhan, Secrétaire auprès du Ministère de la biotechnologie du Gouvernement de l’Inde
  17. Michael Anderson, Directeur Général pour les politiques et les programmes mondiaux, Department for International Development, R.-U.
  18. Per Heggenes, PDG, Fondation IKEA
  19. Teguest Guerma, Directeur Général, AMREF
  20. Zainab Hawa Bangura, Ministre de la santé et de l’assainissement, Sierra Leone

À propos de la Commission des Nations Unies sur les produits indispensables aux femmes et aux enfants
La Commission a été créée par le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, sous les auspices de l’initiative « Toutes les femmes, tous les enfants ». Elle a pour objectif d’améliorer l’accès à des médicaments et produits sanitaires indispensables pour les populations les plus vulnérables du monde. Elle est co-présidée par le Président du Nigéria Goodluck Jonathan et le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg. L’UNICEF et le FNUAP officient en tant que vice-présidents.
www.everywomaneverychild.org/resources/un-commission-on-life-saving-commodities

À propos de « Toutes les femmes, tous les enfants »
« Toutes les femmes, tous les enfants » est un mouvement mondial sans préédent, dirigée par le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, pour mobiliser et intensifier l'action mondiale en vue d'améliorer la santé des femmes et des enfants dans le monde. Deux ans après son lancement, le mouvement « Toutes les femmes, tous les enfants » a connu de remarquables progrès, portant une nouvelle attention et un nouvel investissement à certaines des causes les plus négligées de mortalité des femmes et des enfants, comme la naissance prématurée, plus récemment l'accès aux contraceptifs. Un certain nombre de moments et d'événement clés d'actions de plaidoyer ont servi de catalyseur du changement en 2012 en soutien à toutes les femmes, tous les enfants : avril a vu le lancement de la Commission sur les produits indispensables aux femmes et aux enfants, qui a pour but d'améliorer l'accès des femmes et des enfants les plus vulnérables aux médicaments et aux fournitures médicales vitaux ; 30 engagements nouveaux et étendus, proposant des actions pour la prévention et les soins lors des naissances prématurées, ont été annoncés en mai autour du lancement du rapport "Né avant terme" sur la naissance prématurée ; en juin, 80 gouvernements et une multitude de partenaires se sont réunis à l'« Appel à l'action pour la survie de l'enfant » pour lancer un effort durable et mondial afin de sauver des vies d'enfant ; et au Sommet de Londres pour la planification familiale, en juillet, plus de 150 partenaires ont annoncé leur engagement de garantir que 120 millions de femmes et de filles supplémentaires puissent avoir accès librement à la planification familiale d'ici à 2020. Bien plus, le groupe d'experts indépendants en charge de l'examen annuel des progrès du mouvement et de la mise en oeuvre des engagements, détaillera dans son rapport présenté au Secrétaire général, Ban Ki-moon, au cours de la semaine de l'Assemblée générale de l'ONU de 2012 à New york.  Ce rapport renforcera les progrès remarquables du  mouvement,  tout en soulignant à la fois l'accent qu'il faut rester sur cette lancée. Ces progrès remarquables doivent être soutenus afin de réaliser les objectifs de santé du Millénaire pour le développement et d'atteindre notre objectif mondial d'empêcher le décès de 16 millions de femmes et d'enfants, et d'améliorer la vie de millions d'autres d'ici à 2015.

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF est à pied d’oeuvre dans plus de 190 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements.

Pour en savoir plus sur l'UNICEF et son travail, suivez-nous sur Twitter et Facebook

À propos du FNUAP
Le FNUAP, Fonds des Nations Unies pour la population, est une institution de développement international qui œuvre en faveur d’un monde où chaque  grossesse est désirée, chaque naissance est sans danger, et chaque jeune achève son plein potentiel. Le FNUAP collabore avec plus de 150 pays, en particulier dans les secteurs de la santé procréative, dont la santé maternelle et la planification familiale. Depuis plus de 30 ans, l’UNFPA fournit des contraceptifs et des produits et médicaments salvateurs aux pays en développement et il est devenu l’un des plus gros acheteurs du secteur public dans ce domaine.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
Kathryn Donovan, UNICEF New York,
tél. : + 1 212 326 7452,
courriel : kdonovan@unicef.org

Christian Moen, UNICEF New York,
tél. : + 212 326 7516,
courriel : cmoen@unicef.org

Mandy Kibel, FNUAP New York,
tél. : + 1 212 297 5293,
courriel : kibel@unfpa.org

Etienne Franca, FNUAP, New York,
tél. : + 1 917 310 8957,
courriel : franca@unfpa.org

 


 

 

 Envoyez cet article

 Version imprimable

Recherche