À propos de l’UNICEF : Qui sommes-nous ?

L'UNICEF en 2010 : les principaux évènements de l'année

Des crises nombreuses et une approche nouvelle visant à atteindre les enfants les plus vulnérables

NEW YORK, États-Unis, 30 décembre 2010 – Pour l'UNICEF et le monde des enfants, les douze derniers mois ont été marqués par des difficultés sans précédent et des occasions exceptionnelles. Alors que 2010 touche à sa fin, certains moments qui ont fait de cette année une année pas comme les autres valent d'être mis en lumière.

VIDÉO (en anglais) : Regardez les moments forts de l'action de l'UNICEF en 2010. Une réalisation de Chris Niles et montage de John Mims.  Regarder dans RealPlayer

 

L'année a commencé, de façon tragique et sinistre, avec le tremblement de terre dévastateur du 12 janvier en Haïti. Le séisme a fait plus de 220 000 morts et entraîné le déplacement de 1,6 million de personnes. Pour les Nations Unies, qui ont perdu plus de 100 membres de son personnel, il s'agit aussi de la catastrophe qui a fait le plus de morts en une seule fois. 

Alors que les Haïtiens creusaient dans les décombres, les agences humanitaires sont intervenues en apportant l'aide indispensable. Six mois plus tard, l'UNICEF et ses partenaires assuraient la distribution d'eau salubre à environ 1,5 million de personnes dans la zone touchée par le séisme. Plus de 275 enfants ont été vaccinés contre les principales maladies évitables et les programmes d'alimentation ont apporté de la nourriture à environ 550 000 jeunes enfants et femmes allaitantes.  

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-0090/Smeets
Le 22 janvier, un agent humanitaire de l'UNICEF s'entretient avec une femme tenant un bébé place Boyer, un jardin public de Pétionville, un district de Port-au-Prince et un des nombreux endroits où les personnes déplacées par le tremblement de terre du 12 janvier en Haïti ont installé des campements.

Cependant, plus récemment, une flambée de choléra a tué en Haïti des milliers de personnes et en a rendu malades beaucoup d'autres, soulignant la nécessité d'une vigilance continue face aux conditions qui favorisent les maladies hydriques.

Incités à intervenir

La crise en Haïti a été seulement une parmi une série d'autres qui ont poussé l'UNICEF et ses partenaires à intervenir en 2010. « Le nombre et l'ampleur des crises auxquelles nous devons répondre n'est pas en train de diminuer », à dit Louis-Georges Arsenault, le Directeur des programmes d'urgence. « En fait, ces situations d’urgence sont plus nombreuses ».

Par exemple, les inondations causées par la mousson au Pakistan, ont provoqué des dégâts à une échelle massive. Les inondations, qui se sont d'abord produites à la fin juillet, ont inondé un cinquième du pays et affecté plus de 20 millions de personnes. L'UNICEF est intervenu pour permettre de répondre aux besoins urgents de santé, d'alimentation, d'eau et d'assainissement des rescapés des crues, particulièrement les enfants et les femmes des régions isolées.

Parmi les autres crises qu'a affrontées cette année l'UNICEF :

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-1622/Zak
Le 16 août, Daniel Toole, le Directeur régional de l'UNICEF pour l'Asie du Sud, s'entretient avec un enfant dans une école de la province de Khyber-Pakhtunkhwa, au Pakistan, pendant un passage en revue de l'appui apporté par l'UNICEF aux enfants et aux femmes affectés par les pires inondations jamais subies de mémoire d'homme.
  • Le 27 février, un tremblement d'une magnitude de 8,8 a frappé la côte du Chili, provoquant des centaines de morts, déplaçant environ 1,5 million de personnes et endommageant gravement les infrastructures du pays.  L'UNICEF a collaboré avec le gouvernement pour apporter eau, assainissement et protection de l'enfance.
  • Le 14 avril, un tremblement de terre de magnitude 7,1 a frappé la Préfecture autonome tibétaine de Yushu, dans la province de Qinghai, en Chine. Le séisme a provoqué des dégâts particulièrement importants à Jiegu, une localité isolée et pauvre sur plateau Tibétain, à 4000 mètres d'altitude. L'UNICEF a répondu rapidement aux demandes d'aide d'urgence par les responsables de l'éducation et de la santé.  
  • À la mi-juin, des milliers d'Ouzbeks, principalement des femmes, des enfants et des personnes âgées, ont fui les violences dans le sud du Kirghizistan en franchissant la frontière du pays voisin, l'Ouzbékistan. L'UNICEF a fait parvenir de l'aide aux réfugiés sous la forme de nourriture, d'eau et de fournitures pour la santé et l'assainissement.
  • Au printemps et durant l'été, une crise alimentaire s'est intensifiée au Niger, déclenchée par une sécheresse prolongée et des prix alimentaires exorbitants. L'UNICEF et ses partenaires, principalement la Commission européenne, sont intervenus avec une aide alimentaire et médicale visant des centaines de milliers d'enfants vulnérables.  
  • En octobre, l'UNICEF, diverses institutions de l'ONU, des ONG et le gouvernement du Bénin ont mis en place une intervention humanitaire face aux inondations massives qui ont recouvert les deux tiers des terres du pays. 
Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-0698/Markisz
Anthony Lake, le Directeur général de l'UNICEF, qui a pris ses fonctions le 1er mai, est le sixième Directeur général de l'UNICEF.

Équité et développement 

 Dans toutes les crises importantes, l'UNICEF reste sur le terrain non seulement pour l’intervention immédiate mais pour le processus souvent ardu de redressement et de reconstruction, dont la remise sur pied du système d'éducation pour les garçons comme pour les filles (Back on tracks). Et même pendant les crises, le défi à plus long terme qui consiste à réaliser les Objectifs du Millénaire de l'ONU pour le développement (OMD) reste toujours présent à l'esprit.

En fait, l'UNICEF a introduit cette année une nouvelle approche dans son action pour pouvoir atteindre les OMD d'ici 2015, leur date d'échéance. Développée en détails dans le rapport phare, « Progrès pour les enfants : atteindre les OMD avec équité », l'approche est fondée sur un simple postulat : tenter de répondre aux besoins des plus pauvres parmi les pauvres est indispensable pour réaliser les objectifs de développement et réduire les injustices dans le monde. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-2280/Nesbitt
En octobre au Kenya, Anthony Lake, le Directeur général de l'UNICEF, remet un « Kit maman-bébé » - une boîte de médicaments et d'antibiotiques faciles à utiliser pour prévenir la transmission du VIH de la mère à l'enfant - à Pamela Adhiambo Otieno, une femme séropositive.

Anthony Lake, qui a pris ses fonctions en mai en tant que sixième Directeur général de l'UNICEF, a pris la tête des efforts visant à appliquer cette stratégie fondée sur l'équité. Il l'a mise en valeur au sommet sur les OMD de cet automne dernier, lors de différents déplacements sur le terrain dont une visite au Kenya en octobre pour le lancement du « Kit maman-bébé » de l'UNICEF. Ce kit, qui s'emporte chez soi et contient des médicaments et des antibiotiques qui peuvent prévenir la transmission du VIH de la mère à l'enfant, est conçu pour les femmes pauvres et vivant en marge de la société qui n'ont pas accès aux soins préventifs. 

« Je suis persuadé que ce sont principalement sur les enfants qui sont les plus vulnérables, sur ceux qui sont les plus difficile à atteindre que nous devons concentrer notre action », a déclaré Anthony Lake. « Nous devons comprendre qu'il ne s'agit pas d'un simple exercice statistique. Il s'agit des vies d'enfants, de mères, de garçons et de filles du monde entier ».

Alors que  2011, l'UNICEF reste engagé à répondre aux besoins de tous les enfants, à soutenir leurs droits et à bâtir pour eux un avenir meilleur.


 

 

Recherche