Conseil d'administration

Jour 3 : le Conseil d’administration se penche sur la question des droits de l’enfant et sur le rôle clé des comités nationaux

Session annuelle 2010

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-1094/Markisz
La Représentante spéciale du Secrétaire général sur la violence contre les enfants, Marta Santos Pais (à dr.), intervient à la Session annuelle du Conseil d’administration. À ses côtés (de g. à d.) Anthony Lake, Directeur général; Abulkalam Abdul Momen, Président du Conseil d’administration 2010 et Représentant permanent du Bangladesh auprès de l’ONU; Nicolas Pron, Secrétaire du Conseil d'administration ; Maggie Nicholson, Directrice adjointe du Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l'homme.

Par Vivian Siu

NEW YORK, ÉTATS-UNIS, 4 juin 2010 – Lors de la troisième journée de la Session annuelle 2010 du Conseil d’administration, le débat s’est orienté sur le passage à une ratification universelle des Protocoles facultatifs de la Convention  relative aux droits de l’enfant (CDE) ainsi que sur le rôle crucial des Comités nationaux pour l’UNICEF.

 VIDÉO : regarder maintenant

En mai 2000, L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté deux Protocoles facultatifs qui s’ajoutent aux diverses protections de la Convention. Les protocoles apportent une protection supplémentaire aux enfants vulnérables aux conflits armés ou à la traite, à l’exploitation, à la prostitution et à la pornographie.

« Les Protocoles facultatifs sont une promesse faite aux enfants du monde entier, en particulier aux plus vulnérables » a déclaré au Conseil d’administration le Directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake, lors de la réunion qui se tenait hier. « Il est grand temps que chacun réalise que ces Protocoles constituent une obligation morale. »

Une campagne mondiale pour la ratification

Le mois dernier, l’UNICEF, avec les Nations Unies et des experts en droits de l’enfant, ont marqué le 10ème anniversaire de l’adoption des Protocoles facultatifs en lançant une campagne mondiale visant leur ratification par tous les pays en 2012. À ce jour dans le monde, deux tiers des États ont ratifié les protocoles, mais les dirigeants des Nations Unies et les  défenseurs des droits de l'enfant espèrent un consensus moral pour une ratification universelle.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-1092/Markisz
Intervention du Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake (au centre) lors de la troisième journée de la Session annuelle 2010 du Conseil d’administration de l’UNICEF se déroulant au Siège des Nations Unies à New York.

La nécessité de ce consensus est évidente : près de 250 000 jeunes sont enrôlés dans les groupes ou forces armés dans le monde, et les études estiment  le nombre d’enfants victimes de la traite  à travers les frontières internationales à 1,2 million chaque année. Nombre de ces enfants victimes de la traite à la fois dans leur pays et au-delà des  frontières sont obligés de se prostituer.

Dans son discours au Conseil d’administration, Marta Santos Pais, la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question de la violence à l’encontre des enfants a souligné qu’une ratification universelle ainsi qu’une mise en place effective des Protocoles facultatifs représenteraient une contribution inestimable pour les droits de l’enfant.

« Imaginez un monde où l’occasion est donnée aux filles et aux garçons de profiter de leur enfance, cette période de jeu et d’apprentissage, où ils sont protégés et respectés, où leurs droits sont mis en avant, où leur sécurité et leur bien-être priment… Je suis absolument convaincue qu’une ratification universelle permettrait de se rapprocher de cet idéal » a déclaré Mme Pais.

L’appui des Comités nationaux

L’idéal d’un monde adapté aux enfants était également au coeur des questions débattues aujourd’hui par le Conseil d’administration au sujet des Comités nationaux pour l’UNICEF. Ces derniers mobilisent des ressources et réalisent un plaidoyer d’appui au travail de l’UNICEF dans 36 pays industrialisés.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-1097/Markisz
Le Directeur général du Comité japonais pour l’UNICEF, Ken Ayami, l’un des représentants des Comités nationaux présents à la Session annuelle 2010 du Conseil d’administration de l’UNICEF.

Cette année, pour la première fois, le sujet des Comités nationaux était spécifiquement programmé dans la Session annuelle du Conseil d’administration. Le Président du Groupe permanent des Comités nationaux pour l'UNICEF et les Directeurs généraux des Comités nationaux du Japon, d’Islande, d’Espagne et de Suisse ont fait part au Conseil d’administration de leurs dernières initiatives et campagnes respectives.

Chaque année, les Comités nationaux collectent un total d’environ 1 milliard de dollars pour financer les programmes de l’UNICEF pour les enfants. Mais la collecte de fonds ne constitue qu’un aspect de l’appui qu’ils fournissent. Les comités sont également des partenaires clé dans le travail avec les gouvernements, le secteur privé, les célébrités et les médias, et dans la sensibilisation du public en général aux droits et aux besoins des enfants dans les pays en développement.

Anthony Lake, le Directeur général, a exprimé sa profonde gratitude aux Comités nationaux pour leur dévouement inlassable et a reconnu leur rôle crucial dans les efforts menés par l’UNICEF pour sauver, améliorer et protéger la vie de tous les enfants.


 

 

Vidéo (en anglais)

3 juin 2010 : Le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake, exprime la nécessité d’une ratification universelle des Protocoles facultatifs de la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE).
 VIDÉO  haut | bas

3 juin 2010 : La Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question de la violence à l’encontre des enfants, Marta Santos Pais, aborde la question des Protocoles facultatifs de la CDE auprès du Conseil d’administration de l’UNICEF.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

CRC @ 20


La Convention sur les
droits de l'enfant a
20 ans

Tous les droits,
pour tous les enfants

(Site Web en anglais)

Recherche