Survie et développement de l’enfant

Alors que la Semaine mondiale de l’allaitement maternel commence, l’UNICEF exhorte à ce que les mères soient aidées davantage

Image de l'UNICEF
© UNICEF/Benin/2006/Pudlowski
Au Bénin, un groupe de soutien à l’allaitement maternel entre mères. Le travail en milieu communautaire est l’un des moyens les plus efficaces d’accroître les taux d’allaitement maternel exclusif.

Par Elizabeth Kiem

NEW YORK, États-Unis, 1er août 2008 – Fêtée dans 120 pays du monde entier, la Semaine mondiale de l’allaitement maternel démarre aujourd’hui avec une exhortation aux gouvernements, aux agents de santé et aux femmes, partout, d’aider davantage les nouvelles mères, auxquelles il faut de la place, du temps et des incitations pour nourrir au sein leur bébé.

« L’allaitement maternel est un moyen déterminant d’accroître la survie de l’enfant », a déclaré la Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman. « L’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois de vie peut éviter jusqu’à 13 pour cent de décès chez les enfants de moins de cinq ans, dans les pays en développement. »

L’UNICEF approuve l’objectif de l’Alliance mondiale de l’action pour l’allaitement, le réseau mondial de mobilisation pour l’allaitement maternel, visant à « créer les conditions optimales d’un soutien aux mères. »

Favoriser l’allaitement maternel exclusif

Le réseau de soutien essentiel, dit le Directeur des programmes de l’UNICEF, le Dr Nicholas Alipui, c’est l’« entourage immédiat de la mère et de l’enfant, [qui] comprend bien les bienfaits de l’allaitement maternel. »

Des membres de la famille, d’autres mères et des agents de santé peuvent également jouer un rôle en encourageant les nouvelles mères à surmonter les obstacles logistiques ou physiques à l’allaitement maternel et à éviter l’« alimentation mixte » et la dilution du lait maternel dans l’eau de riz, d’autres liquides ou aliments.

Si on n’agit pas de la sorte, il peut y avoir de sérieux contrecoups. Prenons le cas de Dadda Mint Brahim, une mère de 26 ans, habitant en Mauritanie. Elle s’est estimée obligée de donner à son nouveau-né du lait concentré, pensant qu’elle n’avait pas suffisamment de lait pour le nourrir au sein. Le bébé de Dadda a réagi à ce substitut artificiel et, privé des anticorps de sa mère, il est tombé gravement malade.

Le médecin de Dadda a été le premier à se plaindre des défauts du système de santé.

« Même si l’allaitement maternel est fortement recommandé, nous ne disposons pas d’une unité spéciale ni d’un programme spécifique pour l’allaitement maternel dans notre maternité, où il y a aux environs de 7 000 naissance chaque année», a-t-il dit.

Le rôle d’appui des gouvernements

Au niveau national, les gouvernements doivent mettre en place des politiques de «protection de la maternité», a dit le Dr Alipui, de l’UNICEF. L’une des difficultés rencontrées le plus couramment dans l’allaitement maternel durable, c’est la nécessité pour une femme de reprendre son travail – souvent dans des conditions ne lui permettant pas d’emmener son enfant avec elle, ou de prendre du temps pour l’allaiter.

Le Dr Alipui a ajouté que les gouvernements devaient encourager l’allaitement maternel par rapport au lait maternisé, qui a été « présenté sous un jour si séduisant qu’on pense qu’il est meilleur. Plus les gens seront nombreux à réaliser toute la différence existant entre le lait maternel et le lait maternisé ou le lait en poudre, plus ils seront nombreux à choisir l’allaitement maternel. »”

Ceci est illustré par le cas de l’Indonésie, où des dons de substitut s du lait maternel, effectués lors des catastrophes naturelles, ont fait baisser de façon très nette les taux relativement élevés d’allaitement maternel. Aujourd’hui, seulement 7 pour cent des nouveaux-nés indonésiens sont exclusivement nourris au sein, contre un pic de 67 pour cent atteint en 1987.

Un travail à la base

Alors que les politiques nationales sont importantes pour faire avancer la prise de conscience, le travail au niveau de la communauté locale est souvent plus efficace. Des progrès rapides et significatifs dans l’allaitement maternel ont été réalisés de l’Afrique à l’Amérique du Sud – même dans certains des pays les moins développés et devant relever le plus de défis.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ96-1032/Noorani
Des agents de santé aident une femme à ce que son nouveau-né s’adapte à l’allaitement maternel, au Jose Fabella Memorial Hospital, un établissement « ami des bébés » à Manille, aux Philippines.

À Madagascar, l’allaitement maternel exclusif est passé de 46 pour cent à 83 pour cent en un an seulement, grâce à des initiatives communautaires en matière de santé.

Au Bénin, les partisans de l’allaitement maternel ont appris à transmettre leur message aux femmes, dans les communautés, plutôt qu’aux hommes, qui prennent généralement les décisions dans la famille. Ces animateurs savent à présent que ce sont les mères et les grands-mères qu’il faut persuader de la supériorité de l’allaitement maternel.

Vu le nombre de familles qui sont déjà confrontées à une extrême insécurité alimentaire, le coût économique des substituts alimentaires artificiels pour les nouveaux-nés constitue un autre argument valable pour intensifier le soutien à l’allaitement maternel exclusif.

Prise en charge de leur santé par les mères

Au Niger, où seulement  9 pour cent des mères nourrissent au sein leur nouveau-né, l’UNICEF apporte son appui à plus de 100 groupes de mères. Des conseillers rappellent aux mères que la poudre de lait est onéreuse et ils les encouragent à voir dans l’allaitement au sein une contribution économique à leur famille.

Au Togo, des conseillers en nutrition soulignent qu’en des temps d’instabilité alimentaire, les mères s’occuperont mieux de leurs bébés en se soignant elles-mêmes.

« Il est temps, à présent, d’encourager les femmes enceintes et les mères allaitantes à se préoccuper de leur santé, en particulier dans les villages où la lutte contre la pauvreté et la malnutrition constitue déjà une grave préoccupation », a dit le Responsable Nutrition de l’UNICEF, M. Vincent Maku.

La Semaine mondiale de l’allaitement maternel a lieu du 1er au 7 août.


 

 

Vidéo

31 juillet 2008 :
La correspondante de l’UNICEF, Monique Vatin, décrit le rôle des groupes de soutien au développement de l’allaitement maternel exclusif.
 VIDEO  haut | bas

Broadcast-quality
video on demand
from The Newsmarket

Recherche