Survie et développement de l’enfant

Le principal rapport de l’UNICEF affirme que les programmes de santé communautaires sont la clé d’une réduction de la mortalité infantile

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ07-0108/Delvigne-Jean
Un bébé dans la province de Sofala (Mozambique). En dépit de certains progrès, plus de 26 000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque jour et c’est l’Afrique subsaharienne qui est la plus éprouvée. Le rapport de l’UNICEF « La Situation de l’enfant dans le monde 2008 » propose des stratégies d’une importance capitale pour trouver une solution à ce problème.

Par Chris Niles

NEW YORK, 22 janvier 2008 – Fatma, 2 ans, fait partie de ces milliers d’enfants kényens dont la vie a été sauvée par une mesure de santé préventive aussi simple que bon marché.

La distribution massive de moustiquaires traitées à l’insecticide au Kenya a diminué de moitié le nombre de décès imputables au paludisme au cours des cinq dernières années. Ce succès s’explique par la mise en oeuvre de programmes de santé communautaires qui sont la clé, estime l’UNICEF, de la réalisation de l’Objectif du Millénaire pour le développement no. 4 – réduire la mortalité infantile des deux tiers – et d’autres OMD avant 2015.

Les programmes sont en place dans la monde entier – de l’iodation universelle du sel au Turkménistan, qui a permis d’éliminer les problèmes dus à la carence en iode, à ce centre communautaire d’Argentine qui soutient les enfants handicapés ayant des besoins spéciaux. Ces initiatives ont des buts différents mais ils réalisent le même objectif : trouver une solution aux problèmes de santé de l’enfant à un coût abordable.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ06-2402/Markisz
Un couple autochtone enregistre leur nouveau-né, Venezuela. L’enregistrement des naissances revêt une importance capitale car il permet aux enfants d’avoir accès à des services sociaux et des soins de santé.

Santé maternelle et infantile 

Le fleuron des publications de l’UNICEF, La situation des enfants dans le monde 2008, lancé aujourd’hui à Genève, affirme que pour atteindre les OMD, il faudra donner la priorité aux besoins des femmes, des mères et des nourrissons.

« L’intégration au niveau de la communauté des services essentiels pour les mères, les nouveau-nés et les jeunes enfants, assortie d’une amélioration durable des systèmes de santé nationaux, pourrait sauver la vie d’une grande partie de ces 26 000 enfants de moins de cinq ans qui meurent chaque année », a dit la Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman.

Des mesures comme l’allaitement exclusif au sein dès la naissance, la vaccination et les suppléments de vitamine A sont efficaces, cela a été prouvé. Elles représentent un moyen concret d’atteindre les OMDD., et sont particulièrement nécessaires en Afrique subsaharienne, où les progrès vers ces objectifs ont été les plus lents.

Une priorité du développement

L’UNICEF estime que les dirigeants politiques des nations industrialisées dites du G8 doivent aborder la question de la santé des enfants non pas seulement sous l’angle de l’impératif moral, mais aussi comme une priorité du développement. Et tout indique que les avantages des programmes communautaires de santé vont bien au-delà des enfants seulement.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ03-0459/Noorani
Un agent de santé, entouré de femmes qui ont amené leurs enfants à une distribution de biscuits à haute teneur en protéines. La scène a lieu au Centre de soins de santé primaires d’Al Noorm dans le quartier d’Al Shoala, à Bagdad (Iraq).

La campagne pour les moustiquaires au Kenya, par exemple, s’est traduite par une amélioration de la productivité dans le pays parce que le paludisme y est une des causes principales de l’absentéisme. Au Turkménistan, où des enfants comme Atabay Uzbayev, 13 ans, n’ont plus à se préoccuper des conséquences débilitantes des carences en iode, ils sont libres de planifier leur avenir.
 
« Plus tard, je veux continuer mes études, je veux aller à l’université et étudier les maths », dit Atabay.

« Des effets positifs immédiats »

Mme Joy Phumaphi, Vice-Présidente du Réseau du développement humain à la Banque mondiale, a déclaré :  « Investir dans la santé des enfants et de leurs mères, c’est une bonne décision d’un point de vue économique et l’une des voies les plus sûres qu’un pays puisse choisir vers un avenir meilleur ».

La Directrice générale de l’Organisation mondiale de la Santé, Dr Margaret Chan,  a ajouté de son côté :  « Dans de nombreux pays, des programmes originaux montrent qu’une approche intégrée dans le cadre de laquelle chaque enfant bénéficie, en une fois, d’une panoplie d’interventions, peut avoir immédiatement des conséquences positives ».


 

 

Vidéo (en anglais)

Janvier 2008 :
Chris Niles, correspondant de l’UNICEF, présente des programmes communautaires qui améliorent la vie des enfants et des mères partout dans le monde.

 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche