Survie et développement de l’enfant

Des dirigeants de la communauté internationale renouvellent leurs engagements sur la santé et l’éducation à la réunion de la Clinton Global Initiative

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2007/Markisz
Angelina Jolie prend la parole devant la Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman (quatrième à partir de la gauche), et de hauts responsables de la communauté internationale, lors de l’annonce d’un nouveau financement de l’éducation des enfants touchés par un conflit, à l’occasion de la réunion de la Clinton Global Initiative.

Par Chris Niles

NEW YORK, ÉTATS-UNIS, 26 septembre 2007 – La Clinton Global Initiative a annoncé aujourd’hui qu’elle consacrerait 30 millions de dollars des E.-U., à l’éducation des enfants affectés par un conflit, en particulier en Iraq et dans le Territoire palestinien occupé, et un milliard de dollars à l’amélioration de la santé maternelle et infantile dans le monde.

Deux manifestations séparées, organisées à New York lors de la réunion annuelle de la Fondation William J. Clinton pour s’attaquer aux graves problèmes dans le monde, ont permis de mettre l’accent sur ces aides (Cliquer ici pour voir l’émission diffusée sur Internet de la Clinton Global Initiative).

L’aide pour l’éducation des enfants touchés par un conflit, annoncée cette après-midi, s’inscrit dans le cadre du Partenariat de la Clinton initiative, coprésidée par l’économiste Gene Sperling et l’actrice et militante des droits de l’enfant, Angelina Jolie. « Plus de 20 millions d’enfants pris dans un conflit ne sont pas scolarisés », a dit Mme Jolie. « L’éducation est souvent oubliée. »

Ainsi soutenu, l’UNICEF coopère avec Microsoft, l’International Rescue Committee – Comité de secours international – et Hewlett Packard afin de venir en aide à 150 000 enfants par le biais d’un projet d’enseignement à distance dans les zones de conflit.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2007/Markisz
La Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman, le Premier ministre des Pays-Bas, Jan Peter Balkenende, le Président de la République-Unie de Tanzanie, Jakaya Kikwete, le Premier ministre de Norvège, Jens Stoltenberg, et Bill Clinton.

Soutien aux objectifs pour le développement

À une conférence de presse organisée peu avant, le Gouvernement norvégien a annoncé une aide importante en vue de réduire la mortalité maternelle et infantile.

« Ces gens ont fait aujourd’hui quelque chose de remarquable », a dit l’ancien Président des États-Unis, Bill Clinton, en annonçant cet engagement devant un groupe de hauts responsables.

M. Clinton faisait référence à la promesse faite par la Norvège d’accorder un milliard de dollars des E.-U. sur les 10 prochaines années afin d’aider à atteindre les Objectifs 4 et 5 du Millénaire pour le développement, à savoir une réduction des deux-tiers de la mortalité infantile et des trois-quarts de la mortalité maternelle d’ici à 2015. Pour parvenir à ce même but, les Pays-Bas se sont engagés à hauteur de 176 millions de dollars.

Santé maternelle et néonatale

« Nous lançons aujourd’hui une campagne pour sauver des millions de vies », a dit le Premier ministre norvégien, Jens Stoltenberg, à une conférence de presse marquant la prise de cet engagement.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2007/Susan Markisz
La Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman, en appelle avec insistance à « un sens collectif de l’urgence » afin d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement pour la santé maternelle et infantile.

Les personnalités suivantes ont assisté à l’annonce de cet engagement : la Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman, le Président du Mozambique, Armando Guebuza, le Président de la République-Unie de Tanzanie, Jakaya Kikwete, le Président d’Indonésie, M. Youdhoyono, le Premier Ministre des Pays-Bas, Jan Peter Balkenende, le Président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, la Directrice générale de l’Organisation mondiale de la Santé, Margaret Chan, et le Secrétaire d’État britannique, Mark Malloch Brown.

Ce nouvel engagement va être essentiellement consacré à la survie des nouveau-nés et de leurs mères, et il permettra de favoriser une plus grande sensibilisation aux questions de la santé des femmes et des enfants.

Combler « un fossé dramatique »

M. Stoltenberg a déclaré que cette initiative avait jusqu’à présent le soutien de cinq présidents et de trois premiers ministres, et qu’elle permettrait la création d’un réseau de hauts responsables au niveau mondial – y compris du secteur privé – en vue de donner une grande priorité à la santé des femmes et des enfants.

« Ceci comble un fossé dramatique concernant les priorités en matière de soins de santé », a dit M. Zoellick. « Certaines aides sont à court terme et imprévisibles, et les besoins de base ont été négligés. »

« Il est très important d’obtenir des ressources supplémentaires », a dit Mme Veneman. « Il est également crucial d’admettre qu’il faut de bonnes politiques pour atteindre la population dans les zones les plus pauvres. Avec une direction forte au plan local et un partage des efforts au niveau mondial – avec un sens collectif de l’urgence – nous pouvons créer un monde meilleur pour les mères, les garçons et les filles, et les générations à venir. »


 

 

Vidéo (en anglais)

26 septembre 2007 :
L’ancien Président des États-Unis, Bill Clinton, rejoint par Angelina Jolie, par la Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman, et par d’autres décideurs et militants de cette cause, s’engage à consacrer 30 millions de dollars E.-U. au financement de l’éducation des enfants touchés par un conflit.

 VIDEO  haut | bas

Bill Clinton s’associe à Ann M. Veneman et à de hauts responsables de la communauté internationale pour annoncer l’attribution d’une aide d’un milliard de dollars des E.-U. en faveur de  la santé maternelle et infantile.

 VIDEO  haut | bas

Recherche