Survie et développement de l’enfant

Le « Social Monitor » trouve 18 millions d’enfants vivant dans une pauvreté extrême en Europe du sud-est et dans la CEI.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ04-1032/Pirozzi
Une fillette fait la quête dans une rue de Tbilissi, Géorgie. Le ‘Social Monitor Innocenti 2006’ montre que les enfants ne bénéficient pas de la relance économique dans les pays de l’Europe du sud-est et de la Communauté d’Etats indépendants.

Par Jane O’Brien

NEW YORK, ETATS-UNIS, le 18 octobre 2006 – Quelque 18 millions d’enfants vivent encore dans un état de pauvreté extrême dans les pays de l’Europe du sud-est et de la Communauté d’Etats indépendants, dont la plupart faisaient partie du bloc soviétique. Même si la relance économique opérée dans la région a amélioré les conditions de vie de la plupart des adultes, le rapport « Innocenti Social Monitor 2006 » signale que de nombreux enfants n’en bénéficient pas autant.  

Cette étude a été rendue publique aujourd’hui par le Centre de recherche Innocenti, organe de recherche principal de l’UNICEF. 

Selon ce rapport, un enfant sur quatre dans la région vit avec un revenu quotidien inférieur à 2,15 dollars E.-U. Beaucoup de ces enfants sont privés d’eau potable, d’éducation ou d’une bonne nutrition, bien que les chiffres fassent défaut et que des informations complémentaires sur ces indicateurs soient encore requises. 

Disparités 

Ce rapport vise à souligner à quel point il est important de traiter des besoins spécifiques des enfants, de leur donner la visibilité qu’ils méritent et d’examiner l’impact de la pauvreté chez les enfants par opposition à ce qu’il est chez les adultes. Il conclut que les gouvernements ne dépensent pas suffisamment d’argent pour les enfants, bien qu’il y ait des disparités importantes entre les 20 pays sur lesquels portait l’étude. 

Par exemple, en Bulgarie, où les enfants constituent jusqu’à 20 pour cent de la population, le taux de pauvreté des enfants est de 8 pour cent. Mais dans certaines parties de l’Asie centrale et du Caucase, plus de la moitié des enfants vivent dans la pauvreté.

Pour les enfants de familles nombreuses ou de zones rurales, la probabilité qu’ils vivent dans la pauvreté est également plus grande.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ04-1029/Pirozzi
Une fille du groupe ethnique Roma tient un nourrisson tout étant assise et faisant la quête sur le trottoir d’une rue en Georgie.

Entre 1998 et 2003, période où la région a subi une vaste transition économique et politique, le nombre d’enfants de moins de 15 ans vivant dans une pauvreté extrême a chuté de 32 millions à 18 millions. Mais cette chute provient en partie de la diminution des taux de natalité et du fait que la population d’enfants a diminué de 11 millions. Le niveau général des dépenses publiques pour la santé et l’éducation demeure faible dans beaucoup des pays concernés.

Investir dans le développement 

« Bien que sur le plan économique la situation puisse paraître positive en termes de moyenne du PIB, cette moyenne cache qu’un enfant sur quatre vit dans un état de pauvreté extrême », note Lynn Geldof, Conseillère régionale de communication pour l’UNICEF. « Cette situation devrait être un sujet de préoccupation majeure pour les gouvernements, dans une région où les taux de natalité sont en chute libre et la population est sujette au vieillissement ».

« Si l’on n’aborde pas spécifiquement la question de la pauvreté des enfants dans les politiques, les budgets et les services sociaux, l’essor de l’économie sera sans lendemain », avise Mme Geldof. 

Le rapport « Social Monitor 2006 » conclut qu’il faut accorder la priorité à la réduction de la pauvreté, des handicaps et des disparités économiques chez les enfants et qu’il s’agit là d’un investissement auquel les pays doivent absolument consentir si la région doit relever les défis qui s’annoncent pour son développement. Les sociétés saines et compétitives, suggère le rapport, sont créées par des enfants à qui, au fil des années, on a donné l’occasion de s’épanouir.

Rachel Bonham Carter a contribué à ce reportage.


 

 

Vidéo (en anglais)

Le 17 octobre 2006 :
Rachel Bonham Carter, correspondante de l’UNICEF, nous parle du rapport « Social Monitor 2006 » sur la pauvreté des enfants, établi par le Centre de recherche Innocenti.
 VIDEO haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche