Survie et développement de l’enfant

Malgré la vigueur de l’économie, il reste encore à relever les défis de la pauvreté et des services médicaux insuffisants

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
En Inde, des enfants vendent des fruits dans la rue

Par Kun Li et Maya Dollarhide

NEW YORK, 27 juillet 2005 – En Asie du Sud, un demi-milliard de personnes vivent dans la pauvreté et sont handicapées par une mauvaise santé, selon un nouveau rapport publié par le Centre pour le développement humain Mahbub ul Haq, du Pakistan.

Ce rapport, « Le développement humain en Asie du Sud en 2004 » - paru aujourd’hui aux États-Unis au Siège de l’UNICEF – examine la situation sanitaire dans laquelle se trouvent les femmes et les enfants des pays de la région d’Asie méridionale, notamment l’Inde, le Bangladesh, le Pakistan, le Bhoutan, les Maldives, le Népal et le Sri Lanka.

« Nous accueillons avec satisfaction cette publication, qui insiste sur la place centrale de la population dans toutes les politiques et tous les programmes de développement, et qui se concentre sur les défis en matière de santé. Les statistiques sont choquantes. Sur trois enfants qui meurent, il y en a un en Asie du Sud ; les deux-tiers des enfants souffrant de malnutrition vivent dans cette région et la mortalité infantile reste élevée », a dit Mme Rima Salah, Directrice adjointe de l’UNICEF.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
La Directrice adjointe de l’UNICEF, Rima Salah, parle de la situation critique des enfants de l’Asie du Sud.

Selon les conclusions du rapport, la croissance économique de la région a beau être impressionnante, la richesse n'a pu se propager dans la population et des millions de personnes vivent encore dans la misère avec des services médicaux ne correspondant pas aux besoins.

Les enfants de cette région sont vulnérables, dans la mesure où c’est souvent eux que la pauvreté touche le plus durement. La persistance de la pauvreté en Asie du Sud se manifeste par de graves carences dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’assainissement, de l’eau et du logement.

« Dans une région où les taux élevés de mortalité et de morbidité rivalisent chaque jour pour réduire le potentiel des enfants et des femmes, l’accent mis sur la santé ne saurait être plus approprié ni venir plus à propos, » a déclaré Mme Salah.

Le rapport invite tous les gouvernements de l’Asie du Sud à examiner de quelle manière ils pourraient fournir de meilleurs services sanitaires à leurs citoyens.
La Dr Nafis Sadik, ancienne Directeur exécutif du FNUAP et actuellement membre du conseil des gouverneurs du Centre de développement humain Mahbub ul Haq, a évoqué l’absence de réalisations dans le domaine de la santé.

« Les pays d’Asie du Sud sont très en retard dans la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, notamment en ce qui concerne la santé des femmes et des jeunes enfants, et le VIH/SIDA », a-t-elle déclaré. « Les pays d’Asie du Sud disposent des moyens humains et financiers, mais ce qui fait défaut effectivement, c’est la volonté politique. Les plus pauvres manquent le plus de services [de santé]. Et ils semblent être le moins en mesure de demander ces services ».

Les auteurs du rapport espèrent qu’il va alerter les décideurs politiques sur cette situation et permettre d’engager un débat sur la création d’un cadre d’aide aux gouvernements, en vue d’améliorer la santé et le bien-être des enfants et des femmes de la région.


 

 

Vidéo (en anglais)

27 juillet 2005 :
La correspondante de l’UNICEF, Kun Li, rend compte du lancement d’un rapport important sur la situation sanitaire actuelle des femmes et des enfants dans toute l’Asie du Sud.

bas | haut débit
(Real player)

Recherche