Survie et développement de l’enfant

L’approche intégrée de la survie de l’enfant donne des résultats « remarquables », affirme Mme Veneman à l’Assemblée mondiale de la Santé

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ05-0653/Toutounji
Ann M. Veneman, Directrice générale de l'UNICEF

Par Chris Niles

NEW YORK, 16 mai 2005 – Le nombre de décès d’enfants dans certaines des régions isolées d’Afrique a diminué considérablement depuis que l’UNICEF et ses partenaires ont commencé un programme intégré de santé qui a pour objectif de protéger les enfants et leurs mères.

Le programme accéléré pour la survie et le développement de l’enfant a été lancé en 2002. La Directrice générale de l’UNICEF Ann Veneman a déclaré à l’Assemblée mondiale de la Santé que les résultats avaient été remarquables.

« Ils dépassent nos espérances et nous montrent ce que l’on peut obtenir en peu de temps avec une approche intégrée s’appuyant sur des données scientifiques solides, a-t-elle dit.

L’UNICEF estime que le nombre de décès d’enfants a diminué de 20 pour cent en moyenne dans seize districts où le programme a été mis en œuvre dans sa totalité et de 10 pour cent là où il l’a été partiellement.

Ce programme accéléré d’interventions comprend la vaccination des enfants et des femmes enceintes, l’administration de micronutriments essentiels, la fourniture de sels de réhydratation orale en cas de diarrhée et de moustiquaires pour protéger les femmes et les enfants contre le paludisme et la promotion de l’allaitement maternel

Il se concentrait sur des régions difficiles d’accès du Sénégal, Mali, Ghana et Bénin et s’intéressait en particulier au suivi, en veillant par exemple à ce que les moustiquaires, une fois livrées,  soient effectivement utilisées.


 

 

Vidéo (en anglais)

16 mai 2005:
La Directrice générale Ann M. Veneman parle sur le succès de l'approche intégrée de la survie de l'enfant à l'Assemblée mondiale de la Santé.

bas | haut débit
(Real player)

Recherche