République démocratique du Congo

Une campagne contre la polio pour vacciner des millions de personnes en République démocratique du Congo

Par Ndiaga Seck

BUKAVU, République démocratique du Congo, 9 mai 2011 – Séverine Nabintu, 35 ans, a amené son enfant de six mois au lancement d'une campagne nationale de vaccination contre la polio dans la province du Sud-Kivu en RD du Congo (RDC), il y a deux semaines. « J'ai amené mon enfants se faire vacciner pour le protéger contre la polio », dit-elle.

VIDÉO : 5 mai 2011, Le correspondant de l’UNICEF, présente la vaste campagne de vaccination antipolio en République démocratique du Congo, reportage en RDC Ndiaga Seck.  Regarder dans RealPlayer

 

La campagne vise à vacciner 23 millions d'enfants de moins de cinq ans à travers tout le pays. La RDC a redoublé d’efforts après que 100 cas de poliovirus sauvage eurent été enregistrés en 2010. Il y a déjà eu 46 cas jusqu'à présent cette année. Les infections sont en hausse chez les adultes aussi, en particulier dans la capitale, Kinshasa.

« La polio était la maladie des enfants de moins de cinq ans », déclare Richard Letshu, chef de l’antenne locale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans le Sud-Kivu. « Mais depuis le dernier trimestre de 2010, nous voyons des cas adultes ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF RD du Congo/2011/Seck
Le Gouverneur du Sud-Kivu, Marcellin Cishambo Rohuya, vaccine un enfant lors de la cérémonie du lancement de la campagne à Bukavu, RD Congo. La campagne vise des millions d’enfants.

Infections transfrontalières

L'augmentation du nombre de cas chez les adultes est le résultat de la transmission du virus venu du Congo Brazzaville, le pays voisin, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Pour lutter contre la recrudescence récente des cas de poliomyélite dans la région, des campagnes nationales de vaccination contre la poliomyélite, portant sur trois jours, ont été organisées en Angola et au Congo Brazzaville.

Lors du coup d’envoi de la campagne, organisé à Bukavu, en République démocratique du Congo, le gouverneur du Sud Kivu, Marcellin Cishambo Rohuya, a instamment demandé à la communauté de faire vacciner les enfants contre le poliovirus sauvage. « Nous devons bien accueillir les vaccinateurs qui vont faire du porte-à-porte pendant trois jours pour vacciner nos enfants », a-t-il dit.

Le premier volet de la campagne visera un million d'enfants au Sud-Kivu dans l'est du Congo. Avant le lancement officiel, les éducateurs ont fait du porte-à-porte pour diffuser le message dans la principale langue locale, le ksawahili.

Ils ont été aidés par des membres de la communauté locale, qui étaient déjà conscients de l'importance de la protection contre le virus. « Je dis aux autres femmes de mon quartier de faire vacciner leurs enfants de moins de cinq ans », affirme Mama Eugénie, une mère de sept enfants qui vit à la périphérie de Bukavu.

Image de l'UNICEF
© UNICEF RD du Congo/2011/Seck
Jackson Cizungu, un agent chargé de la mobilisation sociale, informe Mama Eugénie de la campagne de vaccination contre la polio à Bukavu, dans l’est de a République démocratique du Congo. Mama Eugénie a sept enfants.

Changer les perceptions

Ces membres de la communauté locale et les éducateurs se heurtent souvent à des préjugés. « Certaines personnes pensent que cette campagne est destinée à autre chose, qu’elle n’a pas pour but de protéger contre la polio », dit  Jackson Cizungu, un agent chargé de la mobilisation sociale dans le quartier résidentiel de Kadutu à Bukavu. « Je leur dis que c'est le droit de l'enfant d'être vacciné contre la polio, et la responsabilité des parents de veiller à ce que les enfants soient vaccinés ».

Soucieux d’éliminer ces obstacles, le gouverneur Rohuya a reçu ses gouttes contre la polio en public. De son côté, l'UNICEF travaille en étroite collaboration avec ses partenaires pour atteindre les personnes les plus vulnérables et les régions éloignées et assurer ainsi le succès de la campagne.

« Nous travaillons en étroite collaboration avec notre partenaire, le Ministère de la santé, qui est responsable de la mise en oeuvre du programme de vaccination », affirme Cecilia Enohmbi Saleh, chef de l'antenne de l’UNICEF sur le terrain au Sud-Kivu.

Un financement crucial

Le financement de la campagne d’avril, soit 10 millions de dollars, est assuré par la Fondation Bill et Melinda Gates, les Centers for Disease Control and Prevention, l'Organisation mondiale de la Santé, l'USAID, le Rotary International, le ministère britannique du Développement international, le Japon, l'Allemagne et l'UNICEF. La seconde partie de la campagne est prévue du 26 au 28 mai.


 

 

Recherche