Angola

L’Angola lutte contre la flambée de polio avec une grosse campagne de vaccination

Par Leonie Marinovich

 LUANDA, Angola, 5 novembre 2010 – La petite Georgina Luisa de Deus Nzongo sourit et tapote la joue de son père en riant comme n’importe quel autre bébé de son âge. Mais Georgina ne pourra pas courir, faire du vélo ou pratiquer de nombreuses autres activités physiques comme sa soeur jumelle en grandissant. Ses jambes sont paralysées à vie.

VIDÉO (en anglais) : 28 octobre 2010 - Leonie Marinovich, de l’UNICEF, fait le point sur la campagne de vaccination massive contre la polio en cours en Angola.  Regarder dans RealPlayer

 

« Le 19 juin, la veille de son premier anniversaire, Georgina a eu beaucoup de fièvre alors nous l’avons emmenée à l’hôpital, » se souvient son père, Gabriel Zonga. « Les filles venaient de commencer à marcher à quatre pattes et nous ne savions pas ce qui se passait. Nous avons été stupéfaits d’apprendre que notre petite fille était infectée par la polio. »

Georgina fait partie des 25 cas de polio signalés en Angola cette année – des cas qui auraient pu être facilement évités puisqu’il s’agit d’une maladie à prévention vaccinale. 

Plan d’intervention d’urgence

Un meilleur assainissement de l’environnement ainsi que de bonnes pratiques d’hygiène peuvent considérablement participer à la baisse de l’incidence de nouvelles infections par la polio. Mais pour éradiquer efficacement cette maladie infectieuse, il est indispensable d’atteindre chaque enfant grâce à une régularité et à des vaccins supplémentaires.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Angola/2010/Marinovich
Georgina Luisa de Deus Nzongo, âgée d’un an et trois mois, a récemment été diagnostiquée positive à la polio en Angola.

Le gouvernement angolais investit dans ces deux paramètres et a mis en place un plan d’intervention d’urgence afin de stopper la transmission de la polio d’ici à la fin 2010.

Dans un centre de soins municipal de Cacuaco, une municipalité au nord de Luanda, Victoria Martinho a emmené son bébé de quatre mois se faire vacciner. Elle rejoint une longue file de mères qui attendent attendant un examen et la vaccination de leur enfant.

Selon le Dr Antonio Sebastiao Pascoal, le rythme des services dans ce centre de soins est satisfaisant. Si tout le pays était ainsi, les enfants se porteraient beaucoup mieux en Angola. « Parfois les mères sont un peu négligentes par rapport aux vaccinations routinières, » explique-t-il. « Certaines vivent dans des régions très isolées, et le personnel médical a du mal à les atteindre. Mais nous devons atteindre tous les enfants si nous voulons nous débarrasser de la polio. »

Des efforts accrus

 Fin 2004, la polio était sur le point d’être éradiquée en Angola. Le pays avait connu trois années consécutives sans nouveaux cas. Puis en 2005, le poliovirus sauvage est réapparu. L’Angola fait désormais partie des pays d’Afrique comptant le plus grand nombre de cas.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Angola/2010/Marinovich
En Angola, les agents de santé se préparent à une campagne de vaccination massive en porte-à-porte ciblant tout enfant de moins de cinq ans dans les régions considérées comme vulnérables à la polio.

Avec l’aide de l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la Santé, USAID, US Centers for Disease Control and Prevention, Rotary International, la société civile et d’autres partenaires du développement, le gouvernement accroit ses efforts pour stopper la transmission de la polio. Quatre campagnes de vaccination nationales ont été menées cette année, aidées par l’UNICEF avec un approvisionnement en vaccins et un appui à la mobilisation sociale.

« L’arrêt de la transmission de la polio à la fin de cette année est certes en bonne voie, » explique Dr Koen Vanormelingen, représentant de l’UNICEF en Angola, « mais davantage d’efforts et de fonds sont nécessaires. » Le Docteur Vanormelingen ajoute que les efforts déployés jusqu’à présent l’ont été « grâce à l’engagement du secteur politique et la participation de tous les partenaires. »

Toutefois, la vaccination contre la polio ne représente que la pointe de l’iceberg en Angola. Le manque d’accès à l’eau salubre, à l’assainissement et à l’hygiène compteront parmi les plus gros obstacles à surmonter dans cette tentative d’éradication de la maladie.

The polio vaccination campaign in Angola follows a recent outbreak of the highly infectious, paralyzing and sometimes fatal disease, which is especially dangerous for young children.

 

 

Liens

Communiqué de presse commun :
Une chance à saisir de stopper la polio en Afrique

Site Web :
Initiative mondiale pour l'éradication de la polio
(lien externe, s'ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Recherche