L'enfant dans la famille

Protection des orphelins et des enfants vulnérables

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ98-0891/Pirozzi
Rose, 4 ans, aide à mettre la table dans un orphelinat au Rwanda où elle et sa sœur vivent depuis 1994

Selon le dernier recensement de population effectué au Rwanda en août 2002, plus de 1 200 000 enfants ont perdu un ou leurs deux parents à cause d’un conflit, de la pauvreté, de la violence ou du VIH/SIDA. En réalité, le nombre des enfants vulnérables est encore plus élevé si l’on tient compte des jeunes qui sont privés des soins de leur famille, qui vivent dans des institutions, qui sont enrôlés dans des groupes armés ou qui travaillent dans des conditions pénibles.

Parmi les orphelins et les enfants vulnérables, certains ont besoin de mesures de protection spéciales : les enfants qui vivent dans des foyers dirigés par d’autres enfants (plus de 100 000), les enfants qui vivent dans la rue (environ 7 000), les enfants en institutions, en prison et les enfants infectés ou affectés par le VIH/SIDA. À mesure que le nombre d’orphelins et d’enfants vulnérables augmente, il devient de plus en plus difficile de les prendre en charge au sein de la famille élargie. Au moins 36 % des foyers rwandais s’occupent déjà d’autres enfants en plus des leurs (le plus souvent en vertu d’arrangements informels), de sorte que les capacités de ce mécanisme d’aide traditionnel sont réduites à néant ou gravement limitées. 

Constatant la grave situation des orphelins et des enfants vulnérables que les structures familiales ou communautaires ne peuvent plus prendre en charge, l’UNICEF et le gouvernement du Rwanda ont lancé un Projet de protection de l’enfant dans le cadre de leur Programme de coopération 2001-2006. Ce projet vise à créer un environnement protecteur pour les enfants en donnant aux familles et aux communautés les moyens de mettre en place un système de protection de tous les enfants vulnérables. Il encourage la prise de mesures législatives, administratives et sociales pour protéger les droits des enfants qui vivent en dehors d’un cadre familial ; et pour renforcer les capacités des enfants, notamment ceux qui appartiennent à des groupes vulnérables au VIH/SIDA, à connaître et à exercer leurs droits.

L’UNICEF a encouragé l’élaboration et l’approbation d’une politique nationale relative aux orphelins et aux enfants vulnérables. Il a financé l’introduction d’une stratégie de programmation fondée sur les droits dans trois provinces, en s’assurant de la participation des familles et des enfants aux processus d’analyse et de planification. L’UNICEF soutient actuellement la planification au niveau des districts dans l’ensemble du pays, en utilisant l’approche fondée sur les droits, pour s’assurer que cette politique se traduise en plans d’action au niveau des communautés et des familles.

Des activités génératrices de revenus, des micro-crédits renouvelables et des  formations professionnelles ont été offerts à 15 000 foyers dirigés par des enfants et autres familles vulnérables où vivent des enfants. Ces activités ont aidé les familles à améliorer le bien-être et le statut nutritionnel du foyer en général, et à payer le coût de l’éducation et des soins de santé des enfants. Les foyers dirigés par des enfants se sont regroupés au sein d’associations, ce qui leur a permis de ne plus vivre dans l’isolement.

Cinq organisations non gouvernementales locales dans quatre provinces ont reçu une aide pour faciliter la réinsertion socio-économique des enfants des rues. Cette aide a consisté, entre autres, à former le personnel, à rechercher les familles des enfants, et à offrir des activités génératrices de revenus, des formations professionnelles, une aide à l’éducation et des soins de santé. En tout, 785 enfants ont directement bénéficié de ce programme.

Des activités de mobilisation et une campagne de sensibilisation sur la prévention du VIH/SIDA ont été menées dans le cadre d’ateliers et de manifestations sportives et culturelles. À la suite de cela, les familles et les communautés, et surtout les enfants et les jeunes vulnérables, ont changé de comportement. Ils ont créé des clubs de prévention du SIDA où ils se retrouvent pour parler du VIH/SIDA et s’informer de la progression de la pandémie.

Le Projet de protection de l’enfant au Rwanda a abordé avec succès la question des enfants vulnérables privés des soins de leur famille. Mais le nombre d’enfants qui en ont bénéficié est limité, compte tenu de l’ampleur du phénomène à l’échelle du pays. L’UNICEF continue d’appuyer la mise en œuvre de la politique nationale en faveur des orphelins et des enfants vulnérables, ainsi que la création d’un système de protection de l’enfant afin d’étendre ces activités.

L’UNICEF se soucie toujours de la qualité et de l’impact des interventions qu’il soutient. À partir de l’exemple du Rwanda, nous avons tiré la conclusion qu’il est important de faire participer et d’habiliter dès le départ les familles, les communautés et les pouvoirs publics locaux, afin que les efforts et les progrès accomplis pour protéger les enfants soient durables.


 

 

Recherche