Mozambique

Au Mozambique, on monte de courtes pièces et on discute en classe: un enseignement sur le VIH pour les jeunes

Image de l'UNICEF
© UNICEF Mozambique/2008/Machiana
Dans le cadre du Programme de sensibilisation scolaire au VIH/SIDA, soutenu par l’UNICEF, on présente une pièce où Jessica (à droite), 10 ans, interprète le rôle d’une jeune fille qui tombe enceinte.

Par Emidio Machiana

MAPUTO, Mozambique, 28 février 2008 – Chaque semaine, des militants de Kindlimuka, une association de personnes séropositives, se rendent dans des écoles primaires de Maputo afin de discuter avec les élèves des moyens de se protéger contre le VIH.

Des débats et des discussions animés permettent aux enfants d’acquérir les aptitudes à la vie quotidienne qui leur sont nécessaires pour prendre des décisions éclairées. Le Programme scolaire de prévention contre le VIH, qui bénéficie de l’appui de l’UNICEF, prévoit également des activités théâtrales interactives permettant aux enfants d’identifier et d’éviter diverses situations à risques.

Et le besoin de prévention est clair: au Mozambique, près de 11 pour cent des femmes de 15 à 24 ans et environ 4 pour cent des hommes de cette même classe d'âge seraient séropositifs.

Prévenir les comportements à risques

Aujourd’hui, les élèves de cinquième et de sixième année de l’école primaire du Sept septembre rentrent en classe, après la récréation du matin, et attendent l’arrivée de Francisco Magaia, un militant de Kindlimuka, âgé de 28 ans.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Mozambique/2008/Machiana
Helton (au centre), 11 ans, joue le rôle d’un garçon orphelin du SIDA. Ses pairs, dans ce sketch, lui proposent leur aide.

Cependant, lorsque la porte s’ouvre, ce n’est pas M. Magaia qui entre mais un groupe d’élèves plus âgés qui se précipitent dans la classe et se lancent dans un sketch montrant les défis auxquels ils sont exposés dans leur vie de tous les jours. Sous la houlette de M. Magaia, les jeunes acteurs interprètent plusieurs histoires sur les comportements à risques, où des enfants de leur âge sont impliqués, chez eux, à l’école et dans la communauté.

« Je joue le rôle d’une fille qui tombe très jeune enceinte et la pièce montre les conséquences de cela sur sa vie », raconte Jessica, 10 ans. « Le message que je voulais transmettre à chacun, c’est qu’il ne devrait y avoir de sexe pour nous qu’après la fin de nos études, et lorsque nous voulons fonder une famille. »

« Fenêtre sur l’espoir »

Depuis 1999, l’UNICEF apporte une aide technique et financière au Programme scolaire de prévention contre le VIH. L’organisation a formé plus de 900 militants et créé jusqu’à 1 269 clubs scolaires. On est en train de mettre le programme en oeuvre dans toutes les provinces du Mozambique, par l’entremise de 10 associations de personnes séropositives, faisant partie d’un réseau à l’échelle du pays. 

Le programme de prévention a pour but d’atteindre la « fenêtre sur l’espoir » – les enfants de 10 à 14 ans.

« C’est le groupe le plus exposé », explique Simião Vasco, qui coordonne la prévention contre le VIH à Kindlimuka. « Nous nous efforçons dans les écoles de leur assurer assez d’information et de compétences pour leur permettre de faire les bons choix dans la vie. »

Les enfants et les jeunes sont encouragés à participer activement au programme, et à passer des messages de prévention à leurs pairs, à l’école et dans leur communauté.


 

 

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche