Les enfants et le VIH/SIDA

Aider les mères à donner à leur nouveau-né une meilleure chance de grandir sans le VIH

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0307/Nesbitt
Maureen Sakala, qui a découvert sa séropositivité pendant sa grossesse, s'entraîne à préparer un médicament antirétroviral préventif pour son jeune fils Christopher, qui est dans les bras de la sage-femme Grace Kayumba à la clinique Chelstone de Lusaka (Zambie).

Par Amy Bennett

NEW YORK, États-Unis, 8 mai 2009 – Tous les jours, presque toutes les minutes, un nouveau-né contracte le VIH, qui lui est transmis par sa mère pendant la grossesse ou l'accouchement. Pour un grand nombre de ces enfants, un diagnostic précoce représente leur seule chance de survie.

Pour combattre ce problème, Claudia Schiffer, mannequin mondialement connu et ambassadrice de l’UNICEF-Royaume-Uni, participe à un nouveau message d'intérêt général sur l'importance du dépistage et du traitement précoces pour sauver la vie des nouveau-nés séropositifs.

VIDÉO : regarder maintenant

Comme Claudia Schiffer l’explique dans cette vidéo, les nouveau-nés qui bénéficient d'un diagnostic et d’un traitement rapides ont de bien plus grandes chances de survivre que ceux qui ne sont ni diagnostiqués ni traités. Les mères peuvent également prévenir la transmission du VIH –et préserver leur santé– en faisant un test de dépistage et en se faisant elles-mêmes soigner pendant la grossesse.

Accès aux soins et aux traitements
Depuis le lancement en 2005 de la campagne mondiale Unissons-nous pour les enfants, contre le SIDA, d’importants progrès ont été réalisés en matière de prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant et de traitement des nourrissons séropositifs à la naissance.

En 2007, un tiers des femmes enceintes séropositives ont reçu un traitement antirétroviral pour prévenir la transmission du virus à leur enfant, contre seulement 10 pour cent en 2004.

Cependant, dans les pays en développement, les femmes enceintes sont encore bien trop peu nombreuses à savoir si elles sont séropositives ou non, et à recevoir un traitement si besoin est. Il est très important de dépister le virus chez la mère et d'administrer un traitement à la fois à la mère et à l'enfant pour leur survie. Mais la plupart des femmes enceintes diagnostiquées séropositives n'ont pas accès aux soins et aux traitements essentiels, notamment aux antirétroviraux.

« Les mères devraient avoir accès aux tests de dépistage et aux médicaments nécessaires pour protéger leur enfant et elles-mêmes », explique Dr. Doreen Mulenga, conseillère principale de l’UNICEF sur le VIH/SIDA.  « Les antirétroviraux peuvent considérablement réduire le risque qu'un enfant contracte le virus VIH de sa mère. »

Enfants en danger
En 2007, près de 400 000 nouveau-nés risquaient de voir leur vie tragiquement écourtée par le VIH. Chaque jour, 740 enfants de moins de quinze ans meurent d'une maladie liée au SIDA. En l'absence de traitement, la moitié de tous les nouveau-nés séropositifs mourront avant l’âge de deux ans; un tiers avant l'âge d'un an.

Des études récentes font apparaître une réduction pouvant aller jusqu'à 75 pour cent du taux de mortalité lorsque le virus est dépisté chez les enfants dans les six semaines suivant leur naissance et qu'un traitement leur est administré pendant les douze premières semaines de leur vie. Mais en 2007, seuls 8 pour cent des enfants nés de mères séropositives ont bénéficié d'un test de dépistage du VIH avant l'âge de deux mois.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0316/Nesbitt
La sage-femme Grace Kayumba explique en chantant à Inonge Siamalambo comment administrer un médicament antirétroviral à son fils nouveau-né, Elson, à la maternité de la clinique Chelstone de Lusaka.

D'autres études ont montré que l'âge médian auquel un enfant séropositif commence à recevoir un traitement antirétroviral se situe entre cinq et neuf ans. C'est souvent trop tard pour en tirer les effets optimum.

 « L’UNICEF s’emploie à soutenir les programmes qui permettront à toutes les mères séropositives de protéger leurs nouveau-nés », explique Dr. Mulenga.

De grands progrès en Zambie
À Lusaka, la capitale de la Zambie, les programmes vitaux de la clinique Chelstone traitent les femmes enceintes séropositives et les aident à prévenir la transmission du virus à leur enfant. La Zambie a réalisé de grands progrès en développant de tels programmes, qui comprennent des tests de dépistage du VIH pendant la grossesse, l'administration de traitements antirétroviraux aux femmes enceintes séropositives et d'antibiotiques et d'antirétroviraux préventifs aux nouveau-nés exposés au VIH in utero, et le diagnostic et le traitement précoces des nouveaux-nés.

Christopher est né récemment à la clinique Chelstone. Sa mère, Maureen Sakala, vit avec sa propre mère, des frères et soeurs et 12 enfants orphelins – dont les enfants de son frère, qui est mort du SIDA.

Mme Sakala a appris qu'elle était séropositive au cours d'un examen médical anténatal. Elle participe au programme de prévention de la clinique, où elle a appris à administrer des antirétroviraux à Christopher pendant les sept premiers jours suivant sa naissance, à titre de prévention contre l'infection au VIH. Le fait que la Zambie ait réussi à renforcer ses services de santé maternelle, néonatale et infantile augmente considérablement les chances de survie de ce petit garçon.

En élargissant l’accès au dépistage et aux traitements du VIH, l'UNICEF et ses partenaires du monde entier s'emploient à protéger des nouveau-nés comme Christopher, et leur mère, des effets dévastateurs du SIDA.


 

 

Vidéo (en anglais)


Regardez un message d'intérêt général présenté par Claudia Schiffer, mannequin et Ambassadrice de l’UNICEF-Royaume-Uni, sur le dépistage et le traitement précoces qui permettent de prévenir l'infection au VIH chez les nouveau-nés.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche