Les enfants et le VIH/SIDA

Le rapport « Enfants et SIDA : troisième bilan de la situation, 2008 » demande que l’on améliore le dépistage du VIH chez les nouveau-nés

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Dowdi, six semaines, subit un test de dépistage du VIH dans un dispensaire du Malawi. Le nouveau rapport « Enfants et SIDA : troisième bilan de la situation, 2008 » Le rapport « Enfants et SIDA : troisième bilan de la situation, 2008 » demande que l’on améliore le dépistage du VIH chez les nouveau-nés pour améliorer leurs chances de survie.

Par Roshni Karwal

NEW YORK, États-Unis, 1er décembre 2008 – Un rapport conjoint, récemment diffusé, qui s’intitule « Enfants et SIDA : troisième bilan de la situation, 2008 », demande que l’on améliore le dépistage du VIH chez les nouveau-nés dès l’âge de six semaines. Il a été publié le 1er décembre, lors de la Journée mondiale contre le SIDA.

« La prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant est non seulement efficace, mais c’est un droit humain », a déclaré le Dr Peter Piot, le Directeur exécutif d’ONUSIDA.

Le rapport, préparé par quatre organisations des Nations Unies, fait le bilan de la situation. Il est centré sur quatre éléments fondamentaux : la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant (PTME), le traitement pédiatrique, la prévention de l’infection chez les adolescents et la protection et les soins destinés aux enfants touchés par le SIDA.

Une période critique

Un diagnostic précoce et précis, allant de pair avec un traitement approprié, peut fortement améliorer les perspectives de survie des nouveau-nés qui ont été exposés au VIH.

Le rapport faisant le bilan de la situation cite l’étude « La thérapie antirétrovirale précoce chez l’enfant séropositif », qui a fait état d’une réduction de 76 pour cent de la mortalité en cas de début du traitement dans les 12 premières semaines de vie du nouveau-né.

Pourtant, en 2007, moins de 10 pour cent des bébés nés d’une mère séropositive ont subi un test de dépistage avant l’âge de deux mois.

Augmentation des tests de dépistage durant la grossesse

Le soutien psychologique et l’aide sont essentiels pour les nouvelles mères séropositives afin de contribuer à les informer sur les choix à faire au moment du diagnostic précoce concernant le bébé.

Le rapport recommande que l’on facilite l’accès aux tests de dépistage du VIH pour les mères et les femmes enceintes. En 2007, dans les pays à revenu moyen et intermédiaire, seulement 18 pour cent des femmes enceintes ont subi un test de dépistage du VIH.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Le rapport « Enfants et SIDA : troisième bilan de la situation, 2008 » a été préparé par l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la Santé, l’ONUSIDA et le Fonds des Nations Unies pour la population, et publié pour la Journée mondiale contre le SIDA 2008.

« Nous constatons de réels progrès dans un bon nombre de pays, en particulier dans certaines parties de l’Afrique, mais il faut faire beaucoup mieux en matière de dépistage du VIH et de traitement des femmes enceintes », a dit le Dr Piot.

Les jeunes et les adolescents

La prévention chez les jeunes et les adolescents constitue également une partie essentielle du rapport. On observe que les programmes menés à l’école peuvent servir à transmettre aux adolescents des informations et techniques tenant compte des disparités entre sexes et utiles à la vie quotidienne.

C’est ainsi qu’un modèle d’« Ecole d’alerte au VIH » a été adopté au Ghana, à titre de stratégie nationale de prévention du VIH axée sur l’école. Les associations parents-enseignants et les comités de gestion de l’école débattent, dans ces établissements, du VIH et du SIDA, dans le cadre de leurs réunions régulières.

En moyenne, chez les jeunes gens, dans les pays en développement, environ 30 pour cent des hommes et 19 pour cent des femmes de 15 à 24 ans ont une connaissance détaillée et exacte du VIH et des moyens d’éviter sa transmission.

Les soins destinés aux enfants vulnérables

Dans la dernière partie du rapport, on plaide en faveur du développement de la protection et des soins destinés à environ 15 millions d’enfants dans le monde, qui ont perdu un de leurs parents ou les deux à cause du SIDA. Le rapport accorde beaucoup d’attention aux besoins de tous ces enfants vulnérables.

« Nous faisons de réels progrès en termes de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant et de traitement des jeunes, mais en même temps il reste énormément à faire », a dit le Chef du département VIH/SIDA de l’UNICEF, Jimmy Kolker.

Le rapport « Enfants et SIDA : troisième bilan de la situation, 2008 » a été préparé par l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la Santé, l’ONUSIDA et le Fonds des Nations Unies pour la population.


 

 

Vidéo (en anglais)

Le correspondant de l’UNICEF, Roshni Karwal, analyse les conclusions du rapport « Enfants et SIDA : troisième bilan de la situation, 2008 », publié le 1er décembre,  lors de la Journée mondiale contre le SIDA.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket



Jimmy Kolker, responsable VIH/SIDA
pour l'UNICEF parle du rapport « Enfants et SIDA : troisième bilan de la situation, 2008 ».
 VIDÉO  haut | bas

Vidéo : Annonces publiques de service

Regardez les nouvelles Annonces publiques de service de l'UNICEF et du Football Club de Barcelone :

Lutter contre le SIDA grâce au sport et à la prévention en Angola
 VIDÉO  haut | bas

Aider les enfants affectés par le VIH/SIDA au Malawi
 VIDÉO  haut | bas

Recherche